EMDR pour les réfugiés syriens avec ESPT

EMDR pour les réfugiés syriens avec ESPT

Une étude sur la thérapie EMDR pour les réfugiés syriens avec ESPT vient d’être publié dans l »European Journal of Psychotraumatology : EMDR for Syrian refugees with posttraumatic stress disorder symptoms : results of a pilot randomized controlled trial.

Il s’agit d’une étude contrôlée randomisée pilote réalisée par Ceren Acarturk, Emre Konuk, Mustafa Cetinkaya, Ibrahim Senay, Marit Sijbrandij, Pim Cuijpers et Tamer Aker.

Le contexte de cette recherche : Les problèmes de santé mentale les plus courants chez les réfugiés sont la dépression et l’état de stress post-traumatique (ESPT ). La thérapie EMDR est un traitement efficace pour l’ESPT. Cependant, aucun essai contrôlé randomisé  (RCT) n’a été publié sur le traitement des symptômes de l’ESPT avec une population vivant dans des camps de réfugiés.

L’objectif de cette recherche est d’étudier l’effet de la thérapie EMDR sur les symptômes d’ESPT ou de dépression par rapport un groupe-contrôle sur liste d’attente de réfugiés syriens.

Les auteurs ont procédés de la manière suivante : Vingt-neuf participants adultes présentant des symptômes d’ESPT ont été répartis au hasard soit sur la liste des réfugiés bénéficiant de séances d’EMDR (n = 15) soit dans le groupe-contrôle sur liste d’attente (n = 14). Les résultats ont été mesurés avec l’échelle Impact of Event Scale-Revised (IESR) et avec l’échelle Beck Depression Inventory (BDIII), à l’issue du traitement, puis après 4 semaines de suivi.

Les résultats : Une analyse de covariance a montré que le groupe ayant reçu des séances d’EMDR avaient des scores significativement plus faibles de traumatologie au post-traitement en comparaison avec le groupe-contrôle sur liste d’attente (d = 1,78, IC 95%: 0,92 à 2,64). Le groupe EMDR a également eu un score inférieur de dépression après traitement par rapport au groupe-contrôle sur liste d’attente (d = 1,14, IC 95%: 0,35 à 1,92).

Les auteurs en concluent que l’EMDR peut être efficace dans la réduction de l’ESPT et des symptômes de la dépression chez les réfugiés syriens vivant dans un camp. Des études supplémentaires pour vérifier le (coût) efficacité de l’EMDR dans des populations similaires sont nécessaires.

Lire l’étude en anglais : EMDR for Syrian refugees with posttraumatic stress disorder symptoms: results of a pilot randomized controlled trial

en savoir plus sur ce thème :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *