Humans of New York (HONY) parle de PTSD et d'EMDR

Humans of New York (HONY) parle de PTSD et d’EMDR

Humans of New York (HONY) parle de PTSD et d’EMDR au travers du témoigne d’un new-yorkais.

Humans de New York (HONY) est un blog et un livre présentant des portraits de rue et des entrevues recueillies dans les rues de New York. Lancé en Novembre 2010 par le photographe Brandon Stanton, Humans de New York est très suivi par les médias sociaux. Le blog a plus de 18 millions de disciples sur Facebook  et environ 6,2 millions de disciples sur Instagram en  Novembre 2016.

Témoignage d’un new-yorkais, en anglais

“Trauma causes the brain to malfunction. During a traumatic experience, memories cannot be processed correctly. So a person with PTSD is still carrying those traumatic experiences around in their body. Because those experiences were never filed away into the ‘past tense,’ the brain continues to operate as if the trauma is happening in the ‘present tense.’ It’s like a computer with a program that’s running constantly in the background. The idle is way too high. And it’s an exhausting way to live. So those memories need to be revisited and processed. And we have an amazing way of doing that. It’s called EMDR. I won’t explain it here, but it works. It takes away symptoms. It won’t turn you into a yogi who sits on the beach. But it will take away panic attacks. It will take away insomnia. And it will take away suicidal idealizations. We aren’t changing anyone. But we are getting people back to their best self.”

“I tried to make it as comfortable as possible for him. We tried everything. We went to every trial and appointment. Larry really thought he was going to make it. And I encouraged him as much as I could. Even when he went blind. Even when I had to carry him to the bathroom. We still thought he was going to make it. We were always moving forward. Then one night we were lying in bed. And I knew it was over. He was covered in ulcers, and dehydrated, and emaciated. And I told him that I loved him, and that we’d get through this, but at that moment I knew it was over. Five days later he stopped breathing. I never talked about Larry in our support groups, but my patients somehow found out what happened and a bunch of them came to the funeral. So this is has always been more than professional to me. I know about trauma. And I know the treatment works. Because I’ve been through it.”

“This works feels very familiar. I ran an AIDS program for twenty years before I started working with veterans. Both jobs involve a highly stigmatized diagnosis. And both involve counseling people who have had a horrible, unexpected experience. I began working with AIDS during the 1980s. It seemed like we were losing an entire generation of gay men. We had no fucking idea what was happening. It was terrifying. The moment I shook a new client’s hand, I’d steel myself for his death. My clients never lived more than two years and I had 125 at a time. I tried to reassure them as much as I could. I tried to help them with their shame. But mainly I just tried to manage their terror. Our support groups could be gruesome. Participants would come in with IV poles and we were losing people every single week. Group members could look around the room and see the specter of their own future. It was horrifying. But they came anyway. They came every week because it was better than facing it alone. This work has always been more than professional to me. Because after work every single night, I’d go home to my partner, and care for him. Because he was dying too.”

“PTSD results from an overactive sympathetic nervous system. It’s the same part of the brain that kept our ancestors alive when lions jumped out of the bushes. It’s ‘fight or flight.’ If a soldier’s mind stays in that mode for too long, it doesn’t always come back. Everyone expects veterans to return to normal when they come back home. The kids are so excited that Daddy’s back. Their spouse wants them to get a good job, and join the rotary, and save for a bigger house. But it’s only the veteran’s body that has returned to safety. Their nervous system is still living in a dangerous place. PTSD creates the feeling that something terrible is always around the corner. It can cause anxiety, confusion, and isolation from loved ones. But worst of all, it can make it seem like things will never get better. Most of my clients report a sense of foreshortened future. And that’s the first symptom I treat. Because the stakes could not be higher. Everything else can wait. First and foremost, we’re a suicide prevention program.”

“I understand that it’s not sexy to talk about treatment. But the maddening thing about PTSD is that it’s completely fucking fixable. The narrative about it has got to change. PTSD is not Uncle Joe from Vietnam. It’s not homelessness. It’s not a heroin addiction. It’s not the end of the world and it’s certainly not suicide. PTSD is an anxiety disorder and we can treat it. But you’ve got to get help. In the military, you hear things like ‘shake it off’ or ‘rub dirt on it.’ And those are great messages for people at war. But you’re home now. You’re back with your families and the warrior mindset is no longer appropriate. If your nervous system is broken, it needs to be fixed. Just like a broken leg needs to be fixed. It’s that simple. You may have served with guys who don’t have issues– that’s great for them. But that doesn’t mean they are stronger than you. It means they don’t have the same nervous system as you. It’s not weakness. It’s science. And it can be solved.”

Traduction en français

«Le traumatisme provoque un dysfonctionnement du cerveau. Lors d’une expérience traumatisante, les souvenirs ne peuvent pas être traités correctement. Ainsi, une personne atteinte d’ESPT continue à transporter ces expériences traumatiques dans son corps. Parce que ces expériences n’ont jamais été déposées dans le «passé», le cerveau continue à fonctionner comme si le traumatisme se produisait dans le «présent». C’est comme un ordinateur avec un programme qui fonctionne constamment en arrière-plan. Le ralenti est beaucoup trop élevé. Et c’est une façon épuisante de vivre. Donc, ces souvenirs doivent être revisités et traités. Et nous avons une façon étonnante de le faire. C’est ce qu’on appelle l’EMDR. Je ne vais pas l’expliquer ici, mais ça marche. Cela enlève les symptômes. Cela ne sera pas vous transformer en un ‘ yogi assis sur la plage’. Mais cela pourra éliminer les attaques de panique. Cela vous enlèvera l’insomnie. Et cela éliminera les idées suicidaires. Nous ne changeons personne. Mais nous faisons en sorte que les gens reviennent à leur mieux. »

” J’ai essayé de rendre les choses aussi confortables que possible pour lui. Nous avons tout essayé. Nous sommes allés à chaque procès et rendez-vous. Larry pensait vraiment qu’il allait le faire. Et je l’ai encouragé autant que je le pouvais. Même quand il est devenu aveugle. Même quand je devais le porter dans la salle de bains. Nous avons toujours pensé qu’il allait le faire. Nous progressions toujours. Puis une nuit nous étions couchés dans le lit. Et je savais que c’était fini. Il était couvert d’ulcères, déshydraté et émacié. Et je lui ai dit que je l’aimais, et que nous allions traverser cela, mais à ce moment-là je savais que c’était fini. Cinq jours plus tard, il cessa de respirer. Je n’ai jamais parlé de Larry dans nos groupes de soutien, mais mes patients ont en quelque sorte découvert ce qui s’est passé et un tas d’entre eux sont venus aux funérailles. Donc, cela a toujours été plus que professionnel pour moi. Je connais le traumatisme. Et je sais que le traitement fonctionne. Parce que je l’ai traversé”.

“Cela fonctionne comme quelque chose de très familier. J’ai dirigé un programme de lutte contre le sida pendant vingt ans avant de commencer à travailler avec les anciens combattants. Les deux emplois impliquent un diagnostic fortement stigmatisé. Et les deux impliquent des conseils aux personnes qui ont eu une expérience horrible et inattendue. J’ai commencé à travailler avec le sida pendant les années 1980. Il semblait que nous perdions toute une génération d’hommes gais. Nous n’avions aucune putain d’idée de ce qui se passait. C’était terrifiant. Quand je prenais la main d’un nouveau client, je savais qu’il allait mourir pour sa mort. Mes clients n’ont jamais vécu plus de deux ans et j’en ai eu 125 à la fois. J’ai essayé de les rassurer autant que je le pouvais. J’ai essayé de les aider avec leur honte. Mais surtout, j’ai juste essayé de gérer leur terreur. Nos groupes de soutien pouvaient être horribles. Les participants venaient avec des ‘poteaux IV’ et nous perdions des gens chaque semaine. Les membres du groupe pouvaient regarder autour de la pièce et voir le spectre de leur propre avenir. C’était horrible. Mais ils sont venus de toute façon. Ils venaient chaque semaine parce que c’était mieux que de le faire seul. Ce travail a toujours été plus que professionnel pour moi. Parce qu’après le travail chaque nuit, je rentrais chez mon partenaire, et je m’occupais de lui. Parce qu’il mourait aussi”.

«L’ESPT résulte d’un système nerveux sympathique hyperactive. C’est la même partie du cerveau qui a gardé nos ancêtres vivants quand les lions ont sauté hors des buissons. C’est un combat ou une fuite. Si l’esprit d’un soldat reste trop longtemps dans ce mode, il ne revient pas toujours. Tout le monde s’attend à ce que les anciens combattants reviennent à la normale lorsqu’ils rentrent à la maison. Les enfants sont tellement excités quand papa est de retour. Leurs conjoints veulent qu’ils obtiennent un bon travail, et rejoignent le rotary, et économisent pour une plus grande maison. Mais ce n’est que le corps du vétéran qui est revenu à la sécurité. Leur système nerveux vit toujours dans un endroit dangereux. L’ESPT crée le sentiment que quelque chose de terrible est toujours au coin de la rue. Il peut causer de l’anxiété, de la confusion et l’isolement des proches. Mais le pire de tous, il peut laisser croire que les choses s’amélioreront jamais. La plupart de mes clients rapportent un sentiment d’avenir ‘raccourci’. Et c’est le premier symptôme que je traite. Parce que les enjeux ne pourraient pas être plus élevés. Tout le reste peut attendre. D’abord et avant tout, nous sommes un programme de prévention du suicide. ”

« Je comprends qu’il n’est pas sexy de parler de traitement. Mais le truc furieux avec l’ESPT est qu’il est complètement putain de réparable. Le récit à ce sujet doit changer. L’ESPT n’est pas l’oncle Joe du Vietnam. Ce n’est pas être sans domicile fixe. Ce n’est pas une dépendance à l’héroïne. Ce n’est pas la fin du monde et ce n’est certainement pas le suicide. L’ESPT est un trouble anxieux et nous pouvons le traiter. Mais vous devez obtenir de l’aide. Dans l’armée, on entend des choses comme « secouer » ou « frotter la saleté ». Ce sont là d’excellents messages pour les gens en guerre. Mais vous êtes à la maison maintenant. Vous êtes de retour avec vos familles et la mentalité de guerrier n’est plus approprié. Si votre système nerveux est brisé, il doit être réparé. Tout comme une jambe cassée doit être réparée. C’est si simple. Vous avez peut-être servi avec des gars qui n’ont pas de problème, c’est super pour eux. Mais cela ne veut pas dire qu’ils sont plus forts que vous. Cela signifie qu’ils n’ont pas le même système nerveux que vous. Ce n’est pas une faiblesse. C’est la science. Et cela peut être résolu. “

En savoir plus sur Humans of New-York

Brandon Stanton a recueilli des portraits dans près de vingt pays, y compris en Iran, Irak et au Pakistan. En janvier 2015, il a interviewé le président américain Barack Obama dans le Bureau ovale. En août 2015, Brandon Stanton est allé au Pakistan et en Iran pour capturer les histoires des personnes vivant là. En septembre 2015, Stanton a voyagé en Europe pour couvrir et partager les histoires de réfugiés fuyant la guerre dans certaines parties du Moyen-Orient. Ses voyages en Europe couvrant la crise des réfugiés ont été menés en partenariat avec le HCR des Nations Unies dans le but d’amener ses téléspectateurs et le monde à se livrer à une expérience émotionnelle, espérant que ces histoires seraient plus intéressantes que la lecture de statistiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *