Efficacité du traitement axé sur les traumatismes pour les adolescents atteints d’un trouble dépressif majeur

Un article Efficacité du traitement axé sur les traumatismes pour les adolescents atteints d’un trouble dépressif majeur, de Paauw, C., de Roos, C., Tummers, J., de Jongh, A., & Dingemans, A., publié dans l’European Journal of Psychotraumatology

Article publié en anglais – disponible en ligne 

Résumé  

Contexte

Le trouble dépressif majeur (TDM) à l’adolescence a une prévalence et un risque d’invalidité élevés, mais les traitements actuels montrent une efficacité limitée et des taux d’abandon et de rechute élevés. 

Bien que le rôle des expériences pénibles liées au développement et au maintien du TDM soit reconnu depuis des décennies, l’efficacité d’une approche thérapeutique axée sur les traumatismes pour le TDM n’a guère été étudiée.

Objectif : 

Déterminer l’efficacité de la thérapie de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires (EMDR) en tant qu’intervention autonome chez les adolescents diagnostiqués avec un TDM. 

Nous avons émis l’hypothèse que le retraitement des mémoires centrales liées à l’apparition et au maintien du TDM en utilisant la thérapie EMDR serait associé à une diminution significative des symptômes dépressifs et comorbides.

Méthode : 

Nous avons recruté 32 adolescents (12-18 ans) satisfaisant aux critères DSM-IV pour les troubles de la santé légers à modérés à sévères dans une unité de soins de santé mentale pour jeunes en ambulatoire. 

Le traitement consistait en six séances individuelles hebdomadaires de 60 minutes. La présence ou l’absence de classification MDD (ADIS-C), les symptômes de dépression (CDI), les symptômes de stress post-traumatique (UCLA), d’anxiété (SCARED), de plaintes somatiques (CSI) et de fonctionnement socio-émotionnel global (SDQ) ont été évalués avant et post-traitement et 3 mois après le traitement.

Résultats : 

60,9% des adolescents terminant le traitement ne répondaient plus aux critères DSM-IV pour le TDM après le traitement et 69,8% au suivi. 

Les analyses multi-niveaux ont démontré des réductions significatives après traitement des symptômes dépressifs (CDI: Cohen d = 0,72), du stress post-traumatique comorbide, de l’anxiété et des plaintes somatiques, tandis que le fonctionnement socio-émotionnel global s’est amélioré. 

Ces gains se sont maintenus à 3 mois de suivi (Cohen’s d = 1,11). 

La gravité des réactions de stress post-traumatique prédisait significativement le résultat post-traitement; cependant, la durée du TDM, le nombre de troubles comorbides ou les antécédents de violence émotionnelle, de négligence émotionnelle ou de négligence physique n’étaient pas prédictifs du résultat.

Conclusions : 

Il s’agit de la première étude suggérant que la thérapie EMDR est associée à une réduction significative des symptômes dépressifs et des problèmes psychiatriques comorbides chez les adolescents atteints de TDM léger à modéré à sévère.

lire l’article Efficacité du traitement axé sur les traumatismes pour les adolescents atteints d’un trouble dépressif majeur en ligne

En savoir plus 

Références de l’article Efficacité du traitement axé sur les traumatismes pour les adolescents atteints d’un trouble dépressif majeur : 

  • Auteurs : Paauw, C., de Roos, C., Tummers, J., de Jongh, A., & Dingemans, A. 
  • publié en 2019
  • titre : Effectiveness of trauma-focused treatment for adolescents with major depressive disorder. 
  • Editeur : European Journal of Psychotraumatology, 10(1), 1682931. 
  • doi:10.1080/20008198.2019.1682931

Dossier : Dossier EMDR et dépression

Dossier : Dossier EMDR avec les enfants et adolescents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *