Efficacité d’une approche thérapeutique axée sur les traumatismes pour la phobie des dents

Efficacité d’une approche thérapeutique axée sur les traumatismes pour la phobie des dents

Une recherche de Doering, Ohlmeier, de Jongh, Hofmann et Bisping sur le thème Efficacité d’une approche thérapeutique axée sur les traumatismes pour la phobie des dents, publiée dans l’European Journal of Oral Sciences, en 2013

Abstract

On a émis l’hypothèse que le traitement spécifiquement axé sur la résolution des souvenirs d’événements dentaires négatifs pourrait être efficace pour le soulagement de l’anxiété chez les patients atteints de phobie dentaire. Trente et un patients sans médicament répondant aux critères de phobie dentaire définis dans le Manuel de diagnostic et de statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR) ont été attribués au hasard à l’un des programmes suivants: désensibilisation par le mouvement des yeux (EMDR) ou condition de contrôle de liste d’attente. L’anxiété dentaire a été évaluée à l’aide du questionnaire sur l’anxiété dentaire (DAS), de l’enquête sur la peur des dents (DFS), d’un test de comportement et de la fréquentation des soins dentaires à un an de suivi. La désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires étaient associés à une réduction significative de l’anxiété dentaire et du comportement d’évitement, ainsi que des symptômes du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Les tailles d’effet pour les critères de jugement principaux étaient d = 2,52 (DAS) et d = 1,87 (DFS). Ces effets étaient toujours significatifs 3 mois (d = 3,28 et d = 2,28, respectivement) et 12 mois (d = 3,75 et d = 1,79, respectivement) après le traitement. Après 1 an, 83,3% des patients suivaient un traitement dentaire régulier (d = 3,20). Les résultats suggèrent que la thérapie visant à traiter les souvenirs d’événements dentaires passés peut être utile pour les patients atteints de phobie dentaire.

Introduction

La phobie dentaire est une peur disproportionnée des interventions dentaires (invasives). Elle est actuellement classée dans la phobie spécifique du sous-type de blessure par injection de sang (BII) dans le Manuel de diagnostic et de statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR: 300.29). ) (1). Les déclencheurs des réactions de peur peuvent être des injections ou des blessures, mais aussi des expériences de douleur, la vue ou le son de la foreuse, des odeurs caractéristiques ou le dentiste en personne et son comportement (2). La phobie dentaire est une affection fréquente qui peut être retrouvée dans 4% de la population générale et constitue l’une des phobies spécifiques les plus répandues dans la population générale (3). De plus, la phobie dentaire est associée à une altération significative de la qualité de vie liée à la santé bucco-dentaire, ainsi qu’à – chez certains patients – des conséquences psychosociales négatives prononcées (4–9). Habituellement, les facteurs génétiques, associés aux expériences d’apprentissage, sont considérés comme pertinents sur le plan étiologique dans des phobies spécifiques (10–12).

À cette fin, les expériences traumatiques ont été décrites comme des expériences d’apprentissage puissantes et par conséquent un facteur étiologique important de la phobie dentaire. Par exemple, DE JONGH et al. (13) ont constaté que 87% des patients présentant un niveau d’anxiété dentaire élevé avaient signalé un événement horrible au cours d’un traitement dentaire précédent, ce qui pouvait être attribué à l’apparition de leur anxiété et de leurs peurs; 46% de ces patients présentaient un ou plusieurs symptômes du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) (14).

Ceci, ainsi que les preuves provenant d’autres études (15), suggèrent fortement que l’exposition à des événements dentaires pénibles joue un rôle crucial dans le développement et le maintien d’une peur et d’une phobie dentaires de longue date en provoquant des souvenirs de ces expériences lors du traitement dentaire est imminent.

Les méthodes psychothérapeutiques, en particulier celles basées sur la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), sont considérées comme des traitements de choix pour la phobie dentaire (16, 17). Une méta-analyse portant sur 38 études d’intervention a révélé de forts effets thérapeutiques sur l’anxiété dentaire, principalement de la thérapie comportementale, en particulier de l’exposition in vivo. Dans la plupart de ces études, quatre à dix séances de traitement ont été administrées avec une taille d’effet moyenne de 1,78 pour l’anxiété dentaire autodéclarée (16). Dans les études rapportant des données de suivi, 76,9% des patients ont consulté le dentiste au moins une fois après l’intervention (16). Il convient de noter que ces chiffres n’impliquent pas une rémission durable de la phobie dentaire avec une consultation dentaire régulière. Les échecs thérapeutiques pourraient être une conséquence d’une comorbidité psychiatrique pertinente (18). Il a été avancé que le simple traitement par expo-sure pourrait ne pas convenir à au moins certains patients phobiques buccaux, car ceux qui présentent également des symptômes de SSPT ne ressentiraient peut-être pas l’extinction de l’anxiété au cours de l’exposition, mais plutôt une augmentation de cette anxiété à la réactivation de la mémoire traumatique (13 ). En conséquence, il a été avancé que les personnes atteintes d’une phobie spécifique, telle que la phobie des dents, pourraient bénéficier d’un traitement axé sur les traumatismes pour atténuer la peur des dents (19, 20).
La désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR) représente un traitement du SSPT bien établi et validé sur le plan international (21, 22). Certaines études récentes ont indiqué l’effet bénéfique de l’EMDR chez des patients présentant des phobies spécifiques (20, 23). En effet, une étude utilisant une conception de base multiple a montré une réduction significative de l’anxiété auto-observée et observée, ainsi que des croyances dysfonctionnelles concernant le traitement dentaire, après deux à trois séances d’EMDR (20). Bien que tous les patients aient reçu le traitement dentaire dont ils avaient le plus peur au bout de trois semaines, cette étude ne portait que sur quatre patients répondant aux critères de diagnostic de la phobie dentaire.
Par conséquent, la présente étude a été entreprise pour tester cette approche au sein d’un échantillon plus large de patients phobiques dentaires au moyen d’un essai clinique randomisé.

Matériel et méthodes

Les patients

Les patients ont été recrutés à la division de psychosomatique en dentisterie du département de prosthodontie et biomatériaux de l’Université de Munster, en Allemagne. Les critères d’inclusion étaient les suivants : avoir entre 18 et 45 ans; diagnostic de phobie dentaire (spécifique) selon DSM-IV-TR 300.29 (1) ; une histoire d’une expérience traumatique au cours d’un traitement dentaire précédent ; et la capacité de comprendre et de répondre aux questions posées dans cette étude.

Les critères d’exclusion étaient les suivants : trouble mental grave avec dysfonctionnement cognitif (schizophrénie, trouble bipolaire I et II avec épisode dépressif, maniaque ou hypomanique majeur au cours des 6 derniers mois, toxicomanie (y compris l’alcool) au cours des 6 derniers mois, pathologie organique ou retard mental); trouble dissociatif grave; trouble somatique sévère avec une contre-indication à l’EMDR (par exemple, trouble cardiovasculaire grave; épilepsie; troubles oculaires); extrêmement suicidaire; grossesse ou allaitement; traitement actuel avec des médicaments psychopharmacologiques; traitement psychiatrique en cours d’hospitalisation; et / ou psychothérapie en cours.

La conception de l’étude

Cette étude a été conçue et menée conformément au code de déontologie de l’Association médicale mondiale (Déclaration d’Helsinki) et a été approuvée par la Commission d’éthique de la Faculté de médecine de l’Université de Munster le 3 mai 2007 (ID: 2007-137 -fS). Il a été enregistré sur clinicaltrials.gov (identifiant: NCT-01207960).

Après une explication détaillée de l’étude, tous les patients ont consenti par écrit à participer. Les évaluations initiales comprenaient des entretiens de diagnostic, six questionnaires et un test de comportement. Ceux qui remplissaient les critères d’inclusion ont été assignés de manière aléatoire, à l’aide de procédures de randomisation simples (nombres aléatoires informatisés), au groupe d’intervention EMDR ou au groupe de contrôle de liste d’attente.

Le groupe d’intervention a reçu trois séances d’EMDR de 90 minutes (soit une séance par semaine pendant 3 semaines), alors que le groupe de contrôle des listes d’attente n’a reçu aucune intervention. Quatre semaines après l’évaluation initiale, la deuxième évaluation a eu lieu, à l’aide des mêmes instruments de diagnostic. Ensuite, le groupe de contrôle des listes d’attente a reçu l’intervention EMDR et a été évalué pour la troisième fois après quatre semaines. Des mesures de suivi ont été effectuées à 3 mois et 1 an après la fin du traitement. Les évaluations de suivi comprenaient les instruments d’auto-évaluation et des questions supplémentaires sur les visites chez le dentiste et le traitement pendant la période de suivi. Les patients qui n’avaient pas rempli les questionnaires lors des investigations de suivi ont été contactés par téléphone et ont été interrogés sur leurs traitements dentaires après le traitement en EMDR. (…) lire la suite et télécharger l’article en anglais

Référence de cette recherche

Doering S., Ohlmeier M.C., de Jongh A., Hofmann A., Bisping V. (2013). « Efficacy of a trauma-focused treatment approach for dental phobia : a randomized clinical trial », European Journal of Oral Sciences. 121: 584–593. En savoir plus sur cette recherche : Efficacité d’une approche thérapeutique axée sur les traumatismes pour la phobie des dents

Télécharger l’article Efficacité d’une approche thérapeutique axée sur les traumatismes pour la phobie des dents en anglais 

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *