Cohérence cardiaque : un outil pour les psy

Cohérence cardiaque : un outil pour les psy

Une Interview de David O’Hare sur le thème Cohérence cardiaque : un outil pour les psy.

La réponse de David : La cohérence cardiaque est intéressante pour les psychiatres, psychologues et psychothérapeutes, c’est à dire toutes les personnes qui ont une intervention de type psychothérapeutique, à plusieurs titres.

Tout d’abord, la cohérence cardiaque leur donne un outil de dépistage émotionnel. C’est du biofeedback. Le spécialiste, le psy peut utiliser du matériel qui va repérer les écarts émotionnels, en particulier les stimuli du type sympathique, comme la peur, la colère, le dégout… Toutes les émotions désagréables vont s’inscrire à l’écran. Le spécialiste va ainsi pouvoir repérer un mouvement corporel du patient qui peut passer inaperçu et rebondir dessus. Nous avons un écran qui s’appelle spectrogramme, le spécialiste va voir qu’il se passe quelque chose au niveau du système nerveux autonome, c’est à dire au niveau surtout du système d’activation, qui est très souvent passé inaperçu par le client. Il va pouvoir dire : “ Vous avez pensé à quoi là ? Vous avez vu que votre courbe est complètement différente ? Quelle est la pensée que vous avez eue ? Quelle est l’émotion que vous venez de vivre ? “ Cela va lui donner un outil de repérage émotionnel dont très souvent le patient n’aura même pas vraiment conscience. Donc, c’est déjà, je ne vais pas dire au niveau diagnostique, mais au niveau repérage. On a un marqueur en temps réel d’un mouvement émotionnel en général désagréable. Ce n’est pas de la cohérence cardiaque, c’est du repérage.

Le thérapeute formé à la cohérence cardiaque va pouvoir utiliser cette situation, cette image, cette émotion, cette pensée désagréable, qui est très souvent récurrente, pour faire ce que l’on appelle une désensibilisation par la cohérence cardiaque. Il va enseigner à son patient, qui pratique la cohérence cardiaque, à qui il aura enseigné la cohérence cardiaque, et la pratique de base de type 3-6-5, après plusieurs semaines ou mois de pratique, quand le patient pourra se mettre en cohérence cardiaque sans aucune aide extérieure. Il va lui proposer d’évoquer soit par la parole, mais encore mieux par l’imagerie mentale ou par l’évocation du thérapeute, une situation, un événement qui a déclenché cette émotion au départ. Il va l’entrainer, avec le logiciel, à rester en neutralité émotionnelle tout en s’immergeant par la pensée ou par l’imagerie mentale dans la situation. C’est une véritable désensibilisation par la cohérence cardiaque d’une situation, d’une image, d’une émotion. Et cela c’est rapproché des thérapies cognitives et comportementales. D’ailleurs ce protocole a été proposé à des psychologues TCC comme psychothérapie à part entière pour les sujets qu’on évite ou les sujets qui déclenchent une réaction d’évitement ou de compulsion, des compulsions alimentaires ou des troubles des addictions. On va proposer de priver de charge émotionnelle des choses désagréables par la superposition de la cohérence cardiaque à une imagerie mentale sur une situation.

C’est le premier rôle en tant réel, dans le cabinet du psy. Il va pouvoir repérer un générateur d’émotions désagréables, auquel le patient n’a pas forcément accès, poser des questions, faire une analyse fonctionnelle. ” Là il y a une émotion, c’était quoi ? de la peur ? du dégout ? de la surprise ? ” Les émotions sont toujours adossées à une pensée. ” La peur. Vous avez peur de quoi ? “  A partir cela, le thérapeute va créer un exercice, c’est à dire évoquer cette situation, cette peur, avec la cohérence cardiaque, et créer un exercice spécifique que le patient va pouvoir utiliser chez lui. Le patient peut, par exemple, se mettre en cohérence cardiaque pendant 2 minutes, évoquer cette situation, ce sujet chargé en émotions, pendant 1 minute, comme une bande annonce d’un film désagréable, et terminer par 2 minutes de cohérence cardiaque. Le patient peut faire ça tous les soirs. En général, on arrive avec cet apprentissage – en superposant une bande son désagréable et un état de cohérence – à  priver de sens émotionnel ce petit cauchemar. Et, très souvent, après 2 à 3 semaines de pratique régulière, quotidienne, le soir, quand, dans le cabinet, on branche notre patient sur notre appareil, on peut montrer qu’il arrive à passer à travers cette émotion, ce souvenir ou cette anticipation sans sortir de la zone émotionnelle neutre. C’est donc un outil de désensibilisation émotionnel.

Je pense que les professions qui ont le plus à gagner en incorporant l’outil cohérence cardiaque dans leur pratique sont vraiment les psychiatres, psychologues, psychothérapeutes qui ont une activité d’intervention thérapeutique avec la cohérence cardiaque.


David O’Hare a été médecin de famille à Marseille, puis à Nîmes pendant 30 ans. Lorsqu’il a rencontré la Cohérence cardiaque aux Etats Unis, il s’y est quasiment consacré pour orienter son activité vers les domaines de la gestion du stress, de l’anxiété, de la dépression et de la prise en charge du surpoids et des troubles du comportement alimentaire par une méthodologies globale incluant les émotions. Diplômé de la Faculté de Médecine de Marseille. Diplômé de diététique médicale et de nutrition de la faculté de médecine de Montpellier. Diplômé en Psychologie Cognitive et Comportementale par la faculté de Médecine de Montpellier. Le Dr O’Hare est l’auteur de « Maigrir par la Cohérence cardiaque », « Intuitions »,  « 365 » et de « Le Bien Naître » et « 5 minutes le matin » ; il est également co-auteur de « 6 ordonnances anti-stress ». Il réside actuellement au Québec et se consacre à l’enseignement, l’écriture et l’intervention en gestion du stress dans les entreprises. (en savoir plus sur David O’Hare)

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *