Adaptations culturelles du protocole EMDR standard dans cinq pays africains

Un article Adaptations culturelles du protocole EMDR standard dans cinq pays africains, de Mbazzi, F. B., Dewailly, A., Admasu, K., Duagani, Y., Wamala, K., Vera, A., Roth, G., publié dans le Journal of EMDR Practice and Research

 

Article publié en anglais – disponible en ligne sur le site de l’éditeur – accès payant

(gratuit pour les membres d’EMDR France) 

 

Résumé 

 

Depuis 2007, les agents de santé mentale en Afrique subsaharienne ont été formés à la thérapie de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires (EMDR). 

 

Cette étude qualitative a utilisé une conception afrocentrique avec une analyse thématique pour étudier les adaptations au protocole standard EMDR qui le rendent culturellement pertinent pour les patients africains. 

 

Les participants étaient 25 thérapeutes EMDR (trois hommes, tranche d’âge de 32 à 60 ans, x̄ = 44) de cinq pays africains, qui ont pratiqué l’EMDR pendant 1 à 11 ans (x̄ = 7). 

Tous ont répondu à un questionnaire d’enquête, huit ont participé à un groupe de discussion et deux ont fourni une analyse des notes de supervision. 

 

Les participants ont trouvé que l’EMDR était une thérapie utile et bénéfique et l’ont préférée à d’autres thérapies en raison de sa nature non narrative et de ses résultats rapides. 

Nous avons identifié quatre domaines dans lesquels les thérapeutes africains ont systématiquement fait des adaptations au protocole standard : la formulation du texte du protocole, l’expression culturelle des pensées et des émotions, le choix de la stimulation et la simplification des échelles quantitatives. 

 

Sur la base des résultats de l’étude, nous formulons de nombreuses recommandations pour des adaptations culturelles au protocole EMDR.

 Celles-ci incluent des changements de langue pour prendre en compte la communication «orientée vers nous» des patients ; interprétations culturelles des pensées et événements positifs et négatifs ; l’ajout d’activités culturelles telles que la danse, la musique et les pratiques religieuses comme exercices de ressourcement ; en utilisant des gestes de la main ou l’échelle des visages picturaux au lieu des échelles ordinales ; et l’utilisation de tapotements pour une stimulation bilatérale au lieu de mouvements oculaires, parfois considérés comme de la «sorcellerie». 

 

La pertinence des résultats pour la pratique et la formation EMDR est discutée. 

Nous recommandons aux chercheurs africains d’étudier plus avant l’acceptabilité, l’utilisation et l’efficacité de l’EMDR dans leurs pays.

Lire l’article Adaptations culturelles du protocole EMDR standard dans cinq pays africains complet en ligne

 

En savoir plus 

 

Références de l’article Adaptations culturelles du protocole EMDR standard dans cinq pays africains :

  • auteurs : Mbazzi, F. B., Dewailly, A., Admasu, K., Duagani, Y., Wamala, K., Vera, A., Roth, G.
  • titre en anglais : Cultural Adaptations of the Standard EMDR Protocol in Five African Countries
  • publié dans : Journal of EMDR Practice and Research, 15(1), 29-43
  • doi :10.1891/emdr-d-20-00028

 

Formation(s) : Clinique de l’exil et EMDR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *