L’attachement du tout petit et les origines des processus dissociatifs

L’attachement du tout petit et les origines des processus dissociatifs

Giovanni Liotti a publié un article L’attachement du tout petit et les origines des processus dissociatifs : une approche basée sur la théorie des Systèmes Motivationnels Multiples , en 2016, dans la revue Attaccamento e Sistemi Complessi (Attachment and Complex Systems).

Résumé : La possibilité de tracer les origines des difficultés émotionnelles jusqu’à des expériences d’attachement du bébé a suscité beaucoup d’intérêt dans les quatre dernières décennies, tant par les psychopathologues développementaux (p.ex. Sroufe & Rutter, 1984), que par des psychothéra-peutes (p.ex. Obegi & Berant, 2008 ; Slade, 2008 ; Wallin, 2007). La recherche menée par des clini-ciens et des chercheurs, pour trouver les racines de pattern d’attachement précoces dans les as-pects cliniquement très pertinents du développement de la personnalité, se reflète dans l’abondance des réflexions cliniques sur ce thème et une multiplication des études de recherche. Cependant, l’examen minutieux de cette littérature riche et abondante sur les applications de la théorie de l’attachement et ses recherches à la psychothérapie peut être décevante pour les clini-ciens, au moins pour deux raisons. Premièrement, la recherche sur l’attachement au long de toute la vie a amené à une prolifération de différentes procédures d’évaluation et à des systèmes de clas-sification différents. Deuxièmement, tandis que la phrase « psychothérapie fondée sur l’attachement » est souvent utilisée (Obegi & Berant, 2008), il a été soutenu autoritairement, que même si la théorie de l’attachement et la recherche sur ce thème peuvent être une clé pour éclairer la psychothérapie, ceux-ci sont insuffisants pour concevoir un type de psychothérapie spécifique entièrement fondé sur l’attachement (Slade, 2008). Une raison pour cette affirmation est que les dynamiques relationnelles sur lesquelles se fonde la théorie de l’attachement, est seulement un as-pect des multiples composantes des relations humaines qui devraient être considérés par les psy-chothérapeutes dans leur pratique quotidienne.

Cet article tente de clarifier les problèmes rencontrés par les cliniciens lorsqu’ils sont face aux différentes procédures d’évaluation, des systèmes de clarification et les protocoles qui y sont liés, uti-lisés par les chercheurs pour classifier les pattern d’attachement du tout petit et de l’adulte. Je vais ensuite étendre ma réflexion sur les principaux systèmes (motivationnels) psychobiologiques, qui, avec le système d’attachement, contrôlent le comportement humain en général, et les relations humaines en particulier depuis les premiers mois jusque plus tard dans la vie. Je soutiendrai que la nature des pattern d’attachement du tout petit et leurs séquelles développementales sont saisies d’une manière cliniquement plus utile, s’il y a une centration sur les tensions dynamiques entre attachement et autres systèmes motivationnels (Lichtenberg, 1989), plutôt que sur le système d’attachement seul. Les implications des résultats importants de deux études longitudinales – que la désorganisation de l’attachement est un prédicteur plus puissant que l’exposition à des traumatismes psychiques (Dutra, et al., 2009 ; Ogawa et al., 1997) – justifie l’attention que nous accentuons sur la désorganisation de l’attachement du tout petit, plutôt que sur les pattern d’attachement organisés (sécure, insécure-évitant et insécure-ambivalent).

La traduction en français de ce résumé a été coordonnée par Hélène Dellucci.

En savoir plus sur L’attachement du tout petit et les origines des processus dissociatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *