Les blocages du traitement EMDR

Les blocages du traitement EMDR

Un article Les blocages du traitement EMDR, de Martine Iracane, publié dans livre Pratique de la psychothérapie EMDR, Introduction et approfondissements pratiques et psychopathologiques, paru aux éditions Dunod

Introduction

La thérapie EMDR basée sur une bonne alliance thérapeutique, menée après une évaluation et une conceptualisation approfondies, élaborée à partir de la présentation clinique du patient et selon l’application rigoureuse des protocoles en trois temps et huit phases sur les cibles recueillies au sein des problématiques, conduit à de bonne efficience clinique. Ainsi initiée, elle permet l’activation du traitement adaptatif de l’information, TAI, vecteur de la métabolisation et l’intégration des situations traumatiques responsables des symptômes et plaintes allégués par le patient dans le présent. Rappelons que le TAI active un processus d’auto guérison et que nous devons veiller à son bon état de fonctionnement (Shapiro et Silk-Forrest, 1997). Mais il arrive que le traitement ne mobilise pas les résultats cliniques escomptés voire même qu’il entraîne des conséquences négatives ; parmi les causes de risques d’échec ou d’obstacles au bon cheminement de la thérapie figurent les blocages du traitement. Nous présenterons dans ce chapitre la définition des blocages, leur manifestation, les contextes qui les génèrent.

L’ auteur développe les points suivants dans cet article sur Les blocages du traitement EMDR :

  • Généralités sur les blocages : les causes, quand surviennent-ils ?, les abréactions
  • Comment intervenir en cas de blocage : stratégies alternatives (changement de registre, stratégies ICES, suggestions de type hypnotique), la gestion des abréactions, le tissage cignitif,
  • Bibliographie

Conclusion

Il arrive que le TAI, garant de la métabolisation et l’intégration des cibles traumatiques, soit inter-rompu sous l’influence de différents facteurs parasitant son cheminement ; l’état clinique du patient peut alors en pâtir. L’ensemble des techniques abordées dans ce chapitre, reprenant les préconisations didactiques de leur auteur Francine Shapiro, permettent la remise en route du principe actif du traitement. Ces interventions situées sur des registres différents réorientent le travail thérapeutique vers l’activation du processus autonomisant de l’autoguérison, postulat de ka thérapie EMDR cher à son auteur. Allant de simples variations mécaniques, à la puissante stratégie du tissage cognitif, ces interventions, toujours attentives à la « règle d’or philosophique » de Inattention double (Shapiro, 2007) participent à la levée des blocages, à la gestion des abréactions et donnent un tempo au travail thérapeutique en évitant les risques d’enlisement du processus. Ces propositions ne sont ni exhaustives ni applicables à la lettre; le principe de la flexibilité et l’adap-tabilité prévalent à l’application systématique dans ces interventions qui doivent toujours s’exercer dans le sens du respect du patient, de « ses croyances écologiquement valides » (Shapiro, 2007). Ces stratégies ne peuvent en aucun cas se substituer aux compétences cliniques qui régissent l’ef-ficience thérapeutique ; bien au contraire elles viennent en révéler toute la créativité et la subtilité clinique.
Les blocages du traitement

Acheter le livre Pratique de la psychothérapie EMDR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *