Un Bref Résumé Narratif des Essais Contrôlés Randomisés étudiant l’utilisation de l’EMDR avec des Patients atteints de Dépression

Un article Un Bref Résumé Narratif des Essais Contrôlés Randomisés étudiant l’utilisation de l’EMDR avec des Patients atteints de Dépression, de Malandrone, Francesca, Carletto, Sara, Hase, Michael Hofmann, Arne, Ostacoli, Luca, publié dans le Journal of EMDR Practice and Research 13(4): 302-306

article publié en anglais

Résumé

La dépression, l’un des troubles mentaux les plus courants, est caractérisée par des coûts sociaux énormes et des taux limités de succès du traitement, même si les traitements psychothérapeutiques et pharmacologiques contribuent actuellement à une augmentation du taux de rémission. À la lumière des études récentes qui ont montré que les traumatismes et les expériences de vie négatives peuvent représenter des facteurs de risque pour l’apparition de la dépression, l’approche thérapeutique de la désensibilisation et du retraitement des mouvements oculaires (EMDR) thérapie a été considérée comme potentiellement efficace dans le traitement de la dépression. L’objectif de cette brève revue narrative est de résumer la littérature actuelle sur l’efficacité de L’EMDR chez les patients souffrant de dépression, en particulier en faisant référence aux essais cliniques contrôlés randomisés (ECR) qui ont examiné la dépression comme un résultat principal. Les données examinées sont mises à jour jusqu’en mars 2019 et comptent sept études d’ECR couvrant les années 2001 à 2019. Ils sont hétérogènes par type d’intervention et les caractéristiques démographiques de l’échantillon. Bien que les études sélectionnées soient peu nombreuses et présentent des problèmes méthodologiques critiques différents, les résultats rapportés par les différents auteurs suggèrent de façon préliminaire que L’EMDR peut être un traitement utile pour la dépression.

Extraits

Introduction

La dépression est un trouble mental courant et l’une des principales causes d’invalidité dans le monde, avec des coûts individuels et sociétaux énormes (Organisation mondiale de la santé, 2017). Compte tenu de l’énorme fardeau de la maladie, différentes options de traitement pour ce trouble sont disponibles. Elles vont des interventions psychosociales de faible intensité aux interventions psychologiques de haute intensité intégrées à la pharmacothérapie, selon la gravité des symptômes (National Institute for Health and Care Excellence, 2018). Parmi les interventions psychologiques, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), la psychothérapie interpersonnelle, la thérapie de résolution de problèmes, l’activation comportementale et la thérapie psychodynamique à court terme se sont avérées tout aussi efficaces dans le traitement des troubles dépressifs (Barth, Michlig et Munder, 2014 ; Cuijpers , Van Straten, Andersson et Van Oppen, 2008). Néanmoins, la proportion de patients qui se rétablissent après le traitement est encore limitée, avec des taux de rechute estimés à environ 50 % après 2 ans (Hollon et al., 2002 ; Vittengl, Clark, Dunn, & Jarrett, 2007). Par conséquent, il est essentiel d’identifier comment améliorer les résultats du traitement.

Ces dernières années, une corrélation importante entre l’exposition à des expériences négatives pendant l’enfance et le développement de la dépression à l’âge adulte a été mise en évidence (Li, D’Arcy et Meng, 2016 ; Nemeroff, 2016 ; Norman et al., 2012), suggérant que le traumatisme -des traitements ciblés peuvent contribuer au traitement de ce trouble. La désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR) est une thérapie fondée sur des preuves pour le traitement des séquelles de traumatismes psychologiques et pourrait représenter une option thérapeutique valable pour le traitement des patients souffrant de dépression, soit en tant que traitement autonome, soit en complément.- à d’autres interventions. Le premier rapport de patients souffrant de troubles dépressifs traités par EMDR a été décrit à la fin des années 1990 (Manfield, 1998). Au cours des années suivantes, plusieurs autres études de cas et études non contrôlées ont été publiées. Les résultats de ces études ont été résumés par deux revues récentes (Carletto et al., 2017 ; Wood & Ricketts, 2013). Dans leur revue, Wood et Ricketts (2013) ont décrit le développement historique des applications cliniques et de recherche de la thérapie EMDR pour le traitement de la dépression en tant que diagnostic principal, rapportant les résultats du premier cas et des études non contrôlées ; dans la deuxième revue, Carletto et al. (2017) ont résumé les résultats des seules études contrôlées, ajoutant également une évaluation de la qualité de l’étude. Les deux revues ont conclu que l’EMDR devrait être considérée comme une approche prometteuse, même si elles ont mis en évidence plusieurs limitations qui étaient principalement liées au petit nombre d’études contrôlées randomisées à l’époque. Ces dernières années, l’intérêt des chercheurs et des cliniciens n’a cessé de croître et plusieurs autres études contrôlées et randomisées ont été menées.

Le but de cette brève revue narrative est de fournir un résumé présentant les résultats des études contrôlées randomisées actuellement disponibles dans la littérature sur ce sujet. La recherche documentaire a été effectuée en recherchant « EMDR » ou « Eye Movement Desensitization and Reprocessing » et « depress* » comme mots-clés dans les principales bases de données (par exemple, PubMed, PsychINFO) et dans la bibliothèque Francine Shapiro ; les études avec une conception d’essais contrôlés randomisés (ECR) qui ont étudié la dépression comme critère de jugement principal ont été incluses sans aucune limitation liée au type de population, à l’âge, à la comorbidité avec une maladie organique ou à la pharmacothérapie.

À notre connaissance, sept ECR ont été menés pour évaluer l’efficacité de la thérapie EMDR dans le traitement des symptômes dépressifs en tant que diagnostic principal. Les caractéristiques de ces études sont présentées dans le Tableau 1. Toutes les études incluaient des patients adultes. Les études avaient des échantillons composés de 22 à 82 participants qui avaient un diagnostic de dépression seulement dans six études, alors que dans une étude, les patients avaient une affection médicale générale concomitante. Cinq études spécifiaient l’utilisation concomitante de traitements antidépresseurs, alors que dans les autres, elle n’était pas spécifiée ou constituait un critère d’exclusion. Le nombre de séances de traitement EMDR variait de 3 à 24. Diverses mesures ont été appliquées pour évaluer les symptômes dépressifs : quatre études ont utilisé le Beck Depression Inventory (BDI), une étude a utilisé l’échelle de dépression de Hamilton, une étude a utilisé à la fois la Symptom Checklist -90 (SCL-90) et le BDI-II, et une étude a utilisé à la fois l’échelle d’évaluation de la dépression de Montgomery-Asberg (MADRS) et le BDI-II.

Résumé des constatations

Dans deux études, l’EMDR a été comparée à l’absence de traitement, c’est-à-dire aux listes d’attente ou à l’absence d’intervention. Behnam Moghadam (2015) a mené une étude impliquant des patients atteints d’infarctus du myocarde pour évaluer l’EMDR dans le traitement de la dépression. Le groupe témoin n’a reçu aucune intervention. Le groupe expérimental a rapporté, par rapport au groupe témoin, une réduction significative des symptômes dépressifs avec des niveaux de symptômes dépressifs inférieurs au seuil clinique après le traitement. Mauna Gauhar (2016) a administré l’EMDR à des patients souffrant de dépression majeure qui ont montré une amélioration significative des symptômes par rapport au groupe témoin (liste d’attente). Cette amélioration a également été identifiée lors des suivis de 3 mois.

Trois études ont évalué l’EMDR par rapport à une autre intervention active. Dans sa thèse non publiée, Hogan (2001) a étudié l’efficacité d’une seule séance d’EMDR ou de TCC. Bien qu’aucune différence significative n’ait été observée entre les deux groupes, qui se sont avérés tout aussi efficaces dans le traitement des symptômes dépressifs, il est possible de les différencier en analysant les données des participants individuels. En effet, quatre personnes appartenant au groupe EMDR présentent une rémission presque complète des symptômes dépressifs. En comparaison, il n’a pas été possible d’observer une telle réduction des symptômes dans le groupe CBT. De plus, les patients ont signalé que le traitement EMDR était moins négatif que la TCC « principalement en raison de la prise de conscience accrue des pensées négatives communes à la TCC mais non ressenties dans le traitement EMDR » (Hogan, 2001). Ostacoli et al. (2018) ont publié le premier ECR comparant l’EMDR à la TCC chez des patients présentant des épisodes dépressifs récurrents et ont rapporté que les deux interventions étaient efficaces pour réduire les niveaux cliniques de dépression, bien qu’une augmentation statistiquement significative du traitement EMDR ait été observée à la fin de la phase d’intervention. Minelli et al. (2019) ont comparé l’EMDR à la thérapie cognitivo-comportementale centrée sur les traumatismes (TF-CBT) chez des patients atteints de dépression résistante au traitement et traités par différents types de thérapies psychosociales et/ou pharmacologiques. L’EMDR s’est avéré aussi efficace que la TF-CBT pour réduire les symptômes de dépression pendant l’hospitalisation ; cependant, lors de la visite de suivi, seul l’EMDR a maintenu cette amélioration.

Enfin, l’EMDR a été évalué comme traitement d’appoint dans deux études. Dans la recherche menée par Lei et Zhen-Ying (2007), une intervention impliquant l’ajout de séances d’EMDR au traitement par sertraline a été comparée à l’administration de sertraline seule. Bien que les données recueillies n’aient montré aucune différence statistiquement significative entre les deux groupes, la combinaison de l’EMDR avec la sertraline semble avoir produit un effet plus rapide, contribuant à une plus grande sécurité et une meilleure observance des thérapies. Hase et al. (2018) ont comparé l’efficacité de l’EMDR combiné à la psychoéducation à la psychoéducation seule chez les patients souffrant de dépression, montrant une amélioration significative chez les patients ayant reçu l’EMDR en complément.

Concernant les protocoles EMDR utilisés pour traiter les patients, quatre études (Behnam Moghadam, 2015 ; Hogan, 2001 ; Lei & Zhen-Ying, 2007 ; Minelli et al., 2019) faisaient référence au protocole EMDR standard de Shapiro (1995 ; Shapiro, 2001). ). Une étude (Mauna Gauhar, 2016) a utilisé le protocole standard de Shapiro mais avec une légère modification en phase 3 lors de l’évaluation de la cible : les patients ont d’abord été invités à identifier la cognition négative la plus fortement associée aux fonctions réduites, puis à identifier l’événement perturbateur associé. Dans les deux autres études (Hase et al., 2018 ; Ostacoli et al., 2018) le traitement EMDR a suivi le protocole DeprEND : c’est-à-dire le manuel de l’EMDR dans le traitement des patients dépressifs (voir Hofmann et al., 2016 pour une explication détaillée).

Discussion

La plupart des recherches sur l’application de l’EMDR pour le traitement des troubles dépressifs menées au cours des 18 dernières années ont porté sur l’utilisation du protocole standard Shapiro (Shapiro, 2001). En 2016, le protocole DeprEND a été publié pour définir un protocole spécifique pour ce type de population, abordant ainsi différents types de souvenirs tels que les souvenirs traumatiques ou les états dépressifs et suicidaires (Hofmann et al., 2016).

Les ECR ayant évalué l’efficacité de l’EMDR sur l’amélioration des symptômes dépressifs sont peu nombreux et soulèvent quelques préoccupations méthodologiques. Cependant, les résultats de ces études suggèrent que l’EMDR pourrait être une option convaincante pour le traitement de la dépression. En particulier, de plus grandes preuves d’efficacité dans le traitement des symptômes dépressifs ont été trouvées lorsque l’EMDR a été comparé à des groupes témoins inactifs (par exemple, liste d’attente). Lorsque l’EMDR a été administré en complément d’autres traitements (par exemple la sertraline ou la psychoéducation), les auteurs ont signalé la possibilité d’amplifier et de renforcer les effets des traitements standards.

Enfin, une comparaison directe avec la TCC (Ostacoli et al., 2018) a révélé que l’EMDR semblait être comparable ou légèrement supérieur à la TCC, qui est considérée comme l’intervention de référence pour le traitement de la dépression, selon les directives cliniques (National Collaborating Center for Santé mentale (Royaume-Uni), 2010). De plus, les résultats de l’analyse de suivi suggèrent que les améliorations EMDR peuvent avoir plus de potentiel pour rester stables et maintenues dans le temps.

Il est possible d’identifier certaines limites concernant les études dans ce domaine. Les preuves actuelles sont fortement influencées par des défauts méthodologiques, y compris des détails de randomisation non rapportés et une petite taille d’échantillon, et seules deux études ont cité le protocole DeprEND. En fait, presque aucune information n’a été fournie sur la conceptualisation du traitement ni le type de cibles, ce qui rend difficile la comparaison des études et l’obtention d’informations cliniques importantes. Par conséquent, les conclusions sont provisoires et doivent être étayées par des évaluations plus vastes et plus solides. Des entretiens cliniques menés par des évaluateurs indépendants doivent être utilisés à l’avenir. Les principaux résultats disponibles à ce jour sont en fait le résultat de mesures auto-rapportées, qui présentent en elles-mêmes le risque d’une faible objectivité dans la mesure de l’efficacité de l’intervention (comme la surestimation potentielle). Seules quelques études incluaient des évaluations de suivi, qui sont fondamentales pour évaluer les effets à long terme. Par conséquent, des recherches mieux conçues sont nécessaires pour confirmer les résultats disponibles.

La diffusion du protocole DeprEND parmi les cliniciens et les chercheurs est de la plus haute importance, afin d’obtenir des données plus comparables et d’augmenter l’information sur l’efficacité de ce protocole EMDR spécifique. Plus largement, au-delà des aspects méthodologiques, davantage d’informations sur la conceptualisation du traitement, les cibles et la stabilisation, ainsi que les techniques d’installation des ressources devraient être fournies. Ces recommandations ont une répercussion au niveau clinique et de la recherche, permettant de tirer le meilleur parti du potentiel du traitement EMDR. De plus, afin d’élargir le cadre des connaissances sur ce sujet, une revue systématique et une méta-analyse sur les effets du traitement EMDR sur les symptômes dépressifs, à la fois comme critère de jugement principal et secondaire dans des études contrôlées, est en cours par notre groupe de recherche (PROSPERO Inscrivez-vous au numéro d’enregistrement des revues systématiques : CRD42018090086). En conclusion, même si davantage de recherches sont nécessaires, l’EMDR pourrait être considérée comme une thérapie utile pour traiter la dépression, comme alternative aux traitements de référence ou en complément des outils cliniques de routine.

Lire l’article Un Bref Résumé Narratif des Essais Contrôlés Randomisés étudiant l’utilisation de l’EMDR avec des Patients atteints de Dépression, en anglais en ligne

En savoir plus

Références de l’article Un Bref Résumé Narratif des Essais Contrôlés Randomisés étudiant l’utilisation de l’EMDR avec des Patients atteints de Dépression

  • auteurs : Malandrone, Francesca, Carletto, Sara, Hase, Michael Hofmann, Arne, Ostacoli, Luca,
  • titre en anglais : A Brief Narrative Summary of Randomized Controlled Trials Investigating EMDR Treatment of Patients With Depression
  • publié dans le Journal of EMDR Practice and Research 13(4): 302-306
  • doi : 10.1891/1933-3196.13.4.302

Formations avec Michael Hase :