Efficacité du protocole de groupe EMDR avec des enfants pour réduire le TSPT chez les enfants réfugiés

Efficacité du protocole de groupe EMDR avec des enfants pour réduire le TSPT chez les enfants réfugiés, un article de Banoğlu, Köksal et Ümran Korkmazlar, publié dans l’European Journal of Trauma & Dissociation

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Résumé 

La prévalence du trouble de stress post-traumatique (TSPT) est élevée chez les enfants réfugiés syriens. La dépression est une autre pathologie dont les symptômes sont souvent associés à la vulnérabilité au TSPT et à la diminution de la satisfaction de vie chez les enfants réfugiés. La méthode de psychothérapie Eye Movement Desensitization and Reprocessing (EMDR) est une intervention bien connue pour le traitement du TSPT.

 

En dépit de son efficacité thérapeutique démontrée par des essais cliniques, les applications individuelles de l’EMDR n’atteignent pas les objectifs d’efficacité en termes de coût et de temps dans les cas d’incidents de masse, comme les victimes de guerre. En réponse à ce besoin, un protocole de traitement de groupe développé spécialement pour les enfants (EMDR-GP/C) a été testé dans le cadre d’un essai contrôlé randomisé avec des enfants réfugiés syriens (n = 61, âgés de 6 à 15 ans).

 

Après le traitement, le groupe EMDR avait des scores de traumatisme significativement plus bas par rapport à la liste d’attente (F(1,58) = 4.72, p = .03, hp2 = .08).

Les scores de dépression ont diminué de manière significative (F(1,17) = 8,67, p = 0,01, hp2 = 0,34) et les niveaux de bien-être ont augmenté (F(1,58) = 6,58, p = 0,01, hp2 = 0,10).

L’effet curatif du temps en lui-même (F(1, 59) = 29,91, p < .001, hp2 = .34) et l’interaction temps-groupe (F(1, 59) = 4,61, p = .04, hp2 = .07) étaient significatifs sur les symptômes du TSPT, mais non significatifs sur les niveaux de dépression et de bien-être.

 

Les résultats suggèrent que les interventions EMDR-GP/C peuvent réduire les symptômes du TSPT et de la dépression, ainsi qu’améliorer le bien-être des enfants réfugiés syriens souffrant de TSPT. Il semble également que le contenu de l’EMDR-GP/C aide les enfants à intégrer l’ensemble de l’expérience, en reconstruisant une signification adaptative de l’événement traumatique.

Introduction 

Depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011, des millions de Syriens ont traversé la frontière de la Turquie avec l’intention de protéger leurs familles et eux-mêmes de la guerre. En conséquence, environ 1,9 million d’adultes syriens et 1,6 million d’enfants de moins de 17 ans ont été installés et enregistrés sous le règlement de protection temporaire en Turquie (HCR, 2020). Bien que les besoins fondamentaux soient satisfaits dans le cadre de cette protection, la plupart des réfugiés ont développé des troubles de la santé mentale en raison de leur exposition à des situations traumatisantes pendant et après la guerre (Hassan et al., 2016).

 

En réponse à ce besoin, la Présidence turque de la gestion des catastrophes et des urgences (AFAD) a assumé un rôle de premier plan dans les zones de camp, en fournissant aux communautés de réfugiés des services de soutien psychosocial (Alp et al. 2018). Certaines organisations intergouvernementales (par exemple, le HCR) ont également établi des centres de réhabilitation psychosociale dans les zones des camps. Cependant, une grande majorité de réfugiés syriens vivant en dehors des camps continuent de rencontrer des difficultés considérables pour accéder à ces services dans les zones urbaines. Les flux migratoires constants vers les villes métropolitaines et la difficulté de mettre en place des politiques de santé à long terme pour les réfugiés temporaires ont conduit le système dans une impasse (Davis & Wanninger, 2017). En outre, les municipalités locales et les autorités publiques qui ont la responsabilité de garantir des services de santé aux réfugiés urbains ont apparemment manqué à leur devoir en raison de certains problèmes juridiques, politiques et financiers (Efe, 2020).

 

À titre exceptionnel, un projet des autorités publiques locales a encouragé et adopté le traitement des troubles de stress post-traumatique (TSPT) des enfants syriens dans un district urbain d’Istanbul/Turquie. Pour traiter cette question, une approche de thérapie de groupe a été décidée en raison du grand nombre d’enfants syriens potentiellement traumatisés. En outre, les différences de bien-être et de niveaux de dépression majeure des enfants ont été prises en compte dans l’analyse. La présente étude rend compte des principaux résultats de ce projet pionnier mis en œuvre dans le quartier de Mal- tepe à Istanbul.

 

La santé mentale des enfants réfugiés affectés par les conflits armés 

 

La recherche contemporaine explorant l’endurance des symptômes du TSPT lié à la guerre a révélé que les angoisses émotionnelles causées par la guerre civile syrienne sont constamment présentes dans l’esprit des enfants. Une étude récente a rapporté que les symptômes d’anxiété sont constamment présents dans l’esprit d’environ la moitié des enfants réfugiés syriens, aux côtés d’environ un tiers de ces enfants présentant à la fois des symptômes de dépression et d’anxiété (Kandemir et al., 2018). Une autre étude récente de Yayan et al. (2020) a montré que les enfants réfugiés syriens conservent un niveau élevé de TSPT et de symptômes de dépression et d’anxiété qui l’accompagnent. Il est frappant de constater que non seulement les enfants syriens souffrent de symptômes de TSPT, mais aussi que leurs pairs turcs vivant près de la frontière syrienne portent les traces d’expériences traumatiques passées à des niveaux modérés et sévères (Tabur et al., 2019).

 

Il est largement reconnu que les problèmes de santé mentale non traités chez les réfugiés peuvent devenir chroniques avec l’interaction des facteurs de stress quotidiens et des traumatismes (Miller & Rammusen, 2014). Dans une perspective plus large, le bien-être des enfants réfugiés syriens est également menacé par les événements traumatiques passés, tels que les menaces de mort, la torture, la faim ou les blessures graves, ainsi que les blessures, la mort ou la disparition définitive des membres de la famille (Rousseau et al., 2001). Il est donc essentiel d’adopter une approche holistique de la santé mentale des enfants réfugiés syriens, en contrôlant les indicateurs de dépression et de bien-être psychosocial (IASC, 2007).

 

La thérapie EMDR 

La thérapie EMDR (Eye Movement Desensitization & Reprocessing) a été développée par Francine Shapiro, sur la base du modèle théorique du traitement adaptatif de l’information (AIP) (Shapiro, 1995,2017). Selon le modèle  TAI, le cerveau humain traite intrinsèquement les informations de manière adaptative. Cependant, lorsqu’un traumatisme ou des événements menaçant la vie submergent le système de traitement de l’information, l’expérience traumatique est stockée dans son état de mémoire non traité avec les sensations corporelles, les émotions négatives et les croyances associées. L’EMDR aide les personnes à traiter le souvenir traumatique, leur permettant de neutraliser les aspects négatifs du souvenir (Oren & Solo- mon, 2012 ; Shapiro 2002).

 

La thérapie EMDR a un protocole standard composé de huit étapes : prise de l’historique du patient et planification du traitement, préparation, évaluation, désensibilisation, installation, scanner corporel, clôture et réévaluation (Shapiro, 2001). Pendant que le thérapeute applique une stimulation bilatérale (SBA) par des mouvements oculaires, une stimulation auditive ou tactile, le participant peut accéder aux souvenirs traumatiques par l’image, la cognition, l’affect et la sensation corporelle. Une thérapie EMDR réussie est censée permettre de traiter ces souvenirs pénibles d’une manière adaptée afin de prévenir tout dysfonctionnement supplémentaire des zones cérébrales affectées et les flashbacks (Shapiro & Maxfield, 2002). La thérapie EMDR a également été rapportée comme étant efficace avec les enfants souffrant de traumatismes (Beer, 2018 ; Fernandez, 2007 ; Morris-Smith & Sil- vestre, 2014). Il est connu que les enfants comprennent le monde de manière différente à différents âges et, par conséquent, les effets du traumatisme diffèrent selon l’âge des enfants traumatisés (Beauchesne et al., 2002). Par conséquent, les interventions psychologiques doivent être conceptualisées en fonction du niveau de développement des enfants. C’est pourquoi le protocole  » EMDR développemental  » est utilisé avec les enfants et les adolescents (Morris-Smith & Silvestre, 2014).

 

Protocole de groupe EMDR avec les enfants (EMDR-GP/C) 

 

Appliquer la thérapie EMDR individuellement peut ne pas être pratique en cas de catastrophe. Les interventions de groupe ont été rapportées comme étant plus efficaces et plus économiques lorsque le nombre de personnes touchées par la catastrophe est important (Jarero et al., 2006 ; Jarero & Artigas, 2012 ; Kork- mazlar-Oral & Pamuk, 2002 ; Korkmazlar et al., 2020 ; Trentini et al., 2018). Lorsqu’un ouragan a détruit la côte ouest du Mexique en 1997, Jarero et ses collègues (1999) ont développé le protocole EMDR-Integrative Group (EMDR-IGTP) pour aider les victimes touchées par cette catastrophe naturelle. A peu près à la même époque, Korkmazlar et Pamuk (2000) ont développé le Protocole de groupe EMDR pour enfants (EMDR-GP/C), suite au tremblement de terre de Marmara en Turquie en 1999. L’EMDR-GP/C a été proposé au plus grand nombre possible d’enfants traumatisés qui ne pouvaient pas avoir accès à une thérapie individuelle (Korkma- zlar-Oral & Pamuk, 2002). Depuis, l’EMDR-GP/C a été modifié pour des catastrophes spécifiques et utilisé pour différentes populations (Korkmazlar, 2017 ; Korkmazlar & Bozkurt, 2016 ; Korkmazlar et al., 2018 ; Korkmazlar et al., 2020). Bien que l’EMDR-GP/C et l’EMDR-IGTP utilisent les huit phases du protocole EMDR standard, le contenu des phases de préparation, de désensibilisation et d’installation de l’EMDR-GP/C est différent de celui de l’EMDR-IGTP. Dans la phase de préparation de l’EMDR-GP/C, les jeux brise-glace et les exercices ressources sont utilisés en termes d’événement traumatique. La phase d’installation de l’EMDR- GP/C comprend une histoire unique qui est adaptée à chaque traumatisme (Korkmazlar et al., 2020). L’objectif de l’utilisation d’histoires spécifiques au traumatisme est de consolider les parties émotionnelles, sensorielles et verbales de la mémoire via des stories car lorsqu’un événement traumatique est vécu, l’expression verbale et l’interprétation sont bloquées (Lovett, 1999). Dans cette phase, l’histoire unique de l’événement traumatique est lue aux enfants pendant qu’ils font leur propre SBA et écoutent l’histoire. Les huit phases de l’EMDR-GP/C ont été adaptées comme suit (pour une description plus détaillée, voir Korkmazlar et al., 2020) :

1. Rencontre : Explication de la nature du traumatisme, règles du groupe, étiquettes nominatives, remplissage des échelles.

2. Préparation : Explorer le système de soutien des enfants, expliquer l’EMDR, le lieu sûr, l’exercice des ressources, et l’installation avec SBA (câlin papillon ou tapotement du genou).

3. Évaluation : Dessiner la pire image sur une petite feuille de papier séparée, niveau SUD, (CN, émotions, sensations corporelles – si possible).

4. Désensibilisation : Elle se fait par le dessin sur 4 feuilles séparées avec SBA (câlin papillon ou tapotement du genou). Si nécessaire, le traitement peut être poursuivi avec les 5e et 6e dessins.

5. Installation : Avec l’histoire de guérison écrite selon le modèle TAI, l’installation est accompagnée de SBA (voir annexe A).

6. Scanner corporel : Un état corporel positif est installé avec la technique de relaxation.

7. Clôture et modèle futur : Clôture forte avec l’œuvre d’art.

8. Réévaluation : si possible.

 

Avec ce contenu, l’EMDR-GP/C aide les participants à intégrer et à reconsolider leur mémoire traumatique, en donnant un sens adaptatif à l’événement traumatique.

 

Objectif de l’étude 

 

Compte tenu de la grande mobilité des communautés de réfugiés dans les zones urbaines et des ressources financières limitées allouées à la fourniture de services de santé mentale pour les enfants réfugiés, nous postulons que l’application EMDR-GP/C pourrait offrir une solution efficace en termes de coût et de temps aux symptômes persistants de TSPT chez les enfants réfugiés.

 

Cependant, on sait peu de choses sur l’efficacité de l’EMDR-GP/C dans de grandes populations. À cette fin, un essai contrôlé randomisé (ECR) a été prévu pour appliquer l’EMDR-GP/C à 121 enfants réfugiés souffrant de symptômes modérés et sévères de TSPT. En abordant la question sous un angle plus large, l’efficacité de l’EMDR-GP/C pour réduire la dépression et améliorer les niveaux de bien-être a également été étudiée, comme le suggère l’IASC (2007).

 

Dans la présente étude, les trois hypothèses suivantes ont été proposées :

H1. L’EMDR-GP/C peut être un traitement efficace pour réduire les symptômes du TSPT chez les enfants réfugiés syriens.

H2. L’EMDR-GP/C peut améliorer le bien-être subjectif des enfants réfugiés syriens.

H3. L’EMDR-GP/C peut atténuer le niveau de dépression majeure chez les enfants réfugiés syriens.

 

Lire l’article complet en ligne : Efficacité du protocole de groupe EMDR avec des enfants pour réduire le TSPT chez les enfants réfugiés 

 

En savoir plus

Références de l’article Efficacité du protocole de groupe EMDR avec des enfants pour réduire le TSPT chez les enfants réfugiés :

  • auteurs : Banoğlu, Köksal, Ümran Korkmazlar.
  • titre en anglais : Efficacy of the eye movement desensitization and reprocessing group protocol with children in reducing posttraumatic stress disorder in refugee children
  • publié dans : European Journal of Trauma & Dissociation 6.1 (2022)

Aller plus loin

 

Dossier(s) :

 

Tous les documents et conseils utiles pour aider les réfugiés ukrainiens

 

Formation(s) :