EMDR et troubles psychosomatiques

EMDR et troubles psychosomatiques

Un article EMDR et troubles psychosomatiques , de Patrick Zillhardt, publié dans livre Pratique de la psychothérapie EMDR, Introduction et approfondissements pratiques et psychopathologiques, paru aux éditions Dunod

Introduction

La définition des troubles psychosomatiques (encore appelés maladies psychosomatiques) est liée aux influences et modes de l’histoire de la médecine. Au préalable, quelques mots doivent être consacrés à clarifier les limites et les éléments de ces pathologies afin d’appréhender au mieux l’impact de la thérapie EMDR. La littérature à ce sujet indique depuis plus d’une décennie une efficacité de l’EMDR dans les troubles psychosomatiques. Les premiers articles indiquant une efficacité concernent essentiellement les douleurs chroniques et le traitement des membres fantômes (Grant et Threlfo, 2002 ; Russel, 2008 ; Schneider, 2005). Depuis, comme nous le verrons dons cet article, la thérapie EMDR peut se montrer efficace dans diverses pathologies telles que les dermatoses, l’hypocondrie, la gestion du vécu douloureux des patients atteints de maladie cancéreuse, les symptômes dissociatifs corporels et les syndromes fonctionnels complexes comme la fibromyalgie entre autres. Pour écrire ce chapitre, nous nous sommes beaucoup appuyés sur notre activité de psychiatre de liaison pendant de nombreuses années dons un centre hospitalo-universitaire à Paris. L’objectif de ce chapitre est d’expliciter, dans la mesure du possible, au travers des théories modernes relatives aux troubles psychosomatiques, les points d’action de l’EMDR dans ces pathologies et d’insister sur la genèse de ces pathologies qui réside essentiellement dons le concept de « cercles vicieux pathogènes. » (Cothebras, 2006).  L’approche EMDR, seule ou associée à d’autres thérapies, permet de modifier de façon bénéfique les distorsions de l’information au niveau de la partie psychique (souffrance, anxiété, etc) dans ces mêmes cercles vicieux pathogènes. Quelques exemples simplifiés de l’approche EMDR seront présentés notamment dans le traitement de l’hypocondrie et de la fibromyalgie.

Patrick développe les points suivants dans cet article sur l’EMDR et troubles psychosomatiques

  • Définition et évolution du concept de troubles psychosomatiques
  • Quelques protocoles EMDR en médecine psychosomatique
  • Bibliographie

Conclusion

Malgré la diversité des présentations cliniques proposées par l’incontournable classification des troubles mentaux du DSM-V-TR, on peut, jusqu’à présent, conserver le terme de maladie psychosomatique. Quel que soit le tableau clinique présenté depuis la douleur chronique jusqu’aux syndromes viscéraux complexes et multifocaux, toutes ces maladies semblent régies par « un contexte psychosomatique. » Ce dernier caractérisé par un « saut » du psychisme supérieur vers le « somatique » réalise selon les termes de Marty, une hiérarchisation du système nerveux central. Dans la réalisation du symptôme psychosomatique, les grands axes psychophyologiques du stress sont impliqués, système nerveux central, système nerveux autonome, axe hypothalamo-corticotrope et système immunitaire, etc. Tous ces systèmes sont reliés par de véritables mémoires nerveuses et immunologiques. Les distorsions au niveau des mécanismes d’ajustement au stress, et on pourrait ajouter les styles d’attachement, agissent, semble-t-il directement sur la maladie psychosomatique. La thérapie EMDR, à la lumière de toutes ces approches et modèles, peut tous les accueillir grâce à son étonnante souplesse de mise en oeuvre. Par le truchement de son paradigme fondamental de retraitement adaptatif de l’information, l’induction d’un processus efficient peut être tentée à partir du symptôme même ou plus classiquement d’expériences de vie ayant probablement un rôle dans la genèse et la pérennisation des troubles. La pratique de l’EMDR paraît dotée dans ces cas d’une grande souplesse car permettant de basculer, à des moments clés, certainement sur des modalités d’expression somatique, sémantique et franchement traumatique, y compris dans les affections ou le corps même porte les traces, des stigmates tissulaires visibles (dermatologique par exemple). Le traitement peut être long du fait de la multiplicité des cibles. Il nous semble que les résultats positifs sont d’autant plus nombreux qu’il y a de cercles vicieux pathogènes retraités.

Acheter le livre Pratique de la psychothérapie EMDR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *