Global initiative for stress and trauma treatment –  Initiative mondiale pour le traitement du stress et des traumatismes (GIST-T)

Le Global initiative for stress and trauma treatment –  Initiative mondiale pour le traitement du stress et des traumatismes (GIST-T) a été créée pour aider à relever le défi que représentent les traumatismes et contribuer à l’expansion des efforts actuels pour développer le traitement des traumatismes.
Il s’est d’abord concentré sur les travailleurs de première ligne, c’est-à-dire les travailleurs humanitaires et le personnel des opérations de paix, en utilisant le kit de ressources « Confronting Stress and Trauma » récemment développé. Cet objectif est désormais élargi à d’autres groupes de population traumatisés.
Pourquoi les travailleurs de première ligne ? Ils sont confrontés à des situations causées par des conflits violents et des catastrophes naturelles. Ils sont fréquemment exposés à des événements et des circonstances traumatisantes. Le renforcement de leur résilience et la prise en charge de leurs symptômes traumatiques les aideront à continuer d’accomplir leurs tâches difficiles.
La contribution que la guérison des traumatismes à grande échelle pourrait apporter à l’amélioration de la productivité sociale, économique et culturelle, ainsi qu’à l’éducabilité, la créativité et le bien-être des individus, pourrait bien être historique. Un traitement efficace des traumatismes pourrait aider à briser les chaînes causales de la violence qui engendre la violence, des abus qui engendrent d’autres abus, transmis de génération en génération. Il pourrait mettre fin à une souffrance intérieure immense et insidieuse – une souffrance largement inutile.
Des opportunités pratiques se présentent quotidiennement. Le projet GIST-T est conçu pour saisir nombre de ces opportunités et en créer de nouvelles. Cela constitue un défi pour nous tous.

Ce que fait le GIST-T 

Les troubles et les maladies liés aux traumatismes représentent une charge mondiale considérable en termes humains, économiques, sociaux et de sécurité. Pas moins de 500 millions de personnes dans le monde souffrent peut-être de TSPT. L’exposition à des événements et des circonstances traumatiques augmente chaque année. Considérez le sort des réfugiés, des personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et des prestataires de services qui leur viennent en aide, ou celui des survivants de violences sexuelles et de torture, ou celui des anciens combattants, y compris les anciens enfants soldats et les vétérans de guerre, ou encore celui des survivants de catastrophes naturelles, de crimes, d’abus et d’accidents. Ce que ces populations disparates ont en commun, c’est qu’elles souffrent toutes de blessures invisibles, qui ont pour effet d’altérer gravement leur vie – ainsi que celle de leur famille et de leur communauté.
Pourtant, dans une grande partie du monde, les traumatismes restent méconnus, non diagnostiqués et donc non traités. Le pessimisme général quant à la disponibilité d’une modalité de traitement adaptée, abordable, reconnue et évolutive a conduit à l’allocation de très faibles budgets au traitement des traumatismes (et à la santé mentale en général). Cela explique en grande partie pourquoi, jusqu’à présent, la réponse mondiale a été minime.
Dans le même temps, plus la science en apprend sur les traumatismes, plus il devient urgent de s’attaquer à leur impact sur les personnes directement et indirectement touchées. L’existence de traitements efficaces le permet aujourd’hui.
Pour surmonter la pénurie structurelle de thérapeutes, de formateurs et de défenseurs professionnels, il est nécessaire de renforcer les capacités des ressources humaines conventionnelles et innovantes.
Le GIST-T vise à favoriser le développement, la promotion et l’application de thérapies fondées sur des données probantes pour aider à gérer et à traiter les traumatismes et les affections liées aux traumatismes, et à les rendre accessibles aux populations vulnérables du monde entier.
Le GIST-T se concentre donc sur : la sensibilisation, l’encouragement et la facilitation de la formation du personnel professionnel et paraprofessionnel, la promotion de la mise à l’échelle et de l’utilisation des services de soins de traumatologie, l’approfondissement de la recherche, et la collecte de fonds, les partenariats et les contrats pour la durabilité. Les objectifs spécifiques sont énumérés ci-dessous :

S’attaquer à la douleur du membre fantôme (PPL)

Promouvoir l’EMDR auprès des organisations qui s’occupent de la DPP
Des millions de personnes dans le monde souffrent de la douleur du membre fantôme, qui est un état débilitant et psychologiquement perturbant. Les causes de la perte d’un membre vont des blessures de guerre (mines terrestres, balles infectées) aux conditions médicales (diabète) en passant par la torture et les accidents. Les modalités de traitement conventionnelles pour les amputés sont nombreuses, y compris divers types de médicaments contre la douleur ainsi que des traitements non médicaux (par exemple, l’acupuncture, le massage, le biofeedback, l’imagerie, etc.)
Le modèle de traitement adaptatif de l’information (AIP) de l’EMDR postule que la PLP est le résultat de souvenirs non traités de l’événement (ainsi que de sa sensation physique) qui a nécessité l’amputation. Il s’agit d’un paradigme différent de ceux qui sous-tendent les traitements conventionnels. La thérapie EMDR offre un traitement efficace de la PLP, à savoir un traitement qui cible et retraite les souvenirs traumatiques associés à la lésion d’un membre. Le succès (défini comme une réduction complète ou substantielle de la douleur ressentie) a été obtenu en moyenne dans 80 % des cas après 2 à 9 séances.
Le GIST-T cherche à promouvoir et à négocier des arrangements qui mettent en relation les victimes de PLP (principalement par le biais de leurs organisations d’intérêt spécial) avec des prestataires agréés de thérapie EMDR (principalement par le biais de leurs associations professionnelles). Si les données citées précédemment sont très prometteuses, seules six études de cas ont été publiées. Davantage de recherches sur le terrain à l’aide d’essais contrôlés de manière aléatoire fourniraient une base de preuves plus solide, et pour cette raison, GIST-T est également intéressé à identifier les chercheurs intéressés pour les mettre en relation avec les organisations représentant les victimes. Enfin, le GIST-T souhaite mettre en contact des formateurs EMDR avec des organisations (d’infirmières, de médecins, de kinésithérapeutes et autres) potentiellement intéressées par le renforcement de leurs propres capacités dans le domaine de la réduction des PLP.

Les scouts acquièrent des compétences psychosociales

Echo-formations pour l’Organisation Mondiale du Mouvement Scout
En cherchant à préparer les jeunes aux défis de la vie, le Mouvement scout a fait un travail unique et remarquable en développant des « boîtes à outils » substantielles de compétences pratiques et de conseils de soutien qui se sont avérés précieux pour des millions de jeunes, garçons et filles. Aujourd’hui, alors qu’un nombre croissant de jeunes sont confrontés dans leur propre vie à des crises et des catastrophes qui sont non seulement physiquement dévastatrices, mais aussi émotionnellement et psychologiquement dommageables, il est tout à fait approprié d’ajouter à leur formation des compétences pratiques de préparation aux situations d’urgence.
L’Organisation Mondiale du Mouvement Scout (OMMS) est organisée en 166 pays membres, avec des organisations scoutes nationales reconnues, et plus de 40 millions de participants. Déjà un quart des membres de l’OMMS est impliqué dans des activités, des formations et des réponses aux catastrophes naturelles et aux crises, et la direction de l’OMMS est maintenant engagée dans l’introduction d’un vaste programme d' »Action Humanitaire » dans le monde entier.
Le GIST-T, en collaboration avec l’OMMS, prévoit de concevoir et de dispenser une formation de formateurs de trois jours (TOT) sur (i) l’auto-soin pour le stress et les traumatismes et (ii) les premiers secours psychologiques (PFA), et de lancer ainsi une série de formations en écho au niveau national.
– Cette première formation de formateurs se tiendra d’abord en Suisse pour les formateurs seniors de 20 à 25 organisations scoutes nationales, qui développeront à leur tour leur propre plan de formation adapté à leur situation nationale. La formation de formateurs sera initialement dispensée en deux langues (français et anglais). La liste initiale des 17 pays sélectionnés est présentée ici3.
– En se concentrant sur la formation à l’auto-prise en charge, les scouts comprendront mieux leurs propres réactions face à des expériences stressantes et parfois traumatisantes, et sauront comment réagir ou, si nécessaire, quand demander l’aide de professionnels.
– La formation PFA pour les scouts serait spécifiquement ciblée sur leurs besoins et leurs capacités, afin qu’ils puissent mieux réagir dans des situations de crise où ils peuvent être appelés à aider – comme cela s’est déjà produit en Haïti, au Népal, en Inde et au Bangladesh, pour n’en citer que quelques-uns. La preuve de la maîtrise de ces deux sujets permettrait aux scouts d’obtenir des badges de mérite.
– Après la formation initiale, le GIST-T aidera à identifier des thérapeutes, des conseillers et des formateurs appropriés et intéressés pour accompagner la mise en œuvre au niveau national et soutenir le contrôle de la qualité et l’évaluation dans chacun des pays du programme. À cette fin, GIST-T est en train d’établir une base de données de formateurs PFA qualifiés et de professionnels de la santé mentale.
D’autres développements pourraient inclure la conception et la réalisation de webinaires pour les formations ultérieures dans les cinq langues officielles de l’OMMS (russe, espagnol, français, arabe et anglais), et la préparation d’un cours en ligne sur mesure.

Mission d’évaluation des besoins psychosociaux à Marawi, Philippines

Démonstration des approches EMDR dans un contexte d’extrémisme violent
Le 23 mai 2017, des militants affiliés à l’État islamique (EI) – y compris les groupes djihadistes salafistes Maute et Abu Sayyaf – ont lancé une attaque contre les forces de sécurité du gouvernement philippin dans la ville de Marawi, à Mindanao, occupant plusieurs bâtiments et prenant le contrôle de zones clés. Trois mois plus tard, le conflit est toujours en cours, le nombre de victimes étant estimé à plus de 75 membres des forces gouvernementales et à au moins 44 civils.
À la suggestion de collègues de la Banque mondiale, une mission d’évaluation des besoins est envoyée sur le terrain (dès que les conditions le permettent) pour faire le point sur l’impact des activités terroristes et militaires à Marawi sur la population civile et militaire, en accordant une attention particulière à son impact psychologique sur les individus, les familles et les communautés locales.
L’objectif de la mission est double : premièrement, évaluer les besoins d’urgence et identifier les possibilités immédiates de fournir des soins contre le stress et les traumatismes aux personnes qui en ont le plus besoin, y compris les personnes déplacées et les travailleurs humanitaires souffrant de traumatismes primaires ou indirects ; et deuxièmement, explorer la faisabilité, la pertinence et l’acceptabilité du développement d’un projet spécifique qui répondrait à ces besoins.
L’intention est d’entreprendre un projet qui utiliserait la désensibilisation et le retraitement par mouvements oculaires (EMDR). Bien que moins connue que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), largement appliquée, l’EMDR présente des avantages inhérents aux situations de terrain humanitaire et aux conflits violents. En tant que tel, ce projet est également destiné à servir de démonstration de l’efficacité de l’EMDR.
Le GIST-T coordonne la mise en œuvre de cette mission, en dialogue avec plusieurs autres acteurs, dont la Banque mondiale, Nonviolent Peaceforce Philippines, EMDR Philippines et, éventuellement, l’Association psychiatrique des Philippines. Le financement de la mission a été sécure et une partie du financement des activités de la phase d’urgence est en cours.

Prendre soin des aidants

Ateliers pour les organisations de soutien aux sinistrés de la tour Grenfell
L’incendie de la tour Grenfell, en juin 2017, a fait au moins 80 morts et plus de 70 blessés, et laissé plus de 1 000 personnes sans abri. L’incendie s’est produit dans le bloc d’appartements de logements sociaux de 24 étages de la tour Grenfell, à North Kensington, à Londres. Des particuliers et des groupes et organisations communautaires des environs, et de tout Londres, se sont mobilisés pour organiser une aide rapide aux centaines de victimes. Des abris temporaires ont été fournis dans les églises locales, les mosquées et une salle de sport, et des dons d’argent, de nourriture, d’eau, de vêtements et de jouets ont été reçus en quantités énormes. Les organisations locales ont été submergées de bénévoles, désireux d’aider le personnel régulier à coordonner l’aide et à distribuer les fournitures de secours. Les opérations de secours ont mobilisé des centaines de personnes qui ont travaillé 24 heures sur 24 pendant plusieurs semaines. Si l’action des pompiers, des ambulanciers et de la police qui ont répondu à la catastrophe a été universellement saluée, l’aide immédiate organisée par le conseil local était tout à fait insuffisante et a sans aucun doute aggravé l’angoisse et la misère des victimes survivantes.
Après avoir discuté par téléphone avec plusieurs organisations locales, le GIST-T a proposé d’organiser de courts ateliers adaptés aux besoins du personnel et des volontaires. Organisés en collaboration avec des groupes locaux, ces ateliers – « Prendre soin des soignants » et « Premiers secours psychologiques » – seront informels, flexibles et avant-gardistes, et permettront aux participants d’écouter et de parler. Un maximum de 15 participants peut être accepté pour chaque atelier de 2½ heures. La mosquée locale, située à environ 10 minutes de marche de Grenfell, a déjà accepté d’accueillir ces ateliers en octobre ou novembre 2017. Cette mosquée avait elle-même plus de 100 bénévoles travaillant à l’assistance aux survivants de Grenfell pendant plusieurs semaines, et les dirigeants reconnaissent volontiers la nécessité d’offrir un soutien psychosocial au personnel et aux bénévoles. D’autres groupes locaux seront invités à s’y joindre.
Atelier « Prendre soin des soignants » : cet atelier aidera les participants à comprendre les principes de base du traumatisme psychologique, en accordant une attention particulière aux soins personnels. Les participants apprendront et mettront en pratique des techniques d’auto-soins simples et efficaces afin de pouvoir non seulement utiliser ces techniques eux-mêmes, mais aussi les enseigner à d’autres.
Atelier « Premiers secours psychologiques » : les participants apprendront les principales caractéristiques des traumatismes psychologiques et la manière dont ils affectent les individus, les familles et la communauté. Les principes fondamentaux du PFA seront discutés et les participants apprendront à interagir avec les personnes touchées par les effets du traumatisme. Ils examineront quelles interventions sont plus utiles que d’autres dans les situations post-traumatiques.

Ressources

Le site internet du GIST-T est un lieu où seront présentées les nombreuses dimensions du fardeau mondial des traumatismes, ainsi que les stratégies, techniques, innovations et ressources qui contribuent à la guérison et au développement post-traumatique.
Le facebook du GIST-T
Formation Traumatic Stress Relief (GIST-T TSR)
Tous les articles parlant du Traumatic Stress Relief (GIST-T TSR)

M’inscrire Vous avez une question ?