European Journal of Trauma and Dissociation

European Journal of Trauma and Dissociation

La revue European Journal of Trauma and Dissociation est née.

On laisse Cyril Tarquinio, vous présenter la revue :

La création d’une nouvelle revue, qui plus est sous l’égide de deux importantes associations que sont l’ESTD (European Society  for Trauma and Dissociation) et l’AFTD (Association Francophone du  Trauma et de la Dissociation), est un événement à plus d’un titre. En  effet, créer une revue nécessite du travail, des soutiens, de  mobiliser des auteurs, des reviewers, mais aussi une bonne dose  d’inconscience. Tout cela semble avoir été convoqué et c’est sans  doute ce qui explique le fait que ce premier numéro ait été publié en temps et en heure. Les universitaires et les chercheurs rechignent parfois à publier dans une revue qui n’est pas encore connue ou pas indexée ou pire encore qui n’a pas de facteur d’impact. On peut les comprendre (même si la discussion pourrait à ce sujet être ouverte), mais en l’occurrence ils auraient tord !

L’European Journal of Trauma and Dissociation (EJTD) se veut une revue originale dédiée à la publication de littératures scientifique et clinique sur les troubles dissociatifs, l’état de stress post-traumatique, le syndrome de stress post-traumatique complexe, le trauma psychologique, les troubles d’attachement, afin de promouvoir les échanges entre chercheurs, cliniciens et les autres professionnels. L’EJTD publie des manuscrits qui peuvent être des articles théoriques, des études scientifiques, des traitements cliniques, des articles de position, des revues de questions que cela concerne les enfants ou/et les adultes.

La revue accepte des contributions, y compris des études de cas, sur des points de vue anthropologiques, transculturels, historiques, neurobiologiques, pharmacologiques, physiologiques, psychologiques, psychométriques, psychothérapeutiques et sociétaux.

Notre revue se veut être un nouvel acteur éditorial sur le psychotraumatisme et la dissociation dont la finalité est de promouvoir dans les pays francophones et anglophones une certaine ouverture et conception dans le domaine.

Il est certain que dans les années à venir cette revue sera reconnue sur le plan académique et qu’elle prendra une place de choix pour devenir sur le vieux continent (au moins) une revue de référence. Pour autant, elle devra rester une zone d’échanges et de partages intellectuels entre les praticiens et les chercheurs. C’est notamment pour cela qu’elle a été créée.

Une étude contrôlée randomisée est tout autant instructive qu’une étude de cas plus clinique et empirique. De telles approches ne s’opposent pas mais au contraire se complètent l’une l’autre. Car s’il est impossible d’enrichir sa pratique à partir d’une étude fondamentale du fait même de son caractère volontairement réducteur, il n’est pas suffisant de s’alimenter uniquement de l’expérience, certes riche, tout aussi réduite du clinicien attaché à la spécificité du cas clinique qu’il traite et à partir duquel parfois trop rapidement il tire des généralités. Les deux ne traitent pas de la même réalité, n’ont pas le même objectif et le passage de l’une à l’autre est loin d’être une évidence. Néanmoins une bonne recherche et qui plus est une bonne revue se doit faire une place égale à chacun des deux. L’EJTD sera le garant de cette égalité de traitement, qui en plus s’inscrira dans une ouverture théorique et intégrative assumée, qui à n’en pas douter sera au fil des années sa marque de fabrique.

Promouvoir les savoirs dans la langue de Shakespeare et de Molière (je préfère dire dans la langue de Janet) seront aussi les signes distinctifs de cette revue.

Voilà ce que Paul Valery appelait, un livre qui vaut. « … Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu’il crée, anime ou ranime dans ma pensée. . . J’attends de mes lectures qu’elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde… ». Et bien je souhaite, avec tous les éditeurs associés qui m’accompagnent dans cette aventure, faire de l’EJTD, une revue qui compte en provoquant tout ce que Paul Valery suggère, que l’on soit ou non spécialiste du psychotraumatisme et de la dissociation. Je souhaite que cette revue ouvre de nouvelles perspectives pour les praticiens et les chercheurs, plutôt que de les enfermer dans une posture restrictive, conventionnelle et tubulaire. Le dynamisme intellectuel, l’ouverture et la rigueur seront les valeurs de ce projet. J’espère à cet égard que les auteurs oseront soumettre leurs travaux et faire part de leurs travaux de chercheurs ou de leurs expériences de clinicien. Les colonnes de l’EJTD leur sont acquises à condition de répondre à certains critère et de jouer les jeux des retours critiques qui pourront leur être faits. Chercheurs et praticiens, vous qui êtes confrontés à la question du psycho-traumatisme, de la dissociation sous toutes leurs formes rejoignez-nous, adhérez aux associations comme l’ESTD ou l’AFTD, chacun peut et doit contribuer à l’évolution des savoirs. Il n’y a pas de petites connaissances ! Saisissez vos claviers et soumettez vos contributions, les patients ont besoin de nous… de vous !

Le site de la revue est http://www.sciencedirect.com/journal/european-journal-of-trauma-and-dissociation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *