Adaptations culturelles du protocole EMDR standard dans cinq pays africains

Un article Adaptations culturelles du protocole EMDR standard dans cinq pays africains, de Mbazzi, F. B., Dewailly, A., Admasu, K., Duagani, Y., Wamala, K., Vera, A., Roth, G., publié dans le Journal of EMDR Practice and Research

Article publié en anglais – disponible en ligne sur le site de l’éditeur – accès payant

(gratuit pour les membres d’EMDR France) 

Résumé 

Depuis 2007, les agents de santé mentale en Afrique subsaharienne ont été formés à la thérapie de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires (EMDR). 

Cette étude qualitative a utilisé une conception afrocentrique avec une analyse thématique pour étudier les adaptations au protocole standard EMDR qui le rendent culturellement pertinent pour les patients africains. 

Les participants étaient 25 thérapeutes EMDR (trois hommes, tranche d’âge de 32 à 60 ans, x̄ = 44) de cinq pays africains, qui ont pratiqué l’EMDR pendant 1 à 11 ans (x̄ = 7). 

Tous ont répondu à un questionnaire d’enquête, huit ont participé à un groupe de discussion et deux ont fourni une analyse des notes de supervision. 

Les participants ont trouvé que l’EMDR était une thérapie utile et bénéfique et l’ont préférée à d’autres thérapies en raison de sa nature non narrative et de ses résultats rapides. 

Nous avons identifié quatre domaines dans lesquels les thérapeutes africains ont systématiquement fait des adaptations au protocole standard : la formulation du texte du protocole, l’expression culturelle des pensées et des émotions, le choix de la stimulation et la simplification des échelles quantitatives. 

Sur la base des résultats de l’étude, nous formulons de nombreuses recommandations pour des adaptations culturelles au protocole EMDR.

Celles-ci incluent des changements de langue pour prendre en compte la communication «orientée vers nous» des patients ; interprétations culturelles des pensées et événements positifs et négatifs ; l’ajout d’activités culturelles telles que la danse, la musique et les pratiques religieuses comme exercices de ressourcement ; en utilisant des gestes de la main ou l’échelle des visages picturaux au lieu des échelles ordinales ; et l’utilisation de tapotements pour une stimulation bilatérale au lieu de mouvements oculaires, parfois considérés comme de la «sorcellerie». 

La pertinence des résultats pour la pratique et la formation EMDR est discutée. 

Nous recommandons aux chercheurs africains d’étudier plus avant l’acceptabilité, l’utilisation et l’efficacité de l’EMDR dans leurs pays.

Extraits en français

L’EMDR en Afrique sub-saharienne

Dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, le poids du  stress traumatique est élevé en raison de diverses guerres, catastrophes naturelles, naturelles et d’origine humaine, et du manque de services de santé mentale de santé mentale (Atwoli et al., 2013 ; Beiser et al., 2010 ; Jenkins et al. et al., 2015 ; Kane et al., 2016 ; Njenga et al., 2006 ; Okello et al., 2013 ; Verhey et al., 2018 ; Winkler et al, 2015). Malheureusement, de nombreux pays à faible revenu manquent de professionnels de la santé mentale formés, et l’écart de traitement est énorme (Lund et al., 2012 ; Patel et al., 2007).

Depuis 2007, des travailleurs sociaux, des conseillers et des psychologues africains du Burundi, du Cameroun, de la République démocratique du Congo, de l’Éthiopie, du Kenya, du Rwanda, de l’Afrique du Sud, du Soudan, de la Tanzanie, du Togo, de l’Ouganda, de la Zambie et du Zimbabwe ont été formés à l’EMDR par diverses associations de programmes d’aide humanitaire EMDR (HAP)  des États-Unis, de la France, de l’Allemagne, d’Israël, des Pays-Bas, de l’Espagne et de la Suisse (Fernandez et al., 2014 ; Zimmermann, 2014). On sait très peu de choses sur l’utilisation de l’EMDR en Afrique subsaharienne. Masters et al. (2017) et Zimmerman (2014) ont décrit l’expérience de l’enseignement de l’EMDR dans les pays africains (Masters et al., 2017 ; Zimmermann, 2014). Cependant, seules quelques publications sont disponibles sur son utilisation réelle et les résultats de la thérapie EMDR dans les pays africains.

En Afrique du Sud, une étude sur l’utilisation du protocole standard d’EMDR avec trois patients atteints de cancer a montré des résultats bénéfiques (Peters et al., 2017). Une étude menée en Ouganda auprès de 19 travailleurs de la santé mentale a suggéré que l’adaptation culturelle des directives était importante avant d’utiliser l’EMDR dans le pays, bien qu’aucune suggestion spécifique n’ait été faite sur la façon d’adapter le protocole standard (Kane et al., 2016). En Ethiopie, le protocole de traitement intégratif de groupe de l’EMDR (IGTP) (Artigas et al., 2009) a été administré à 48 réfugiés adolescents, avec une diminution significative des symptômes de TSPT et d’anxiété après le traitement EMDR (Smyth-Dent et al., 2019). En République démocratique du Congo, le même protocole de groupe a été testé et comparé en 2008 avec une thérapie EMDR individuelle auprès de 37 jeunes femmes ayant subi des agressions sexuelles, avec une réduction plus importante des scores SUDS chez les femmes ayant reçu un traitement individuel (Allon, 2015). À l’exception de l’étude d’Allon, aucune information n’est disponible sur les adaptations culturelles que les thérapeutes EMDR africains ont apportées au protocole dans les rapports sur ces études. Les modifications culturelles sont cruciales lorsqu’il s’agit d’adopter des méthodes thérapeutiques de pays à haut revenu pour les utiliser dans des pays à faible revenu (Chowdhary et al., 2014 ; Patel et al., 2007 ; Wilson & Tang, 2007).

Modifications culturelles de l’EMDR

La thérapie EMDR a été initialement développée par Shapiro aux Etats-Unis. Comme son utilisation s’est répandue dans le monde entier, divers auteurs ont suggéré des adaptations culturelles du protocole pour s’assurer qu’il peut être utilisé avec des personnes de différents milieux culturels. Des adaptations culturelles des protocoles EMDR individuels et de groupe ont été décrites par des thérapeutes et des chercheurs d’Asie, d’Europe, du Moyen-Orient et d’Amérique du Nord et du Sud (Acarturk et al., 2015 ; Allon, 2015 ; Hurn & Barron, 2018 ; Jarero et al., 2014 ; Lehnung et al., 2017 ; Mehrotra, 2014 ; Rasolkhani-Kalhorn, 2005 ; Seponski, 2011 ; Ter Heide et al., 2014 ; Woo, 2014). L’EMDR-IGTP a également été utilisé avec succès auprès d’enfants et d’adultes dans divers contextes à faibles ressources (Artigas et al., 2014 ; Jarero & Artigas, 2012 ; Wong, 2018).

Spierings a recommandé l’utilisation de métaphores culturellement appropriées pour expliquer les traumatismes et a souligné l’importance de la « compétence interculturelle ». Elle l’a définie comme  » une manière structurée de construire des relations thérapeutiques avec des patients de cultures différentes et d’instaurer la confiance  » (p. 3, Spierings, 1999). Ce concept a été développé par d’autres thérapeutes en Europe et aux États-Unis (Amara, 2017 ; Hartung, 2017 ; Masters et al., 2017 ; Nickerson, 2017).

Nickerson (2017) a souligné l’impératif de la compétence culturelle. Il a affirmé que les cliniciens EMDR peuvent employer des modifications culturellement informées pour chacune des huit phases, tant que ces modifications restent cohérentes avec le modèle TAI de Shapiro et accomplissent les objectifs de chaque phase. Il a encouragé les cliniciens EMDR à développer une conscience culturelle afin qu’ils puissent adapter les procédures EMDR standard au contexte culturel, construire des alliances thérapeutiques sensibles à la culture et prendre en compte les aspects culturels lors de la mise en œuvre des évaluations, des formulations de cas et des plans de traitement. Hartung (2017) a décrit l’importance de comprendre les pratiques et les coutumes culturelles lors de l’enseignement et de l’utilisation de l’EMDR dans différentes sociétés d’Asie, d’Europe et des Amériques. Il a reconnu les différents concepts culturels sur la santé mentale qui se reflètent dans l’histoire des soins de santé mentale dans différents pays.

Spierings (2004), Hartung (2017), Amara (2017) et Zimmerman (2014) ont proposé les adaptations suivantes du protocole standard pour le rendre plus approprié culturellement aux personnes issues de cultures du Sud global :

En phase 1 :

  • UtiliseZ la prière au début d’une séance si cela aide le patient (Spierings, 2004).
  • Tenez compte des traumatismes passés et en cours lorsque vous recueillez les antécédents du patient et utilisez des moyens indirects de les demander, car de nombreux patients peuvent se sentir en danger ou gênés lorsqu’ils parlent de leurs symptômes psychologiques (Amara, 2017 ; Spierings, 2004).
  • Utilisez la technique de la ligne de vie pour recueillir l’histoire, et ne sélectionnez que quelques cibles à traiter lors de l’élaboration d’un plan de traitement (Spierings, 2004).
  • Inclure les souvenirs positifs sur la ligne de vie pour permettre au client de voir sa vie du passé au futur en passant par le présent. Si les souvenirs négatifs l’emportent sur les positifs, prenez du temps supplémentaire pour trouver des souvenirs positifs et construire des ressources supplémentaires (Hartung, 2017).

(…)

Lire l’article Adaptations culturelles du protocole EMDR standard dans cinq pays africains complet en ligne

En savoir plus 

Références de l’article Adaptations culturelles du protocole EMDR standard dans cinq pays africains :

  • auteurs : Mbazzi, F. B., Dewailly, A., Admasu, K., Duagani, Y., Wamala, K., Vera, A., Roth, G.
  • titre en anglais : Cultural Adaptations of the Standard EMDR Protocol in Five African Countries
  • publié dans : Journal of EMDR Practice and Research, 15(1), 29-43
  • doi :10.1891/emdr-d-20-00028

Formation(s) : Clinique de l’exil et EMDR

Un article Adaptations culturelles du protocole EMDR standard dans cinq pays africains, de Mbazzi, F. B., Dewailly, A., Admasu, K., Duagani, Y., Wamala, K., Vera, A., Roth, G., publié dans le Journal of EMDR Practice and Research

Article publié en anglais – disponible en ligne sur le site de l’éditeur – accès payant

(gratuit pour les membres d’EMDR France) 

Résumé 

Depuis 2007, les agents de santé mentale en Afrique subsaharienne ont été formés à la thérapie de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires (EMDR). 

Cette étude qualitative a utilisé une conception afrocentrique avec une analyse thématique pour étudier les adaptations au protocole standard EMDR qui le rendent culturellement pertinent pour les patients africains. 

Les participants étaient 25 thérapeutes EMDR (trois hommes, tranche d’âge de 32 à 60 ans, x̄ = 44) de cinq pays africains, qui ont pratiqué l’EMDR pendant 1 à 11 ans (x̄ = 7). 

Tous ont répondu à un questionnaire d’enquête, huit ont participé à un groupe de discussion et deux ont fourni une analyse des notes de supervision. 

Les participants ont trouvé que l’EMDR était une thérapie utile et bénéfique et l’ont préférée à d’autres thérapies en raison de sa nature non narrative et de ses résultats rapides. 

Nous avons identifié quatre domaines dans lesquels les thérapeutes africains ont systématiquement fait des adaptations au protocole standard : la formulation du texte du protocole, l’expression culturelle des pensées et des émotions, le choix de la stimulation et la simplification des échelles quantitatives. 

Sur la base des résultats de l’étude, nous formulons de nombreuses recommandations pour des adaptations culturelles au protocole EMDR.

 Celles-ci incluent des changements de langue pour prendre en compte la communication «orientée vers nous» des patients ; interprétations culturelles des pensées et événements positifs et négatifs ; l’ajout d’activités culturelles telles que la danse, la musique et les pratiques religieuses comme exercices de ressourcement ; en utilisant des gestes de la main ou l’échelle des visages picturaux au lieu des échelles ordinales ; et l’utilisation de tapotements pour une stimulation bilatérale au lieu de mouvements oculaires, parfois considérés comme de la «sorcellerie». 

La pertinence des résultats pour la pratique et la formation EMDR est discutée. 

Nous recommandons aux chercheurs africains d’étudier plus avant l’acceptabilité, l’utilisation et l’efficacité de l’EMDR dans leurs pays.

Lire l’article Adaptations culturelles du protocole EMDR standard dans cinq pays africains complet en ligne

En savoir plus 

Références de l’article Adaptations culturelles du protocole EMDR standard dans cinq pays africains :

  • auteurs : Mbazzi, F. B., Dewailly, A., Admasu, K., Duagani, Y., Wamala, K., Vera, A., Roth, G.
  • titre en anglais : Cultural Adaptations of the Standard EMDR Protocol in Five African Countries
  • publié dans : Journal of EMDR Practice and Research, 15(1), 29-43
  • doi :10.1891/emdr-d-20-00028

Formation(s) : Clinique de l’exil et EMDR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *