effet de l’EMDR sur la gravité des pensées suicidaires chez les patients présentant un trouble dépressif majeur

Une recherche L’effet de l’EMDR sur la gravité des pensées suicidaires chez les patients présentant un trouble dépressif majeur: un essai contrôlé randomisé, de Fereidouni Z, Behnammoghadam M, Jahanfar A, Dehghan A, publié le 27 August 2019 Volume 2019:15 Pages 2459—2466, DOI : https://doi.org/10.2147/NDT.S210757, dans le  Journal  » Neuropsychiatric Disease and Treatment » Volume 15.

Objectif : La dépression est un facteur de risque majeur de suicide et plus de 90% des personnes qui tentent de se suicider souffrent de dépression. La présente étude visait à examiner l’effet du traitement par EMDR (désensibilisation et retraitement des mouvements oculaires) sur la gravité des pensées suicidaires chez les patients présentant un trouble dépressif majeur.

Plan de l’étude : essai clinique randomisé.

Méthodes : Cet essai clinique a été réalisé sur 70 personnes atteintes d’un trouble dépressif majeur manifestant des idées suicidaires. Les patients ont été sélectionnés par échantillonnage de commodité et ont été répartis au hasard en groupes de contrôle (n = 35) et expérimentaux (n = 35). L’EMDR a été réalisée individuellement dans le groupe expérimental pendant 45 à 90 min, 3 jours par semaine, tous les deux jours, pendant 3 semaines (9 séances au total), alors que le groupe témoin recevait un traitement de routine sans intervention. Les deux groupes ont complété l’échelle de Beck pour l’idéation du suicide (BSSI) avant et après le test. Les données obtenues ont été analysées avec des statistiques descriptives et inférentielles à l’aide de SPSS 22 (α = 0,05).

Résultats : Le score moyen de BSSI pour le groupe expérimental était significativement réduit au post-test (11,11 ± 4,15) par rapport au pré-test (26,48 ± 5,74) (p <0,001). Bien que le score BSSI moyen du groupe témoin ait également été réduit au post-test (24,93 ± 4,42) par rapport au pré-test (26,68 ± 5,05), cette différence n’était pas statistiquement significative (p> 0,05).
Conclusion: il a été montré dans cette étude que le traitement par EMDR réduisait la sévérité des sentiments suicidaires. Par conséquent, il peut être recommandé comme méthode de traitement alternative pour réduire la gravité des pensées suicidaires chez les patients présentant un trouble dépressif majeur

Mots-clés: trouble dépressif majeur, pensées suicidaires, désensibilisation des mouvements oculaires et retraitement

Lire l’article en anglais sur le site de dovepress

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *