Interférer avec les souvenirs de peur par la désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires

Un article Interférer avec les souvenirs de peur par la désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires, de Jellestad, L., Zeffiro, T., Piccirelli, M., Malamud, J., Klimke, B., Rauen, K., Mueller-Pfeiffer, C., publié dans l’International journal of psychophysiology : official journal of the International Organization of Psychophysiology

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Résumé 

Objectif

Les interventions pharmacologiques et comportementales qui bloquent la reconsolidation de la mémoire de peur réactivée n’ont démontré qu’un succès limité dans la modification de souvenirs de peur plus forts et de longue date. Compte tenu de l’efficacité de la désensibilisation et du retraitement des mouvements oculaires (EMDR) dans le traitement du TSPT, les mouvements oculaires de poursuite sont une intervention prometteuse et nouvelle pour les études de reconsolidation de la mémoire humaine. Ici, nous avons examiné l’efficacité des mouvements oculaires de poursuite en interférant avec la reconsolidation des souvenirs de peur conditionnés. 

Méthodes

Nous avons mené une procédure de conditionnement de la peur pavlovienne différentielle de 3 jours chez des adultes en bonne santé, en utilisant des vidéos de stimuli biologiquement préparés (tarentules), en partie renforcés par des chocs électriques tout en enregistrant la réponse de conductance cutanée (SCR) comme mesure des réponses conditionnées autonomes. 

Le conditionnement de la peur a été effectué au jour 1. 

Au jour 2, 38 participants ont été randomisés en groupes effectuant des mouvements oculaires de poursuite soit immédiatement après la réactivation de la mémoire de la peur, lorsque la mémoire de la peur était stable, soit 10 minutes plus tard, lorsque la mémoire de la peur était supposée être plus labile. 

Au jour 3, la force de la mémoire de peur a été évaluée par SCR à la fois pour les mémoires de peur réactivées et non réactivées. 

Résultats

Un fort conditionnement différentiel aux stimuli de l’araignée a été observé pendant l’acquisition de la peur et la réactivation de la mémoire de la peur. 

Les réponses conditionnées par la mémoire de peur réactivée des participants effectuant des mouvements oculaires de poursuite après un délai de 10 minutes étaient significativement plus faibles dans la phase de réintégration (0,16 μS ; IC à 95 % [0,02, 0,31]). 

Conclusions

Les mouvements oculaires de poursuite ont été efficaces pour réduire la SCR conditionnée par la peur lors de la réintégration. Ce résultat soutient la proposition théorique selon laquelle l’EMDR peut interférer avec la reconsolidation de la mémoire de peur réactivée.

A retenir 

• Les mouvements oculaires de poursuite 10 minutes après la réactivation d’une mémoire de peur conditionnée réduisent la réponse de conductance cutanée conditionnée par la peur

• Les mouvements oculaires de poursuite, une composante essentielle de l’EMDR, peuvent être efficaces pour interférer avec la reconsolidation d’une mémoire de peur réactivée

• Les effets des mouvements oculaires peuvent être l’un des mécanismes du succès du traitement EMDR de la mémoire de la peur traumatique chez les patients atteints du TSPT

En savoir plus 

Références de l’article Interférer avec les souvenirs de peur par la désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires

  • auteurs : Jellestad, L., Zeffiro, T., Piccirelli, M., Malamud, J., Klimke, B., Rauen, K., Mueller-Pfeiffer, C.
  • titre en anglais : Interfering with fear memories by eye movement desensitization and reprocessing
  • publié dans : Int J Psychophysiol, S0167-8760(21)00152
  • doi :10.1016/j.ijpsycho.2021.04.006

Formation(s) : L’EMDR dans le traitement des phobies spécifiques

Dossier(s) : EMDR et phobies

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *