Gérer le risque de TSPT meilleures pratiques pour la prévention, la détection et le traitement

Gérer le risque de TSPT : meilleures pratiques pour la prévention, la détection et le traitement

Gérer le risque de TSPT : meilleures pratiques pour la prévention, la détection et le traitement, un article de Lewis, C., & Bisson, J. I., publié dans Acta Psychiatrica Scandinavica

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Dans ce numéro, Bonde et ses collègues 1 présentent une revue systématique exhaustive de l’évolution temporelle des symptômes du troubles de stress post-traumatique (TSPT) à expression différée. Constatant que, dans la plupart des cas, le TSPT est précédé de symptômes de stress traumatique au cours de la première année, ils concluent à la nécessité de surveiller les symptômes de stress traumatique après l’exposition au traumatisme afin d’identifier les personnes susceptibles de développer un TSPT. Ces travaux attirent l’attention sur la prévalence des symptômes de stress traumatique après l’exposition à un traumatisme, tout en indiquant la possibilité d’identifier les personnes susceptibles de développer un TSPT à un moment ultérieur sur la base de symptômes antérieurs. Cela montre l’intérêt de revoir ce que nous savons sur les meilleures pratiques en matière de gestion du risque de TSPT.

 

Des décennies de recherches soulignant le potentiel de conséquences psychologiques négatives d’un traumatisme ont motivé le développement et la mise en œuvre d’interventions visant à améliorer la détresse initiale et à atténuer l’impact durable. Le « débriefing psychologique » a été développé dans le but de contourner les réponses inadaptées au traumatisme en favorisant le traitement cognitif et émotionnel dans les suites immédiates du traumatisme afin de réduire les possibilités d’enracinement de schémas cognitifs et comportementaux désordonnés.2 Bien que son utilisation ait été largement préconisée après des événements traumatiques dans les années 1980 et 1990, elle a été largement discréditée. Cela a conduit à des appels à la cessation du débriefing de routine, bien qu’il existe des preuves des effets plus positifs du débriefing en tant que groupe cohésif, comme dans le cas du personnel militaire 3.

 

Naturellement, le développement d’alternatives efficaces au débriefing psychologique a suscité un intérêt considérable. Au cours des deux dernières décennies, une variété d’approches psychologiques ont été développées pour être utilisées peu de temps après un traumatisme, basées principalement sur la thérapie cognitivo-comportementale (TCC).3,4 Bien qu’il existe des preuves des effets bénéfiques de la TCC précoce en plusieurs sessions avec un accent sur le traumatisme (TCC-TF) pour les individus présentant des symptômes de stress traumatique, il est recommandé que ces interventions soient réservées à ceux qui remplissent les critères de diagnostic du trouble de stress aigu ou du TSPT. 5

 

Compte tenu des données disponibles, il n’y a guère d’arguments en faveur de l’offre systématique d’interventions psychologiques à toute personne impliquée dans un événement traumatique.3,4 Cependant, ne rien faire risque de créer un manque perçu de soutien social, qui a été associé au développement du TSPT à la suite d’événements traumatiques.6 Les lignes directrices cliniques pour la gestion du TSPT mettent en garde contre le fait de ne rien faire à la suite d’un traumatisme, et préconisent plutôt l’offre d’un soutien pratique et pragmatique sans intervention psychologique formelle. La nécessité de fournir un soutien, combinée au potentiel apparent de préjudice associé à une intervention psychologique formelle, a suscité un intérêt pour les premiers secours psychologiques (PSP). Le PSP est un ensemble de principes fondés sur des preuves qui fournissent un soutien immédiat aux personnes affectées dans le but de réduire la détresse, de promouvoir le fonctionnement adaptatif, d’améliorer la résilience et d’atténuer les conséquences psychologiques négatives du traumatisme.7 Malgré l’acceptation de PSP et sa recommandation constante, il y a un manque de preuves concernant son efficacité.8 Même s’il y a des difficultés inhérentes à l’évaluation du PSP, il y a un besoin urgent de construire une base de preuves pour soutenir sa mise en œuvre continue. Pour l’instant, les approches fondées sur les principes du PSP représentent la meilleure pratique largement acceptée en termes de réponse immédiate au traumatisme.

 

Un large éventail de besoins psychosociaux émergent à la suite d’événements traumatiques et, comme l’ont souligné Bonde et ses collègues1, seule une petite proportion des personnes touchées développent un TSPT et ont besoin du soutien de services spécialisés. Il existe des méthodes bien validées de dépistage du TSPT qui peuvent identifier avec une précision raisonnable le sous-groupe qui a besoin d’une intervention formelle une fois que les symptômes se sont développés.9 Malgré cela, il n’y a actuellement pas assez de preuves pour préconiser un dépistage systématique à la suite d’événements traumatiques et, en effet, certaines preuves mettent en garde contre son utilisation. Les données de suivi après les attentats de Londres suggèrent que le dépistage a permis de détecter et de traiter des personnes qui ne se seraient pas manifestées autrement.10 Il y a cependant eu peu de recherches de qualité sur le dépistage après des événements traumatiques, et un vaste essai contrôlé randomisé en grappe sur le personnel militaire britannique n’a trouvé aucune preuve d’une détection ou d’un traitement accru avec le dépistage post-déploiement.11 L’efficacité et le rapport coût-efficacité réels ne sont pas connus, et il semble sage de rappeler que le dépistage n’est pas sans risque, notamment celui de susciter des attentes, de ne pas disposer d’un personnel suffisant pour répondre à la demande, les conséquences de résultats faussement positifs et les coûts d’opportunité liés au déploiement de ressources de cette manière. En dépit d’un manque similaire de preuves, une approche plus prudente pourrait consister en des campagnes de santé publique qui sensibilisent aux conséquences des traumatismes et éduquent la population générale sur les signes à rechercher et les conseils sur quand et comment demander un avis clinique. Il peut également être justifié de mener une campagne pour une meilleure reconnaissance des conséquences potentielles des traumatismes par les personnes susceptibles de rencontrer des personnes à risque de TSPT, comme les praticiens des soins primaires et secondaires. Le TSPT doit être envisagé comme un diagnostic possible lorsque les patients révèlent des antécédents de traumatisme ou lorsqu’ils décrivent des symptômes caractéristiques du TSPT.

 

Une fois identifié, le TSPT est une affection traitable. Des preuves de plus en plus nombreuses confirment l’efficacité de plusieurs formes de thérapie psychologique pour le TSPT. Une méta-analyse récente a trouvé les preuves les plus solides de l’effet de la thérapie cognitivo-comportementale axée sur le traumatisme (TCC-TF) et de la désensibilisation et du retraitement par les mouvements oculaires (EMDR),12 et ces thérapies sont recommandées au niveau international par les directives de pratique clinique.13 Des interventions pharmacologiques spécifiques sont également recommandées, bien qu’à un degré moindre en raison de tailles d’effet plus faibles.14 Puisqu’il existe des preuves de l’efficacité de nombreux traitements psychologiques et pharmacologiques, la base de preuves devrait être utilisée pour guider la prise de décision partagée entre le patient et le clinicien. Idéalement, l’intervention devrait être précédée d’une évaluation détaillée, suivie d’une discussion autour des preuves, aboutissant à la coproduction de plans de traitement qui tiennent compte des préférences du patient.15

 

En dépit d’une solide base de données probantes soutenant plusieurs modalités de traitement, certains facteurs limitent la réalisation de résultats positifs. Bien que les interventions dont les preuves sont les plus solides présentent des tailles d’effet importantes, tout le monde ne répond pas et les symptômes résiduels sont fréquents. Une meilleure compréhension des mécanismes de l’effet de traitements spécifiques est nécessaire pour informer le développement de nouvelles interventions et l’adaptation des interventions existantes afin de garantir leur efficacité optimale. Le TSPT étant une affection très hétérogène, il est peu probable qu’un seul traitement convienne à tous, et il est nécessaire d’examiner les prédicteurs de résultats qui peuvent indiquer l’adéquation des traitements à des sous-groupes spécifiques de patients. En outre, les thérapies psychologiques fondées sur des preuves ne sont pas toujours largement disponibles ou accessibles. Cependant, il existe de plus en plus de preuves en faveur des thérapies de groupe et des thérapies basées sur Internet,12 qui ont la possibilité d’élargir l’accès à un traitement peu coûteux et de faciliter une diffusion efficace à grande échelle. En outre, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer les traitements existants chez les personnes souffrant d’un TSPT complexe, et pour modifier ou développer de nouvelles thérapies, le cas échéant.

 

L’exposition aux traumatismes est fréquente16 et, comme l’indique l’étude de Bonde et al1, une minorité importante des personnes touchées développent ensuite un TSPT. Bien qu’il soit possible d’identifier les personnes susceptibles de développer un TSPT à apparition tardive sur la base de symptômes antérieurs, les données probantes ne justifient pas un dépistage systématique, des stratégies préventives ou une intervention précoce pour les personnes ne présentant pas de trouble diagnostiqué. Les campagnes de sensibilisation au TSPT et à ses symptômes peuvent représenter la meilleure stratégie pour optimiser l’identification précoce des personnes atteintes de TSPT qui bénéficieraient d’un traitement fondé sur des données probantes.

 

Lire l’article complet en ligne : Gérer le risque de TSPT : meilleures pratiques pour la prévention, la détection et le traitement 

En savoir plus

Références de l’article Gérer le risque de TSPT : meilleures pratiques pour la prévention, la détection et le traitement :

  • auteurs : Lewis C, Bisson JI.
  • titre en anglais : Managing the risk of post-traumatic stress disorder (PTSD): Best practice for prevention, detection and treatment
  • publié dans : Acta Psychiatr Scand. 2022 Feb;145(2):113-115
  • doi : 10.1111/acps.13392

Formation(s) : 

Événements traumatiques : prises en charges individuelles

Formation Traumatic Stress Relief (GIST-T TSR)

 

Dossier(s) :  EMDR pour le trauma récent