Évaluation de l’EMDR dans la prise en charge des acouphènes

Évaluation de  l’EMDR dans la prise en charge des acouphènes, un article de D’Andréa,  G., Giacchero, R., Roger, C., Vandersteen, C., & Guevara, N., publié dans European Annals of Otorhinolaryngology, Head and Neck Diseases

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Résumé 

Objectifs

Les acouphènes peuvent induire une souffrance psychologique invalidante, nécessitant une approche multimodale intégrative, associant neuromodulation et méthodes psychothérapeutiques. Nous avons cherché à évaluer l’efficacité thérapeutique et l’acceptabilité de l’Eye Movement Desensitization and Reprocessing (EMDR) dans les acouphènes.

Matériel et méthodes

Il s’agissait d’une étude prospective monocentrique non comparative. Les critères d’inclusion étaient les suivants : patient adulte, souffrant d’acouphènes chroniques, score THI (Tinnitus Handicap Inventory) >17, provoquant une détresse psychologique motivant une prise en charge active après un traitement « classique » inefficace (associant conseils, thérapie sonore et traitement médicamenteux de première intention), et accord pour une thérapie EMDR. L’efficacité thérapeutique était définie par une diminution des scores THI ou de l’échelle visuelle analogique (EVA). L’acceptabilité du traitement était définie par le taux de patients inclus ayant terminé la thérapie.

Résultats

Trente-huit patients ont été inclus. On a observé une réduction significative de 53,5 % du score THI chez 78,9 % des patients (P<0,0001 ; 64,8±20,8 avant versus 31,8±24,7 après le traitement), et de 51 % du score VAS chez 76,3 % des patients (P<0,0001 ; 7,24±2,12 avant versus 3,58±2,03 après le traitement). L’acceptabilité du traitement était de 86,8%.

Conclusion

L’EMDR est apparue comme une alternative efficace et acceptable pour la majorité des patients, après échec du traitement « classique » de première ligne, améliorant la qualité de vie des patients acouphéniques et soulageant ainsi le handicap.

Protocole EMDR dans cette recherche 

Le protocole EMDR standardisé comprenait cinq séances d’une heure dispensées par un praticien EMDR.

La première était consacrée à un entretien exhaustif : histoire de la maladie, histoire sociale, familiale et occupationnelle. Les souvenirs les plus traumatisants liés à l’apparition de l’acouphène étaient recherchés. Les matériaux de travail étaient l’origine de l’acouphène et ses symptômes. Le plan de traitement et ses modalités ont été présentés, les objectifs et les bénéfices attendus ont été détaillés, afin d’obtenir l’adhésion.

La thérapie EMDR proprement dite a été mise en œuvre au cours des 4 séances suivantes, à 2 semaines d’intervalle. Brièvement, le patient a effectué des mouvements oculaires pendant plusieurs courtes séries de stimulations bilatérales alternées, à l’aide d’un pointeur dirigé vers un panneau. Ces mouvements oculaires ressemblaient à ceux du sommeil paradoxal. Pendant l’exercice, le patient était invité à se rappeler l’image traumatique ou anxiogène qui avait déclenché l’acouphène, dans un processus d’exposition ressemblant à la TCC. Le raisonnement est qu’il existe un dysfonctionnement du système d’intégration de la mémoire traumatique, que l’EDMR réactive en permettant l’intégration des souvenirs et la désensibilisation des affects négatifs. A la fin de chaque séance, 10 min étaient consacrées à la relaxation et à la sophrologie, afin de créer des cognitions positives à intégrer et à associer à la mémoire traumatique, stoppant ainsi la réminiscence dans le présent. La durée moyenne du traitement était de deux mois et demi.

Conclusion 

Les résultats actuels suggèrent que l’EMDR est un traitement de seconde ligne efficace et acceptable améliorant rapidement la qualité de vie des patients souffrant d’acouphènes, quelle que soit leur origine, leur durée ou leur sévérité. L’efficacité a été évaluée sur le THI et le VAS, avec des scores qui ont diminué de moitié dans la plupart des cas. L’EMDR fait partie d’une approche multimodale associant une prise en charge « classique » par le conseil, le traitement médicamenteux de la comorbidité psychiatrique, et la thérapie sonore ou la réhabilitation auditive selon les indications. Cependant, cette technique nécessite une adhésion physique et psychologique et n’est donc pas adaptée à tous les patients. Les mécanismes qui sous-tendent l’apparition et la chronicité des acouphènes et la neuromodulation induite par l’EMDR doivent être élucidés pour guider la prise en charge de ce symptôme fréquent.

Lire l’article complet en ligne : Évaluation de  l’EMDR dans la prise en charge des acouphènes 

En savoir plus 

Références de l’article Évaluation de  l’EMDR dans la prise en charge des acouphènes :

  • auteurs : D’Andréa,  G., Giacchero, R., Roger, C., Vandersteen, C., & Guevara, N.
  • titre en anglais : Evaluation of Eye Movement Desensitization and Reprocessing in  the management of tinnitus. An observational study.
  • publié dans : Eur Ann Otorhinolaryngol Head Neck Dis, 139(2), 65-71.
  • doi :10.1016/j.anorl.2021.06.002

Aller plus loin 

Dossier(s) : EMDR et maladies physiques – somatisation

M’inscrire Vous avez une question ?