Théorie du traitement adaptatif de l’information : origines, principes, applications et preuves

Un article Théorie du traitement adaptatif de l’information : origines, principes, applications et preuves, de Margaret Duval Hill, publié dans J Evid Based Soc Work

Article publié en anglais – disponible en ligne (payant) 

Résumé

Cet article décrit les origines, les principes, les applications et les preuves liés à la théorie du traitement adaptatif de l’information (TAI). 

La théorie du TAI fournit le fondement théorique de la thérapie de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires (EMDR). La théorie du TAI a été développée pour expliquer les résultats observés de la thérapie EMDR administrée aux personnes souffrant de traumatisme et de TSPT. 

Le modèle TAI émet l’hypothèse que les souvenirs de traumatisme mal stockés créent des obstacles au traitement rationnel de l’information, qui se produit dans la zone du cortex préfrontal du cerveau. La stimulation bilatérale, par le biais de mouvements oculaires ou d’autres mécanismes, est supposée supprimer les obstacles et permettre un traitement complet de la mémoire, conduisant à une réduction des symptômes de traumatisme. 

La thérapie EMDR, avec le modèle TAI comme justification, a été efficacement utilisée dans le traitement du TSPT. 

Des preuves à l’appui de la théorie du TAI émergent alors que certains résultats prometteurs ont été montrés dans des études qui reposent sur la mesure de divers types de changements physiologiques qui se produisent pendant la thérapie EMDR.

lire l’article Théorie du traitement adaptatif de l’information : origines, principes, applications et preuves en ligne

En savoir plus 

Références de l’article Théorie du traitement adaptatif de l’information : origines, principes, applications et preuves 

  • auteurs : Margaret Duval Hill
  • titre en anglais : Adaptive Information Processing Theory: Origins, Principles, Applications, and Evidence
  • publié dans : J Evid Based Soc Work (2019), May-Jun 2020;17(3):317-331.
  • doi:10.1080/26408066.2020.1748155

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *