EMDR pour le trouble panique avec agoraphobie

EMDR pour le trouble panique avec agoraphobie

Une recherche de Goldstein, de Beurs, Chambless,  & Wilson sur le thème EMDR pour le trouble panique avec agoraphobie, publiée dans le Journal of Consulting and Clinical Psychology, en 2000

Résumé

Dans un essai contrôlé randomisé, l’EMDR du trouble panique avec agoraphobie (PDA) ont été comparés aux groupes en attente et aux groupes de contrôle placebo crédibles. L’EMDR était nettement mieux que la liste d’attente pour certaines mesures de résultats (questionnaire, agenda et mesures d’entrevue de la sévérité de l’anxiété, du trouble panique et de l’agoraphobie), mais pas pour d’autres (fréquence des attaques de panique et cognitions anxieuses). Cependant, une faible puissance et, pour la fréquence de panique, des effets de plancher peuvent expliquer ces résultats négatifs. Les différences entre EMDR et l’état de contrôle placebo n’étaient statistiquement significatives pour aucune mesure et, dans ce cas, la taille de l’effet était généralement faible (eta2 = 0,00 à 0,06), ce qui suggère que les mauvais résultats obtenus pour EMDR ne sont pas dus à un manque de puissance. Comme il existe des traitements efficaces bien établis tels que la thérapie cognitivo-comportementale pour les ANP, ces données, à moins que cela ne soit contredit par de futures recherches, indiquent que l’EMDR ne devrait pas être le traitement de première intention de ce trouble.

Introduction

Bien qu’il s’agisse d’un traitement relativement nouveau et encore controversé, l’EMDR (Shapiro, 1995) a engendré des recherches sur son efficacité et ses éléments actifs, l’essentiel de ces recherches concernant le trouble de stress post-traumatique (TSPT). Une grande partie de cette recherche est méthodologiquement défectueuse (voir Feske, 1998). Cependant, quelques études bien conçues documentent la supériorité pour le TSPT de l’EMDR par rapport à un groupe témoin en liste d’attente (Rothbaum, 1997; Wilson, Becker et Tinker, 1995) ou, dans un cas, sur une écoute attentive (Scheck , Schaeffer et Gillette, 1998). Après une revue rigoureuse de cette littérature, plusieurs auteurs (Chambless et al., 1998; DeRubeis & Crits-Christoph, 1998; Feske, 1998) ont conclu que l’EMDR semblait être bénéfique pour le TSPT civil, mais que son efficacité pour le TSPT lié au combat doit être justifié par des recherches bien conçues. Dans une méta-analyse d’études sur le TSPT, van Etten et Taylor (1998) ont constaté que, pour la plupart des mesures post-test du TSPT, l’EMDR était comparable à la thérapie comportementale (un groupe de deux traitements efficaces : la formation à l’inoculation d’exposition ou d’inoculation du stress) et au recaptage sélectif de la sérotonine. inhibiteurs (ISRS) en efficacité et était supérieure aux conditions de contrôle. Les tailles d’effet de suivi pour l’EMDR et la thérapie comportementale ont continué d’être équivalentes. Ces résultats doivent être pris avec précaution car aucune étude n’a inclus l’EMDR directement comparée à la thérapie comportementale ou aux ISRS. Néanmoins, il est raisonnable de conclure que l’EMDR présente certains avantages pour certaines formes de TSPT, du moins lorsque le traumatisme n’est pas lié au combat, même si les mécanismes de cette efficacité restent en litige (Steketee & Goldstein, 1994).

Shapiro (1995), qui a mis au point l’EMDR, a préconisé son utilisation pour une grande variété de troubles autres que le TSPT, y compris d’autres troubles anxieux. Des études de cas non contrôlées suggèrent des avantages potentiels en cas de panique et de phobies (voir, par exemple, Goldstein & Feske, 1994; Marquis, 1991), mais les recherches contrôlées sont rares. Aux Pays-Bas, un groupe de recherche est responsable de la majeure partie de la recherche concernant l’ utilisation de l’EMDR sur la phobie réalisée, avec des conceptions contrôlées randomisées et des mesures sonores. Dans deux études, Muris et Merckelbach et leurs collègues ont comparé l’EMDR à une liste d’attente (Muris & Merckelbach, 1997) ou à un groupe de contrôle de placebo avec attention (Muris, Merckelbach, Holdrinet et Sijsenaar, 1998) pour le traitement de la phobie de l’araignée chez l’adulte ou l’enfant, respectivement. Les traitements ont été limités à une session d’une heure ou de deux heures et demie. Sur les tests d’évitement comportemental, l’EMDR n’était pas supérieur aux conditions de contrôle, mais sur une auto-évaluation (…) lire la suite de l’article en anglais

Référence de cette recherche

Goldstein, A. J., de Beurs, E., Chambless, D. L., & Wilson, K. A. (2000). : Comparison with waiting list and credible attention-placebo control conditions. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 68(6), 947–956. doi:10.1037/0022-006x.68.6.947

Lire l’article L’EMDR pour le trouble panique avec agoraphobie complet en anglais : goldstein 2000 EMDR for panic disorder with agoraphobia- Comparison with waiting list and credible attention-placebo control conditions

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *