Aborder les pensées et les comportements suicidaires cooccurrents et le trouble de stress post-traumatique dans les psychothérapies fondées sur des preuves pour les adultes

Aborder les pensées et les comportements suicidaires cooccurrents et le trouble de stress post-traumatique dans les psychothérapies fondées sur des preuves pour les adultes

Aborder les pensées et les comportements suicidaires cooccurrents et le trouble de stress post-traumatique dans les psychothérapies fondées sur des preuves pour les adultes, un article de Rozek, D. C., Baker, S. N., Rugo, K. F., Steigerwald, V. L., Sippel, L. M., Holliday, R., Smith, N. B., publié dans le Journal of Traumatic Stress

Article publié en anglais – disponible en ligne sur le site de l’éditeur – accès payant

Résumé 

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est un facteur de risque bien établi pour les pensées et les comportements suicidaires. Historiquement, les lignes directrices pour le traitement dU TSPT ont recommandé de ne pas utiliser les thérapies axées sur le traumatisme pour les patients qui présentent un risque élevé de suicide, probablement en raison de préoccupations concernant la iatrogénèse potentielle liée au suicide, plus précisément le  » déclenchement  » de comportements suicidaires. Cette revue systématique a examiné les preuves de l’impact des traitements spécifiquement conçus pour traiter le TSPT ou le suicide sur les résultats liés au TSPT et au suicide.

 

Les directives PRISMA (Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses) ont été suivies, et 33 articles au total ont satisfait aux critères d’inclusion complets : 23 examinant les traitements du TSPT, quatre examinant les traitements axés sur le suicide et six examinant les traitements combinés. Les traitements du TSPT et les traitements combinés ont réduit les résultats liés au TSPT et au suicide, la plupart des études se concentrant sur la thérapie de traitement cognitif ou l’exposition prolongée. Les traitements axés sur le suicide (par exemple, les thérapies cognitives pour la prévention du suicide) ont également réduit les résultats liés au suicide, mais les résultats étaient mitigés quant à leur impact sur les résultats liés au TSPT. Dans l’ensemble, les traitements du TSPT ont reçu le plus de soutien, principalement en raison du plus grand nombre d’études examinant leurs résultats. Ces résultats vont dans le sens des directives cliniques actuelles, qui suggèrent d’utiliser des . Les traitements axés sur le suicide et les traitements combinés sont également apparus comme des formats prometteurs, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires. Les recherches futures devraient chercher à comparer l’efficacité des approches du traitement du TSPT et des pensées et comportements suicidaires de façon concomitante, ainsi qu’à informer les lignes directrices visant à soutenir les décisions concernant la sélection d’une approche de traitement appropriée.

 

Traitement du TSPT 

 

EMDR 

Quatre études ont inclus l’EMDR. Deux études ont examiné uniquement l’EMDR (van den Berg & van der Gaag, 2012 ; Jamshidi et al., 2020), tandis que deux études ont comparé l’EMDR à un autre EBT (de Bont et al., 2013 ; van den Berg et al., 2016). Parmi ces études, l’une a montré des réductions significatives à la fois du TSPT et des idées suicidaires (Jamshidi et al., 2020). L’étude de van den Berg et de ses collègues (2016) a révélé que les taux d’événements indésirables (p. ex. tentatives de suicide, contact de crise, hospitalisation psychiatrique) survenus pendant le traitement et au moment du suivi étaient comparables pour les participants dans toutes les conditions (c.-à-d. PE, EMDR et liste d’attente), mais moins fréquents dans les groupes axés sur le traumatisme (c.-à-d. PE et EMDR). Les deux autres études (van den Berg & van der Gaag, 2012 ; de Bont et al., 2013) ont rapporté une amélioration significative des scores du TSPT et aucun rapport d’événements indésirables. L’EMDR a été dispensé dans une variété de formats (par exemple, individuel, hebdomadaire, bihebdomadaire). Les populations traitées comprenaient des femmes ayant des antécédents de violence envers les enfants (Jamshidi et al., 2020) et des personnes souffrant de tspt et de troubles du spectre de la schizophrénie (van den Berg & van der Gaag, 2013), de psychose (van den Berg et al., 2016) ou de symptômes psychotiques actuels (de Bont et al., 2013).

 

Lire l’article complet en ligne : Aborder les pensées et les comportements suicidaires cooccurrents et le trouble de stress post-traumatique dans les psychothérapies fondées sur des preuves pour les adultes 

 

En savoir plus

Références de l’article Aborder les pensées et les comportements suicidaires cooccurrents et le trouble de stress post-traumatique dans les psychothérapies fondées sur des preuves pour les adultes :

  • auteurs : Rozek,  D. C., Baker, S. N., Rugo, K. F., Steigerwald, V. L., Sippel, L. M.,  Holliday, R., Smith, N. B.
  • titre en anglais : Addressing co-occurring  suicidal thoughts and behaviors and posttraumatic stress disorder in  evidence-based psychotherapies for adults: A systematic review
  • publié dans : J Trauma Stress
  • doi :10.1002/jts.22774