Duo dynamique de McKelvey

Duo dynamique de McKelvey

Le protocole Duo dynamique d’Anne-Marie McKelvey (2009) postule que l’EMDR permet d’ancrer rapidement des forces de caractères et/ou la gratitude.

Elle propose d’intégrer 8 applications de la psychologie positive dans les séances EMDR.

4 premières applications sont basées sur les forces de caractères

Les  étapes sont les suivantes : (A) Demander au patient de faire l’inventaire des forces de caractères (B) Identifier les 5 forces distinctives du patient et (C) utiliser le protocole standard EMDR pour incorporer ces 5 forces plus consciemment dans la vie quotidienne (Peterson & Seligman, 2004).

  • le dépoussiérage des forces

Martine Laizeau explique : ” le patient est invité à se positionner comme pour une séance habituelle d’EMDR. Il choisit ensuite l’une des 5 forces repérées avec l’inventaire des forces de caractères. Le thérapeute recherche avec son patient des exemples d’utilisation de cette force, explore avec lui toutes les dimensions et les sensations corporelles associées, tout en procédant à des stimulations bilatérales alternées lentes. On fonctionne de la même manière avec les autres forces en fonction des besoins du client “.

  • changer ses habitudes,

L’objectif de cette application est d’aider les patients à se débarrasser de leurs mauvaises habitudes en intégrant des SBA associées aux forces dont ils peuvent se servir pour atteindre cet objectif.

  • les cognitions positives

McKelvey associe les forces et les cognitions positives du protocole standard.  Elle explique qu’il existe plusieurs moyens pour y parvenir. la plus simple est de déterminer quelle force correspond le mieux avec la cognition positive à installer. Une fois le protocole standard effectué, et la cognition positive installée, le thérapeute peut par exemple demander au patient ” quelle force pourrait vous permettre de ressentir encore mieux cette CP ? ” Si le patient répond ” Je ne sais pas “, le thérapeute peut revoir avec lui la liste de ses forces de caractères.

  • les forces et trouver son équilibre

4 applications  basées sur le concept de gratitude

  • la liste de gratitude

Le patient écrit une liste des 10 aspects de sa vie pour lesquels il ressent de la gratitude, au minimum 4 fois par semaine, pendant 3 à 5 minutes. McKelvey propose ensuite au patient, une fois la liste rédigée,  de faire la technique du papillon, en savourant chaque élément de sa liste.

  • la lettre de gratitude

Le thérapeute effectue des SBA lentes pour installer la gratitude provoquée lors de la réalisation de cette lettre.

  • les 3 bonnes choses

Le thérapeute demande au patient de repenser chaque soir à sa journée, juste avant d’aller se coucher, et de noter 3 choses qui se sont bien passées. Plusieurs recherches ont démontrées que cet exercice accroit durablement le bonheur et fait décroitre les symptômes dépressifs pendant au moins six mois.

Dans cette 7e application, McKelvey n’intègre pas l’EMDR.

  • la pratique de la reconnaissance

Limites

Il n’existe pas à ce jour de validation scientifique des différentes applications de McKelvey.

Dans un poster présenté lors de la 13e conférence EMDR, en 2012, Martine Laizeau, Cyril Traquinio et Charles Martin-Krumm présentent une étude qui conclue qu’il n’y a aucune preuve scientifique que l’EMDR peut améliorer l’intégration de la psychologie positive, contrairement aux affirmations de McKelvey. 

Sources :

  • Regourd-Laizeau, M., Tarquinio, C., & Martin-Krumm, C. (2012, June). Is McKelvey, (2009) correct, are E.M.D.R. and positive psychology really a “dynamic duo”? Poster presented at the 13th EMDR Europe Association Conference, Madrid, Spain
  • McKelvey Anne-Marie (2014) The Three Treasures: EMDR, Positive Psychology & Loving Kindness Meditation, 16th european conference, EMDR Europe, edinburgh
  • McKelvey Anne-Marie () Awakening the Budda Within,

En savoir plus :

Regourd-Laizeau, M., Tarquinio, C., & Martin-Krumm, C. (2012, June). Is McKelvey, (2009) correct, are E.M.D.R. and positive psychology really a “dynamic duo” ? Poster presented at the 13th EMDR Europe Association Conference, Madrid, Spain

Hypothèse : in accordance with McKelvey’s (2009) contention, scores from the EMDR group should differ significantly from scores from the discussion group and similarly from the control group for all measures.

Résumé : Limitations: It is likely that one session of EMDR is insufficient to demonstrate significant differences between the groups. Several further sessions would help in assessing how much more EMDR is required before results reach statistical significance. Sack, Lempa, and Lamprecht (2001) and Maxfield, and Hyer(2002) showed how important is the methodology to assess efficacy of EMDR. This study shows that there is no significant difference between EMDR, and discussion at least in relation to optimism, life satisfaction, and self esteem. It’s nearly the same results in treating PTSD when comparing EMDR and CBT: both therapy methods tend to be equally efficacious (Bisson, et al 2007; Bradley, et al 2005; Davidson, et al. 2001; Seidler & Wagner (2006) ; Van Etten & Taylor,1998) even if EMDR is noticed to be quickest. As Shapiro’s argues it is very important to verify whether intuition can be scientifically demonstrated and is, therefore, valid. In this case, there is no scientific proof that EMDR can significantly improve integration of positive psychology with EMDR, unlike McKelvey contention. However, this is an initial study and it is hoped that future studies will refine the methodology used here.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *