Interventions EMDR d’événements récents

Interventions EMDR d’événements récents

Un article Intervention EMDR d’événements récents, Cas clinique d’une prise en charge individuelle : François, Casque bleu, de Nicolas Desbiendras, publié dans livre Mieux comprendre la thérapie EMDR : 13 études de cas, ouvrage collectif, sous la direction de Lionel Souche et Nicolas Baltenneck, publié par In press, dans la collection Concept-psy. 

Extraits :

Nous proposons dans ce chapitre de parler des interventions EMDR d’événements récents. Ce domaine particulier est une spécialité de la thérapie EMDR et implique un approfondissement spécifique. Ce champ d’application regroupe ce qu’on appelle les « E.E.I. » : Early EMDR Interventions, soit les interventions EMDR d’événements récents. Pour aborder cela, j’illustrerai mon propos avec une prise en charge individuelle pour un Casque bleu.

1. Les interventions EMDR d’événements récents

Les interventions EMDR d’événements récents regroupent un ensemble de protocoles spécialisés allant des protocoles d’urgence utilisables dans les minutes qui suivent un événement traumatique (comme l’ERP : Emergency Response Procédure, Gary Quinn, 2004), aux proto-coles utilisables à partir de deux jours après l’événement (comme le R-TEP : Recent Traumatic Episode Protocol d’Elan Shapiro et Brurit Laub, 2008), jusqu’aux protocoles de groupe (comme le G-TEP : Group Treatment Episode Protocol, Elan Shapiro, 2013).

Les interventions EMDR d’événements récents se situent entre le moment de l’événement et jusqu’à six mois environ. S’il existe des adaptations du protocole EMDR standard dans le cas des événements récents c’est qu’il existe des raisons cliniques à ces spécificités. La première raison clinique est la neuroplasticité cérébrale. Les réseaux de mémoires sont encore malléables, « plastiques » et on peut donc les influencer plus rapidement. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) précise de ne pas prescrire de benzodiazépines durant le mois qui suit un traumatisme car ils auront pour effet de « fixer » la mémoire du traumatisme et de diminuer les chances de guérison spontanée. La neuro-plasticité cérébrale d’un événement récent est donc très forte et donne ainsi une grande opportunité au thérapeute EMDR d’aider le patient le plus rapidement possible. Plus le temps passe et plus les informations stockées de manière dysfonctionnelles vont se connecter aux autres réseaux de mémoires stockées de manière dysfonctionnelle: c’est ce que Francine Shapiro appelle l’accumulation des mémoires traumatiques’. À ce moment-là, nous ne pourrons plus utiliser de protocoles spécialisés en événements récents et les stratégies de traitement (traitement télescopique et la stratégie EMD) ne seront plus possibles. Ce sera alors avec le protocole standard et les associations libres qu’il faudra travailler, augmentant significativement le nombre de séances nécessaires à la résolution du souvenir traumatique.

La deuxième raison qui explique l’existence de ces protocoles spécialisés est l’aspect mufti-fragmentaire des souvenirs traumatiques récents. Les informations stockées dans le cerveau du patient sont encore éparses et le patient se remémore des moments de l’événement indépendamment les uns des autres comme autant de traumatismes non liés les uns aux autres. Il est même parfois difficile d’organiser une chronologie cohérente tant ces fragments sont isolés. Nous appelons cela des « points de perturbations », ce sont des fragments cibles qui font référence à des paramètres très précis du traumatisme. L’hypermnésie consécutive au trau-matisme va créer de multiples images sensorielles intrusives et, même si deux points de perturbations ne sont espacés parfois que de quelques secondes, ils agissent comme deux souvenirs indépendants et, donc, constituent deux cibles à traiter.

Voici un résumé succinct des principaux protocoles EMDR d’événements récents :

Interventions EMDR d’événements récents

Acheter le livre Mieux comprendre la thérapie EMDR

En savoir plus sur ce livre : Mieux comprendre la thérapie EMDR : 13 études de cas

Formation Événements traumatiques : prises en charges individuelles avec Nicolas Desbeindras

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *