EMDR dans le cadre de prise en charge de troubles anxieux et dépressifs chez des femmes atteintes du cancer du sein invasif

EMDR dans le cadre de prise en charge de troubles anxieux et dépressifs chez des femmes atteintes du cancer du sein invasif

Interview de Jérémy Siles, psychologue, qui effectue une recherche sur le thème de l’EMDR dans le cadre de prise en charge de troubles anxieux et dépressifs chez des femmes atteintes du cancer du sein invasif, sous la direction de Cyril Tarquinio. Il est étudiant en Master 2 de Psychologie de la Santé et Clinique et actuellement en stage au sein du pôle Recherche du Centre Pierre Janet.

Sur quoi portent vos travaux ?

Dans le cadre de la recherche qui va constituer pour moi un gros travail sur les prochaines années, je me concentre sur la mise en place d’une thérapie appelé EMDR dans le cadre de prise en charge de troubles anxieux et dépressifs chez des femmes atteintes du cancer du sein invasif. La thérapie EMDR est une thérapie de retraitement et désensibilisation par les mouvements oculaires, reconnu et préconisé mondialement notamment par l’OMS pour le traitement des psychotraumatismes. Nous faisons le postulat que dans le cadre de la survenue du cancer, de nombreux moments sont de potentiels événements traumatiques pour l’individu qui entraineraient des réactions dépressives et anxieuses, et ainsi diminueraient la qualité de vie.

Cette recherche, porté par le nouveau Centre Pierre Janet et son directeur le Professeur Cyril Tarquinio, est une première mondiale qui pourrait apporter de nouvelles réponses dans la prise en charge psychologique des difficultés rencontrées durant le vécu d’un cancer, et dans notre cas plus spécifiquement d’un cancer du sein.

Quel est l’enjeu de vos recherches ?

L’enjeu de notre recherche est double.

Dans un premier temps il sera l’occasion de développer une nouvelle prise en charge spécifique EMDR pour les personnes présentant un cancer, prise en charge qui n’existe pas à l’heure actuelle. Il faudra donc adapter des prises en charge déjà existantes à la population spécifique de personnes présentant un cancer. Dans un second temps, il sera l’occasion de mettre en place cette nouvelle prise en charge dans le cadre d’une étude scientifique. Cette étude concernera 190 patientes, et nous évaluerons en comparaison avec une thérapie de soutien ce que cette nouvelle prise en charge peut apporter pour les personnes atteintes de cancer, que ce soit pour une diminution importante de l’anxiété et de la dépression ainsi qu’une augmentation de la qualité de vie. Nous étudierons également si ces effets pour les patients seront persistants dans le temps.

Au travers de cette recherche, nous cherchons donc à apporter de nouvelles réflexions et de nouvelles réponses pour des personnes qui vivent avec une maladie chronique très particulière et très difficile pour eux. Le soin psychique est à notre sens primordial dans la prise en charge d’une personne atteinte de cancer, et nous mettons toutes nos compétences et tous nos efforts pour apporter toujours plus de possibilités de traitement psychologique.

Concrètement, comment travaillez vous ?

Concrètement, la recherche se compose de deux parties : une première que l’on appelle « étude de faisabilité » qui va nous servir à mettre à l’essai le calendrier, le planning et l’organisation de la deuxième étude plus importante. C’est au travers de cette étude de faisabilité que l’on va développer la nouvelle prise en charge, avec des entretiens avec les patientes et les thérapeutes qui y participeront. Ensuite la deuxième étude viendra se mettre en place sur trois ans avec plus de patientes, plus de thérapeutes et un encadrement très poussé.

Pour réaliser cette étude, il est pertinent de mentionner que de nombreux partenaires sont associés à ce projet. Tout d’abord, il est important pour moi de mentionner la contribution très importante pour la mise en place de la recherche de la Ligue contre le Cancer. Il est aussi important pour moi d’indiquer que nous travaillons sur ce projet conjointement avec les équipes en oncologie du CHR Metz-Thionville.

A quel stade est la recherche ?

A l’heure actuelle, toute la préparation de l’étude de faisabilité est en train de se finaliser. Une étude de cette ampleur demande de nombreuses autorisations et une organisation poussée. L’objectif est de commencer les premiers entretiens avec les patientes début Septembre 201

Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser à la psychothérapie EMDR et le cancer ? Comment en êtes-vous venu à concentrer votre recherche sur ce thème ?

La problématique du cancer est pour moi une problématique de santé de nos jours très importante pour laquelle il manque encore de nombreuses réponses en termes de prise en charge psychologique et psychothérapeutique. Mon souhait de m’investir dans cette maladie chronique est muri depuis deux ans, et je crois fortement dans le travail qu’il est possible de réaliser afin d’apporter aux usagers le plus de solutions possibles pour leur permettre de vivre au mieux leur cancer. A titre personnel cette maladie résonne fortement dans l’histoire de ma famille, et je pense que c’est le plus grand moteur d’investissement qui m’a animé au début mon positionnement dans le champ de la psychologie.

L’orientation vers la thérapie EMDR pour moi résulte de nombreuses questions en suspens en étudiant diverses formes de prises en charge psychologiques. J’ai trouvé dans la théorie sous-jacente à cette prise en charge et dans son coté intégrative de diverses thérapies un positionnement qui correspond au mien d’un point de vue clinique et théorique. Bien que l’apport de l’EMDR aux psychotraumatismes n’est plus à avérer, je pense que de nombreuses recherches et de nombreux travaux sont à réaliser pour montrer toute l’efficacité de cette prise en charge novatrice dans des domaines aussi important et de société que la maladie chronique, et plus particulièrement le cancer. C’est en ce sens que je souhaite en faire mon objet de travail principal dans ma future carrière qui se profile.

Le prochain séminaire MAM sur la recherche doctorale en EMDR se positionne vraiment sur ces problématiques, avec une conférence d’introduction par le Professeur Tarquinio qui porte justement sur « Prise en charge EMDR : une réponse pour la prise en charge des malades du cancer ».

En savoir plus

  • Saez, L., Da-Cruz, M., Machado, J., Marras, J., Siles, J., Steinmetz, T., Tarquinio, C. (submitted) Therapeutic patient education for weight-loss, overweight and obesity treatment: a systematic review of the use of theory. Patient Education and Counseling
  • Houlle, W., Siles, J., Tarquinio, , Tarquinio, C. (2017) Trauma et culture : Influence des facteurs culturels dans la rencontre traumatique et perspectives psychothérapeutiques. European Journal of Trauma and Dissociation. https://doi.org/10.1016/j.ejtd.2017.03.008
  • Siles, J. & Tarquinio, (2016) Les conséquences psychosexuelles et leurs traitements dans le champ du cancer : une revue systématique d’interventions psychothérapeutiques. Sexologies http://dx.doi.org/10.1016/j.sexol.2016.06.004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *