Examen des traitements spécifiques aux traumatismes (TST) pour le TSPT

Examen des traitements spécifiques aux traumatismes (TST) pour le TSPT

Examen des traitements spécifiques aux traumatismes (TST) pour le TSPT, un article de Lee, E., Faber, J., & Bowles, K., publié dans le Clinical Social Work Journal

Article publié en anglais – disponible en ligne sur le site de l’éditeur – accès payant

Résumé 

Le traumatisme est un problème de santé publique important qui a des effets néfastes et étendus sur les personnes. La prévalence du traumatisme et du TSPT est élevée dans la population générale, et cette prévalence augmente considérablement dans les populations cliniques desservies par les travailleurs sociaux. Pour lutter contre l’épidémie cachée de traumatismes, il existe divers traitements spécifiques au traumatisme pour le TSPT. Les chercheurs ont souligné l’importance de l’utilisation des résultats de la recherche comme point de départ de la prise de décision clinique et la nécessité de définir des interventions efficaces en fonction de la population et des types de traumatismes, y compris des traitements conventionnels et non conventionnels.

 

Une revue systématique rapide a été menée pour combler cette lacune et a trouvé trente-quatre études empiriques, dont dix-neuf approches conventionnelles et sept non conventionnelles du traitement du TSPT. Les thérapies conventionnelles incluses sont la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), la TCC spécifique au sommeil, la TCC axée sur le traumatisme, la TCC inter-réseaux, la thérapie d’exposition à la réalité virtuelle, l’exposition prolongée, la thérapie d’exposition narrative, la thérapie de traitement cognitif, la désensibilisation et le retraitement par mouvements oculaires (EMDR), l’hypnothérapie, la thérapie centrée sur les émotions, l’entraînement aux compétences en matière de régulation des affects et des relations interpersonnelles (STAIR), la psychothérapie interpersonnelle (IPT), la thérapie comportementale dialectique (DBT), la recherche de sécurité, la réduction des incidents traumatiques, la thérapie de résolution accélérée (ART), la thérapie métacognitive et la thérapie de répétition imaginaire. Les approches non conventionnelles incluses sont le yoga, les activités physiques, la technique de libération des émotions, l’acupuncture, le programme de répétition de mantram, la thérapie corps-esprit et la musicothérapie.

 

Nous avons exploré plus en détail le contenu de la thérapie, la population, le type de traumatisme, les résultats et les forces/limites de chaque traitement afin de guider les cliniciens dans le choix de la meilleure pratique pour les patients idiosyncrasiques.

 

Enfin, nous avons discuté des limites de l’examen actuel, des considérations cliniques dans le choix d’un traitement empiriquement soutenu pour le TSPT et des implications des recherches futures pour guider les travailleurs sociaux cliniques.

 

Introduction 

Les traumatismes ont des effets négatifs très répandus sur les personnes dans le monde entier. Une étude épidémiologique américaine a documenté que 90 % des Américains ont rapporté une exposition à des expériences traumatiques au cours de leur vie et que 8 % ont rapporté une prévalence à vie du TSPT (Kilpatrick et al., 2013). Le traumatisme et ses impacts correspondants sur la santé ont été reconnus comme  » une épidémie cachée  » qui compromet la santé physique et mentale des individus ainsi que les fonctions interpersonnelles et sociales (Lanius et al., 2010). Les spécialistes du travail social notent qu’il existe une forte prévalence du traumatisme et du TSPT dans les populations générales, et que cette prévalence augmente considérablement parmi les populations cliniques que les travailleurs sociaux servent (Keely et Lee, 2018). Pour remédier aux effets néfastes des traumatismes, divers traitements spécifiques aux traumatismes (TST) ont été utilisés dans les services de santé masculins (Keesler, 2020 ; DeCandia et al., 2014). Les TST font référence aux « services de prévention, d’intervention ou de traitement qui traitent du stress traumatique ainsi que de tous les troubles concomitants (y compris la consommation de substances et les troubles mentaux) qui se sont développés pendant ou après le traumatisme » (SAMHSA, 2014, p. xix) et comprennent des traitements spécifiques avec un ensemble prescrit de pratiques ou de procédures pour traiter divers types de réponses au traumatisme.

 

Des recommandations variées ont été formulées sur les meilleures pratiques en matière de TST pour le TSPT, mais ces directives ont parfois été conflictuelles (pour plus de détails, voir Hamblen et al., 2019). Lee et Bowles (2020) ont récemment effectué une revue des traitements empiriquement soutenus (TST) pour le TSPT qui a discuté des recommandations conflictuelles, y compris les traitements centrés sur les traumatismes par rapport aux traitements non centrés sur les traumatismes, le traitement des enfants par rapport aux adultes, le TSPT avec/sans comorbidité, en personne par rapport à en ligne, et le mode de thérapie individuel par rapport au mode de thérapie de groupe. Ils ont constaté que les résultats globaux de chaque TST variaient en fonction des types de traumatismes et des caractéristiques de la population, et que tous les traitements actifs, indépendamment des conditions susmentionnées, étaient supérieurs aux contrôles de la liste d’attente. Par conséquent, ils ont mis en évidence l’importance de clarifier quel traitement a fonctionné pour quelle population de type de traumatisme dans les recherches futures. Ils ont également souligné que les spécialistes de la pratique fondée sur les preuves (EBP) ont insisté sur l’importance de prendre en compte d’autres facteurs que les preuves de la recherche empirique, notamment les valeurs des patients, les préférences en matière de traitement et l’expertise clinique des cliniciens (Drisko & Grady, 2015). Pour élargir le futur programme de recherche sur les traumatismes, les experts du guide de l’ISTSS ont insisté sur le fait que  » la recherche systémique est nécessaire pour déterminer quels types de stratégies et d’interventions thérapeutiques maximisent les avantages pour une population spécifique de patients « , y compris  » l’exploration de nouvelles approches de traitement  » qui ne sont pas conventionnelles (Cloitre, 2012, p. 13). En conséquence, notre revue vise à répondre à cette demande en présentant des conditions détaillées des TST conventionnels et non conventionnels pour le TSPT et à présenter une critique de la littérature de recherche incluse pour la pratique du travail social clinique.

 

(…)

 

EMDR

 

L’EMDR est une thérapie intégrative dans laquelle les patients gardent à l’esprit des images de détresse liées à leur traumatisme tout en effectuant des mouvements oculaires saccadés. Les mouvements oculaires saccadés ont été initialement théorisés pour interférer avec la mémoire de travail et susciter une réponse d’orientation qui réduit l’excitation émotionnelle associée aux souvenirs du traumatisme. Il existe trois études de synthèse sur l’EMDR (Chen et al., 2015 ; Field & Cottrell, 2011 ; Wilson et al., 2018). Pour explorer les avantages potentiels de l’utilisation de l’EMDR avec des enfants et des adolescents, Field et Cottrell (2011) ont réalisé une revue systématique de huit études sur l’EMDR individuelle avec des enfants (tranche d’âge 4-17 ans) ayant vécu les traumatismes suivants : TSPT diagnostiqué unique ou multiple, catastrophe naturelle, abus sexuel, réfugiés avec des traumatismes variés (viol, torture, etc.), cambriolage et accidents de la route. Les échantillons étaient de petite taille dans toutes les études, allant d’une seule étude de cas à trente-trois participants au maximum. Par rapport à une liste d’attente, l’EMDR a permis une amélioration significative des symptômes du TSPT, mais aucune différence par rapport à la TCC. Ils ont noté que le nombre moyen de sessions dans l’EMDR (c’est-à-dire 6,1 sessions) était presque la moitié comparé à la TCC (c’est-à-dire 11,6 sessions), ainsi l’EMDR pourrait être considéré comme soulageant les symptômes du TSPT plus rapidement que la TCC.

 

Chen et al. (2015) ont réalisé une revue systématique de onze ECR sur l’EMDR comparée à de nombreuses variantes de TCC pour une population adulte (n = 424) souffrant de PTSD. Ils ont constaté que l’EMDR était légèrement supérieure à la TCC dans les scores totaux du TSPT et diminuait la sévérité de l’intrusion et de l’excitation, cependant il n’y avait pas de différence dans les symptômes d’évitement. Une analyse de méta-regression a montré que le type de traumatisme et le sexe n’étaient pas une source significative d’hétérogénéité entre les études. Étant donné que les participants aux études incluses provenaient de divers endroits, notamment l’Australie, l’Italie, les Pays-Bas, les États-Unis et le Royaume-Uni, les auteurs ont reconnu l’existence de différences culturelles, mais n’ont pas inclus ce facteur dans l’analyse.

 

Wilson et al. (2018) ont réalisé une analyse systématique de six études, dont deux méta-analyses de Chen et al. (2014, 2015) et quatre ECR publiés après ces analyses. Étant donné que les méta-analyses étaient couvertes par notre examen de Chen et al. (2015), nous nous sommes concentrés sur le compte rendu de leur examen de quatre ECR sur des adultes atteints de TSPT. Les participants (n = 347) des quatre études comprenaient 70 réfugiés syriens adultes, 50 adultes diagnostiqués avec une sclérose en plaques, 155 adultes avec des troubles psychotiques chroniques et 72 autres réfugiés diagnostiqués avec un TSPT. L’échantillon était composé d’une combinaison d’expériences de traumatismes simples et complexes. Ils ont constaté que, par rapport à une liste d’attente et à une thérapie de relaxation, l’EMDR était plus efficace pour améliorer significativement le diagnostic et les symptômes du TSPT. Les quatre ECR ont également mesuré les symptômes d’anxiété et de dépression et ont constaté que l’EMDR réduisait significativement les symptômes d’anxiété et de dépression par rapport à la liste d’attente, mais qu’il n’y avait pas de différence significative dans les symptômes de dépression et d’anxiété par rapport à la thérapie de relaxation. Pour la population adulte souffrant de troubles psychotiques chroniques, l’EMDR et l’EP ont été rapportés comme étant une thérapie efficace pour améliorer les pensées paranoïaques dans une étude (Bont et al., 2016). Les auteurs ont souligné que l’EMDR a été efficace dans un large éventail de pays, y compris en Orient et en Occident, affirmant la possibilité d’une efficacité dans diverses cultures.

 

À l’exception de la revue de Field et Cottrell (2011), il y a peu de discussions autour du niveau de formation EMDR nécessaire pour que l’intervention soit efficace. Bien que Chen et al. (2015) aient noté que l’EMDR était plus efficace lorsqu’il était dispensé par des thérapeutes plus expérimentés, leur niveau d’expérience était évalué en fonction de leurs expériences d’animation de groupe, plutôt que de leurs expériences spécifiques à l’EMDR. Chen et al. (2015) ont indiqué que les séances de plus de 60 minutes donnaient de meilleurs résultats avec l’EMDR. Dans toutes les études, les interventions EMDR avaient un faible taux d’abandon, ce qui indique une meilleure tolérance que d’autres approches telles que l’EP (Wilson et al., 2018).

 

(…)

 

Discussion

 

L’examen actuel présente plusieurs limites. Puisqu’elle a suivi la ligne directrice des Rapid Evidence Assessments (Grant & Booth, 2009), elle est sujette aux faiblesses de cette méthode. Cette forme d’examen présente des faiblesses telles que le biais de publication dû à la réduction de la durée du processus d’examen, l’utilisation exclusive d’articles de journaux évalués par des pairs et l’absence d’évaluation de la qualité. En outre, il existe plusieurs limites aux preuves existantes de toutes les études incluses, telles que le manque d’homogénéité entre les preuves de recherche examinées et synthétisées dans chaque étude, ainsi que le biais de confirmation des chercheurs pour démontrer l’efficacité du traitement sur lequel ils se concentrent (par exemple, les partisans de l’EMDR l’ont trouvé plus efficace que les autres). En outre, les incohérences dans la conception de l’étude, les caractéristiques et la définition de l’intervention, l’échantillon, le type de traumatisme, les mesures des résultats et les procédures de suivi dans et entre les études incluses limitent la comparabilité des données et ont un impact considérable sur les conclusions. En outre, l’omission des critères d’exclusion et les détails limités sur les participants dans de nombreuses études diminuent la capacité à guider les travailleurs sociaux dans l’exploration du traitement qui serait le mieux adapté à chaque patient idiosyncrasique. Consciente de ces limites, cette revue a tenté de documenter les détails de chaque étude incluse afin que les travailleurs sociaux soient en mesure d’examiner et de comparer les preuves existantes et de discerner quelle approche thérapeutique reflète le plus fidèlement les données démographiques similaires, les types de traumatismes et les autres conditions de traitement de leur patient individuel. Ainsi, les résultats, les considérations cliniques et les implications de la recherche sont présentés spécifiquement dans le but d’aider les cliniciens.

 

Considérations cliniques sur l’application pratique des technologies douces pour le TSPT (titre 2)

 

La multitude de technologies douces utilisées dans les approches conventionnelles et non conventionnelles du traumatisme montre qu’il est possible de soutenir et de traiter diverses populations traumatisées grâce à une variété de traitements. Plusieurs considérations doivent guider la pratique clinique. Tout d’abord, les travailleurs sociaux doivent réfléchir de manière critique aux caractéristiques démographiques et à l’échantillon de chacun des traitements, car les expériences traumatiques et leurs manifestations dans les symptômes psychologiques peuvent être influencées et affectées par des facteurs démographiques. Les études n’ont pas toutes inclus des informations détaillées sur le sexe, l’âge et le contexte culturel de l’échantillon. Chaque article a partagé des informations limitées sur les données démographiques de l’échantillon utilisé dans les groupes de contrôle et de traitement, ce qui limite la généralisation et l’applicabilité clinique des résultats. De plus, ces facteurs démographiques peuvent également avoir un impact sur la réponse de l’individu à certains traitements du traumatisme. Par exemple, malgré l’efficacité démontrée de la TFCBT pour les adultes, les enfants et les adolescents, l’article de Neelakatan et al. (2018) note que les praticiens peuvent rencontrer des difficultés à utiliser la TFCBT avec les jeunes. En effet, les jeunes qui évaluent leur capacité d’adaptation comme étant faible, ou ceux qui ne comprennent pas pleinement le modèle TFCBT, peuvent percevoir les aspects de l’exposition comme étant coercitifs, ce qui peut entraîner de mauvais résultats de traitement et des taux d’attrition plus élevés. Ainsi, il est important de considérer comment les facteurs démographiques tels que l’âge, le sexe et les antécédents culturels peuvent jouer un rôle dans la réceptivité d’une personne au traitement.

 

Deuxièmement, les travailleurs sociaux doivent réfléchir de manière critique au type de traumatisme que leur patient a subi. Sur les trente-quatre articles examinés, dix distinguent spécifiquement que l’échantillon était composé de personnes ayant subi un traumatisme complexe (Kip et al., 2013 ; Paivio et al., 2010 ; Holli- field et al., 2007 ; Bormann et al., 2013 ; Gordon et al., 2008 ; Cloitre et al., 2002 ; Markowitz et al., 2015 ; Stiel et al., 2011 ; Bohus et al., 2013 ; Boden et al., 2012). En fait, il existe des catégories diagnostiques contradictoires dans le domaine de la santé mentale mondiale, car le DSM-5 (APA, 2013) ne distingue pas le TSPT (c’est-à-dire le type 1) et le TSPT complexe (c’est-à-dire le type 2) alors que la CIM-11 (OMS, 2015) distingue les deux en tant que diagnostic distinct (pour une discussion détaillée, voir Lee & Bowles, 2020). Les autres études comprenaient des échantillons ayant subi des traumatismes de type 1 ou une combinaison de traumatismes de type 1 et 2. Cependant, dans la pratique clinique, les spécialistes du traumatisme soulignent l’importance de différencier le type de traumatisme et de fournir des traitements en conséquence, car il n’est pas approprié de généraliser les traitements du traumatisme de type 2 comme étant efficaces pour les expériences de traumatisme de type 1 (Lee & Bowles, 2020). De nombreux articles manquaient de clarté dans la description de la nature des expériences traumatiques incluses et utilisaient une terminologie telle que  » traumatisme mixte  » ou  » diagnostic de TSPT  » pour décrire la population de l’échantillon. Ces termes sont assez vagues et n’illustrent pas adéquatement le type de traumatisme traité. Ceci est particulièrement important pour les recherches futures, car une compréhension plus claire du type de traumatisme aidera à mieux comprendre l’efficacité du traitement et à informer les travailleurs sociaux lorsqu’ils envisagent le choix du traitement du TSPT.

 

Troisièmement, les travailleurs sociaux doivent tenir compte de la façon dont le traitement des souvenirs du traumatisme est abordé directement ou indirectement. Parmi les psychothérapies conventionnelles présentées dans cette étude, STAIR et IPT sont les seules modalités qui n’abordent pas directement les souvenirs du traumatisme et se concentrent plutôt sur la stabilisation émotionnelle et les interactions et soutiens interpersonnels. De nombreuses thérapies non conventionnelles, telles que la musicothérapie, la thérapie par le corps et l’esprit, la thérapie par le yoga et l’activité physique, ne demandent pas au patient de discuter directement de ses expériences traumatiques. Les autres technologies douces conventionnelles en psychothérapie se concentrent sur la réduction des symptômes du TSPT en traitant directement les souvenirs du traumatisme. Il s’agit d’une considération importante, car de nombreuses personnes ne se sentent pas prêtes à aborder directement ou de manière proactive leurs expériences traumatiques. Étant donné que tous les traitements actifs du traumatisme sont efficaces pour traiter le TSPT par rapport à l’absence de traitement (p. ex. liste d’attente), il est important de fournir le traitement en temps opportun pour servir les patients qui en ont besoin et de tenir compte de façon critique des préférences des patients en matière de traitement (Lee et Bowles, 2020). Cette démarche s’inscrit dans le droit fil de la littérature sur les pratiques exemplaires (Regehr et al., 2007) et du mouvement en faveur des approches tenant compte des traumatismes (SAMHSA, 2014). De nombreux chercheurs ont relevé des problèmes de tolérance aux thérapies d’exposition prolongées, qui entraînent souvent des taux d’abandon élevés, voire 50 % dans certaines études (pour plus de détails, voir Gonçalves et al., 2012). Pour les patients qui ne sont pas prêts et qui indiquent clairement qu’ils ne souhaitent pas traiter les traumatismes de manière explicite, des options de traitement qui ne sont pas axées sur le traitement de la mémoire des traumatismes peuvent être envisagées pour aider les patients à améliorer leur régulation émotionnelle et leurs compétences interpersonnelles, ce qui peut mieux les préparer à aborder leur bien-être mental. De même, les thérapies non conventionnelles peuvent constituer une option plus accessible pour les personnes qui ne sont pas prêtes ou désireuses de s’engager dans des traitements nécessitant un traitement direct des traumatismes. De même, les options de traitement qui ne sont pas directement axées sur le TSPT peuvent être plus accessibles pour les patients qui subissent un stigmate lié aux problèmes de santé mentale. Par exemple, Ho et al. (2016) notent que la TCC spécifique au sommeil peut être moins stigmatisante, en raison de l’accent mis sur le sommeil plutôt que sur le TSPT. Ce principe peut se traduire par d’autres traitements qui ne s’attaquent pas directement aux symptômes du TSPT, ce qui pourrait entraîner une meilleure adhésion au traitement. Il est important de noter que cela ne signifie pas que tout traitement du TSPT sera efficace pour tout patient idiosyncrasique. Au lieu d’adhérer de manière rigide aux protocoles de recherche actuellement limités illustrés dans cet article, le travailleur social doit plutôt collaborer avec le patient pour évaluer les informations démographiques et les types de traumatismes, informer le patient des preuves de recherche existantes et permettre aux préférences du patient de guider le choix du traitement. À cet égard, la présente revue peut constituer un point de départ utile pour les patients et les travailleurs sociaux disposant de ressources limitées pour aborder les impacts des traumatismes dans les domaines de la santé mentale communautaire.

 

Lire l’article complet en ligne : Examen des traitements spécifiques aux traumatismes (TST) pour le TSPT 

 

En savoir plus 

Références de l’article Examen des traitements spécifiques aux traumatismes (TST) pour le TSPT :

  • auteurs : Lee, E., Faber, J., & Bowles, K.
  • titre en anglais : A Review of Trauma Specific Treatments (TSTs) for Post‐Traumatic Stress Disorder (PTSD)
  • publié dans : Clinical Social Work Journal, 1-13.