Dossier EMDR et TOC

Dossier EMDR et TOC

Dans ce dossier EMDR et TOC, nous vous proposons de (re)voir des notions de bases utiles à la compréhension du TOC et de vous donner des pistes pratiques sur comment utiliser l’EMDR pour soigner ces patients : Quelles sont les indications cliniques pour l’utilisation de l’EMDR dans le traitement d’un patient souffrant de TOC ? Quels sont les moments optimums pour l’application de l’EMDR dans le traitement des TOC et les problèmes typiques rencontrés pour ces problématiques ? Quelles cognitions négatives et positives utiliser avec les TOC ? Quels sont les tissages particuliers pour les patients TOC ?…

Nous tenterons de répondre à ces questions au fil des différents articles publiés dans ce dossier EMDR et TOC.

Le trouble obsessif compulsif (TOC) est un trouble anxieux généralement chronique se présentant avec des obsessions récurrentes tel des idées persistantes, des images mentales et des compulsions (suivant les obsessions) tel des actes physiques ou mentaux répétitifs.

Comme pour les autres troubles anxieux, les causes d’un trouble obsessionnel compulsif sont « multifactorielles » : des participations génétiques, congénitales, éducatives et sociales sont évoquées.

Le TOC débute généralement de façon progressive, parfois au cours de l’enfance, mais le plus souvent au cours de l’adolescence ou chez le jeune adulte. Il devient habituellement chronique et fluctue dans le temps avec des hauts et des bas pouvant être influencés par des stresseurs aigus ou chroniques.

L’Organisation mondiale de la santé (2011) fait figurer le TOC parmi les 20 maladies les plus invalidantes au monde.

Épidémiologie

La fréquence de cette affection a été longtemps sous-estimée en raison de divers facteurs tels que l’absence de consultation spontanée (peur de paraître “fou”), l’aspect secret des symptômes, la comorbidité fréquente. Des études épidémiologiques récentes évaluent la prévalence du TOC à vie entre 1,9 % et 3% de la population générale (Leahy, Holland, McGinn, 2012), soit plus d’un million de personnes. Ce chiffre augmente si on y ajoute les pathologies associées ou celles faisant partie du spectre des pathologies reliées au TOC.

Il se répartit également entre les deux sexes mais il survient plus précocement chez les hommes.

Pris en charge
Les troubles tels qu’anxiété sociale, anxiété de séparation et TOC demandent une prise en charge spécifique.
Les objectifs thérapeutiques sont généralement : diminuer les symptômes, diminuer la perte de temps, améliorer la qualité de vie, limiter les effets indésirables des traitements…
Diverses études ont démontré que 15–40% des patients atteints d’un trouble obsessionnel compulsif (TOC) ne répondent pas à la psychothérapie habituelle ; ils sont difficilement motivés à suivre un traitement, l’abandonnent ou rencontrent des difficultés persistantes à réguler leurs émotions. L’EMDR peut être  une méthode utile dans le traitement du TOC mais aussi de troubles associés comme la trichotillomanie, la dysmorphophobie ou l’hypocondrie.

Les premiers articles publiés dans le dossier EMDR et TOC sont les suivants. Des articles seront ajoutés au fil des mois en fonction des nouvelles publications et enquêtes publiées.

En savoir plus :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *