le traitement du désordre de la personnalité multiple

le traitement du désordre de la personnalité multiple

Un article le traitement du désordre de la personnalité multiple, de Onno Van Der Hart et Suzette Boon, publié dans les ANNALES MÉDICO-PSYCOLOGIQUES, en 1993, 151, no. 8

RÉSUMÉ

Le trouble «personnalité multiple » est reconnu de plus en plus comme étant un désordre dissociatif chronique post-traumatique. Plus de 90 % des patients souffrant de personnalités multiples ont subi au cours de leur enfance d’abus sexuels etlou physiques graves. La vieille théorie dissociative de Pierre Janet est essentielle pour comprendre cette maladie et pour en conduire le traitement. Un modèle effectif de traitement par étapes est ici décrit. Ces étapes sont les suivantes : 1. stabilisation et réduction des symptômes, 2. établissement du diagnostic dès lors annoncé au malade, 3. identification des différentes autres personnalités (alter), 4. exploration, assimilation et intégration des réminiscences traumatiques, 5. intégration des autres personnalités, 6. Phase post fusion.

Le trouble « personnalité multiple » est un trouble dissociatif post-traumatique complexe et chronique qui se développe, dans la plupart des cas, à la suite d’abus sexuels et/ou de violences physiques graves et répétées pendant la première enfance (Kluft 1987, 1991 a ; Putnam 1989 ; Ross 1989).

En 1882, Camuset notait, dans son rapport sur Louis Vivet, un patient souffrant de personnalités multiples, très controversé à l’époque : « Nous sommes tentés de croire que ces cas sont plus nombreux qu’on ne le supposerait, d’après les observations assez rares qu’on possède ». Bourru et Burot, en écho aux propos de Camuset écrivaient en 1895 : « Ces faits de variation de la personnalité sont moins rares qu’on ne le suppose ».

Pour la plupart des psychiatres européens ces affirmations semblent être, de nos jours, encore tout aussi actuelles qu’il y a un siècle. En Amérique du Nord, par contre, des études de plus en plus nombreuses s’intéressent au problème des personnalités multiples, les séries statistiques concernent parfois plus de 100 patients (Putnam et al., 1986 ; Ross et al., 1989-1990 ; Schultz et al., 1989). En Europe, la recherche s’est essentiellement développée aux Pays-Bas (Van der Hart et Boon, 1989), notamment en ce qui concerne les problèmes diagnostiques (Boon et Draijer 1990, 1991). Bien qu’en France l’idée prévaut encore que nombre d’auteurs américains ont été les victimes crédules de patientes mythomanes (cf. Bourgeois et Géraud, 1990), un certain intérêt semble se manifester (Bourgeois et Géraud, 1990 ; de Bonis et al., 1988 ; Malarewicz, 1990).

Cet intérêt croissant pour le problème des personnalités multiples est la résultante de plusieurs facteurs. D’abord cette entité nosographique a été incorporée dans le DSM-III comme catégorie diagnostique à part (APA 1980), ensuite les conséquences à long terme de l’inceste, des sévices et négligences à enfants, sont de plus en plus à l’ordre du jour. De plus, dans les années soixante-dix, la redécouverte de la théorie dissociative de Pierre Janet (Janet 1889, 1898, 1911) a montré que cet auteur occupe, une fois de plus, un rôle central dans la compréhension du phénomène comme l’hystérie, l’hypnose et le trauma psychique (Ellenberger 1970 ; Hilgard 1977 ; Nemiah 1979 ; Van der Kolk et Van der Hart 1989).

Après avoir passé en revue les critères des troubles dissociatifs en général et du trouble « personnalité multiple » en particulier, nous décrirons dans cet article un modèle thérapeutique spécifique. Nombre d’éléments de ce modèle peuvent également être utilisés pour le traitement de troubles dissociatifs moins complexes ou apparentés.

(…)

Lire l’article le traitement du désordre de la personnalité multiple complet en français

en savoir plus 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *