échelle de résilience

échelle de résilience

Cet article sur l’échelle de résilience est publié dans le cadre de notre dossier sur les Instruments de mesure en psychologie positive.

La résilience a été prouvée comme étant quantifiable au travers d’échelles telles que l’échelle  Connor-Davidson Resilience Scale (CD-RISC) de Connor et Davidson (2003) que nou présentons dans cet article.  Il en existent d’autres, comme par exemples : le Resilience scale (RS) de Wagnild et Young (1993), l’Adolescent Resi- lient Scale (ARS) d‘Oshio et al. (2002), la Resiliency Scale de Jew (1991) ou encore le Resilience Scale For Adolescents (READ) de Hjemdal et al. (2006). Les premières échelles de mesure de la résilience ciblaient uniquement certaines caractéristiques. Aujourd’hui, considérant que la résilience est un concept multidimensionnel, les échelles de résilience s’intéressent à un ensemble de caractéristiques qui varient selon le sexe, l’âge, l’époque, la culture et le contexte social.

La Connor-Davidson Resilience Scale (CD-RISC) a été développé en 2003 par Kathryn Connor et Jonathan Davidson.

Cette échelle de résilience permet d’évaluer les facteurs de protection concourant à la résilience. Elle a été conçue pour répondre uniquement à l’évaluation des variables individuelles.

Cette échelle de résilience a été développée à partir d’une recension des écrits sur les caractéristiques personnelles relevées par les recherches s’y intéressant. Une fois les caractéristiques relevées, les auteurs ont élaboré les 25 énoncés du CD-RISC, lesquels ont été répartis en cinq facteurs.

  • 1er facteur : il fait référence à la compétence personnelle, à un niveau d’exigence élevé et à la ténacité (huit énoncés).
  • 2e facteur : il correspond à la confiance en ses propres instincts, la tolérance aux émotions négatives et au renforcement des effets du stress (sept énoncés).
  • 3e facteur : il concerne l’acceptation du changement et les relations interpersonnelles positives (cinq énoncés).
  • 4e facteur : il fait référence au sentiment de contrôle (trois énoncés)
  • 5e facteur : il s’associe à la spiritualité (deux énoncés).

Une échelle de format Likert en cinq points a été retenue pour répondre à chacun des items : de 0 = Pas du tout à 4 = Pratiquement tout le temps.

Codification

1. Persistance/ténacité et sens de l’efficacité personnelle : 10, 11, 12, 16, 17, 23, 24, 25
2. Contrôle émotionnel et cognitif sous la pression : 6, 7, 14, 15, 18, 19, 20
3. Capacité de rebondir : 1, 2, 4,  5,  8
4. Contrôle/Sens : 13, 21, 22
5. Spiritualité : 3 et 9

En bref

  • Méthodologie qualitative à partir d’une recension des écrits
  • Proportion facteurs personnels/ environnementaux : 23/2
  • Facteurs : Compétence personnelle ; Confiance en ses instincts ; Acceptation du changement ; Sentiment de contrôle ; Spiritualité.
  • Validité : 0,32 à 0,83

Cette échelle est disponible en plusieurs langues, dont en français. D’autres versions existent : CD-RISC en dix énoncés et CD-RISC en deux énoncés.

Références

  • Connor KM, Davidson JRT. (2003). Development of a new resilience scale: the Connor-Davidson Resilience Scale (CD-RISC). Depression and Anxiety, 18, 71-82.
  • Anouchka Hamelin et Colette Jourdan-Ionescu; Revue Développement humain, handicap et changement social, vol. 19, no 1, 2011, p. 75-84 Journal of Human Development, Disability, and Social Change
  • Bekaert, Masclet, Caron (2012) Élaboration et validation de l’inventaire des facteurs de résilience (IFR-40), Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence 60 (2012) 176–182
  • Elaboration and psychometric validation of the inventory of the resilience factors (IRF-40)
  • L’échelle est disponible en français dans les annexes de la thèse d’Audrey Morice-Ramat (2015) : Approche Psychométrique de l’empathie, de la résilience et de la maitrise émotionnelle chez les internes de Médecine générales de Nantes

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *