Intérêt de la psychologie positive dans la crise suicidaire

Intérêt de la psychologie positive dans la crise suicidaire

Une communication Intérêt de la psychologie positive dans la crise suicidaire, de Jeff C. Huffman, Christina M. DuBois, Brian C. Healy, lors du Congrès de psychiatrie 2015, qui montre que la mise en place de techniques de psychothérapies simples est possible.

Résumé : Les exercices basés sur la psychologie positive visent à cultiver et amplifier les états émotionnels et cognitifs positifs, tels que développer l’optimisme, générer un sentiment de gratitude et rétablir un sens de vie. Les interventions psychothérapeutiques habituelles ciblent les évènements mentaux désagréables (émotions et cognitions) sans augmenter automatiquement les états émotionnels agréables. Pourtant les interventions basées sur la psychologie positive pourraient représenter un outil innovant et utile comme thérapeutique adjuvante pour les patients à haut risque suicidaire. En effet, les évènements mentaux positifs comme la gratitude ont été associés à la réduction des idées suicidaires et de tentatives de suicide, indépendamment de la symptomatologie dépressive. Il a été rapporté que les patients hospitalisés pour tentative de suicide ayant peu de perspectives positives étaient plus à risque d’idées suicidaires à la sortie d’hospitalisation. Récemment, Huffman et al. ont démontré la faisabilité d’une intervention basée sur la psychologie positive chez des patients suicidants récemment hospitalisés. La réalisation d’exercices de psychologie positive quotidiens permettait d’augmenter les niveaux d’optimisme et de réduire le désespoir, dimensions modulant le risque suicidaire. Ainsi, ceci indique l’intérêt de porter une attention croissante sur les interventions ciblant spécifiquement les évènements psychologiques agréables dans la prise en charge de la crise suicidaire.

Lire l’article Intérêt de la psychologie positive dans la crise suicidaire sur le site

source : Intérêt de la psychologie positive dans la crise suicidaire, de Jeff C. Huffman, Christina M. DuBois, Brian C. Healy | General Hospital Psychiatry 36 (2014) 88–94

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *