Intervention précoce avec la thérapie EMDR pour réduire la gravité des TSPT chez les victimes de viols récents

Intervention précoce avec la thérapie EMDR pour réduire la gravité des TSPT chez les victimes de viols récents

Intervention précoce avec la thérapie EMDR pour réduire la gravité des TSPT chez les victimes de viols récents : un essai contrôlé randomisé, un article de Covers, M. L. V., de Jongh, A., Huntjens, R. J. C., de Roos, C., van den Hout, M., & Bicanic, I. A. E., publié dans l’European Journal Psychotraumatol,

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Résumé 

Contexte

Environ 40 % des victimes de viol développent un trouble de stress post-traumatique (TSPT) dans les trois mois suivant l’agression. Compte tenu de l’impact personnel et sociétal élevé du TSPT, il existe un besoin urgent d’interventions précoces (c’est-à-dire dans les trois mois suivant l’incident) pour réduire le stress post-traumatique chez les victimes de viol.

 

Objectif

Évaluer l’efficacité d’une intervention précoce avec la thérapie de désensibilisation et de retraitement par mouvements oculaires (EMDR) pour réduire les symptômes de stress post-traumatique, les sentiments de culpabilité et de honte, les dysfonctionnements sexuels et les autres dysfonctionnements psychologiques (c’est-à-dire la psychopathologie générale, l’anxiété, la dépression et les symptômes dissociatifs) chez les victimes de viol.

 

Méthode

Cet essai contrôlé randomisé a inclus 57 victimes de viol, qui ont été réparties de manière aléatoire entre deux sessions de thérapie EMDR ou un traitement habituel (‘watchful waiting’) entre 14 et 28 jours après le viol. 

Les symptômes psychologiques ont été évalués avant et après le traitement, ainsi que 8 et 12 semaines après le viol.

Des modèles mixtes linéaires et des ANCOVA ont été utilisés pour analyser les différences entre les conditions dans le temps.

 

Résultats

Les tailles d’effet au sein du groupe de la condition EMDR (d = 0,89 à 1,57) et de la condition contrôle (d = 0,79 à 1,54) étaient importantes, indiquant que les deux conditions étaient efficaces. Cependant, la thérapie EMDR ne s’est pas avérée plus efficace que l’attente vigilante pour réduire les symptômes de stress post-traumatique, la psychopathologie générale, la dépression, les dysfonctionnements sexuels et les sentiments de culpabilité et de honte. Bien que la thérapie EMDR se soit avérée plus efficace que l’attente vigilante pour réduire l’anxiété et les symptômes dissociatifs lors de l’évaluation post-traitement, cet effet a disparu avec le temps.

 

Conclusions

Les résultats ne soutiennent pas l’idée qu’une intervention précoce avec la thérapie EMDR chez les victimes de viol est plus efficace que l’attente vigilante pour la réduction des symptômes psychologiques, y compris les symptômes de stress post-traumatique. Des recherches supplémentaires sur l’efficacité des interventions précoces, y compris l’attente vigilante, pour ce groupe cible spécifique sont nécessaires.

 

Introduction 

 

Une récente étude de population parmi les citoyens néerlandais a révélé que 15 % des femmes et 3 % des hommes avaient subi un viol, c’est-à-dire un rapport sexuel vaginal, oral ou anal sans consentement (De Graaf & Wijsen, 2017). Une autre étude a estimé la prévalence au cours de la vie, en moyenne entre les sexes, à 5,8 % dans le monde (Kessler et al., 2017). Il a été constaté que l’exposition au viol contribue au développement de problèmes psychologiques, tels que la dépression, la dissociation, la toxicomanie, les sentiments de culpabilité et de honte, et les idées suicidaires (Aakvaag et al., 2016 ; Faravelli, Giugni, Salvatori, & Ricca, 2004 ; Galatzer-Levy, Nickerson, Litz, & Marmar, 2013 ; Tiihonen Möller, Bäckströ, Söndergaard, & Helström, 2014 ; Weaver et al., 2007). Les victimes de viol peuvent également développer un trouble de stress post-traumatique (TSPT), un état de santé mentale caractérisé par des symptômes d’intrusions, d’évitement, de cognitions et d’humeur négatives, et d’hyperexcitation liés à l’exposition à l’événement traumatique (American Psychiatric Association [APA], 2013 ; Rothbaum, Foa, Riggs, Murdock, & Walsh, 1992).

 

Des études ont montré que presque toutes les victimes de viol présentent des symptômes de stress post-traumatique dans les jours qui suivent l’événement (Rothbaum et al., 1992) et qu’environ 40 % d’entre elles développeront un TSPT dans les trois mois (Elklit & Christiansen, 2010 ; Tiihonen Möller et al., 2014). Le développement du TSPT après un viol est donc très répandu. Le TSPT a un impact personnel et sociétal considérable, non seulement en raison de l’altération causée par ses symptômes, mais aussi parce qu’il est connu pour prédire le développement de troubles de l’humeur, de troubles anxieux et de troubles liés à l’abus de substances (Kessler, 2000). Collectivement, ces problèmes de santé mentale coûtent près de deux mille milliards de dollars par an aux États-Unis, ce qui représente deux tiers du fardeau économique total causé par le viol (Peterson, DeGue, Florence, & Lokey, 2017). Le TSPT est également lié à des problèmes physiques, notamment des symptômes cardiovasculaires et gastro-intestinaux, des douleurs chroniques (Gupta, 2013) et des problèmes du plancher pelvien (Karsten et al., 2020). De plus, les victimes de viol qui développent un TSPT ont un risque accru de revictimisation, c’est-à-dire de subir de nouvelles agressions sexuelles (Messman-Moore, Ward, & Brown, 2009). Ainsi, le TSPT peut catalyser un cycle de problèmes de santé physique et mentale qui augmentent chacun l’impact sociétal et diminuent la qualité de vie des victimes.

 

La prévention du fardeau des maladies mentales sur la santé personnelle et publique est complexe car la cause et l’apparition des troubles sont difficiles à déterminer. Le TSPT constitue une exception, car ce trouble est initié par un événement traumatique et le moment de l’apparition de ses symptômes est souvent connu (Magruder, McLaughlin, & Borbon, 2017). À cet effet, le TSPT offre une possibilité unique d’intervention précoce pour prévenir le développement et les conséquences du trouble. Une méta-analyse de l’intervention précoce après une agression sexuelle, comprenant des ECR sur l’exposition prolongée, l’intervention vidéo et la thérapie de traitement cognitif, a révélé une réduction significativement plus importante des symptômes de stress post-traumatique après une intervention précoce que les soins standard (Oosterbaan, Covers, Bicanic, Huntjens, & de Jongh, 2019). Malgré ce résultat encourageant, les auteurs ont souligné que les preuves ne reposaient que sur quatre études et que le risque de biais dans ces études d’intervention précoce était élevé, en particulier le biais de sélection.

 

La thérapie de désensibilisation et de retraitement par les mouvements oculaires (EMDR) est l’un des traitements recommandés pour le TSPT une fois le diagnostic établi (International Society for Traumatic Stress Studies Guidelines Committee [ISTSS], 2018 ; National Institute for Health and Clinical Excellence [NICE], 2018). Ces dernières années, plusieurs ECR ont montré que, chez les victimes de traumatismes non sexuels et par rapport à l’absence de traitement, une intervention précoce avec la thérapie EMDR dans les six semaines suivant le traumatisme est efficace pour réduire le stress post-traumatique (Jarero, Artigas, & Luber, 2011 ; Shapiro & Laub, 2015 ; Tarquinio et al., 2016). Pourtant, l’efficacité de la thérapie EMDR comme intervention précoce après un viol reste à établir. Par conséquent, nous avons mené un ECR visant à déterminer l’efficacité de la thérapie EMDR sur les symptômes psychologiques après un viol. Notre première hypothèse était que les personnes qui avaient été violées très récemment et qui avaient suivi une thérapie EMDR entre deux et quatre semaines après cet événement, présenteraient des niveaux significativement plus faibles de symptômes de stress post-traumatique auto-déclarés et déclarés par le clinicien après le traitement et huit et douze semaines après le viol, par rapport aux personnes qui avaient reçu un traitement habituel (c’est-à-dire une « attente vigilante »). Deuxièmement, nous avons émis l’hypothèse que les victimes d’un viol récent ayant suivi une thérapie EMDR présenteraient un niveau significativement plus faible de dysfonctionnement sexuel et psychologique (c’est-à-dire une psychopathologie générale, une anxiété, une dépression et des symptômes dissociatifs), ainsi que des sentiments de culpabilité et de honte après le traitement, et lors des deux suivis, que les victimes ayant reçu un traitement habituel.

 

Lire l’article complet en ligne : Intervention précoce avec la thérapie EMDR pour réduire la gravité des TSPT chez les victimes de viols récents : un essai contrôlé randomisé 

 

En savoir plus 

Références de l’article Intervention précoce avec la thérapie EMDR pour réduire la gravité des TSPT chez les victimes de viols récents : un essai contrôlé randomisé :

  • auteurs : Covers, M. L. V., de Jongh, A., Huntjens, R. J. C., de Roos, C., van den Hout, M., & Bicanic, I. A. E.
  • titre en anglais : Early intervention with eye movement  desensitization and reprocessing (EMDR) therapy to reduce the severity  of post-traumatic stress symptoms in recent rape victims: a randomized  controlled trial
  • publié dans : European journal of psychotraumatology, 12(1), 1943188.
  • doi : https://doi.org/10.1080/20008198.2021.1943188

Aller plus loin 

Dossier(s) : Dossier EMDR avec les victimes de violence