Intervention psychologique préventive précoce pour la violence sur le lieu de travail: une étude exploratoire et comparative randomisée contrôlée entre un événement récent EMDR et un bilan de stress lié à un incident critique

Un article Intervention psychologique préventive précoce pour la violence sur le lieu de travail: une étude exploratoire et comparative randomisée contrôlée entre un événement récent EMDR et un bilan de stress lié à un incident critique, de Cyril Tarquinio PhD, Christine Rotonda PhD, William A. Houllé MPsych, Sébastien Montel PhD, Jenny Ann Rydberg MPsych, Laetitia Minary PhD, Hélène Dellucci MPsych, Pascale Tarquinio MPsych, Any Fayard & François Alla PhD, publié dans ssues in Mental Health Nursing

article publié en anglais, accès libre

Résumé

Cette étude randomisée et contrôlée vise à étudier l’efficacité d’une intervention psychologique précoce appelée EMDR-RE par rapport au Critical Incident Stress Debriefing sur 60 victimes de violence au travail, qui ont été divisées en trois groupes : ‘ EMDRRE  » (n = 19), ‘CISD ‘ (n = 23) et ‘ EMDR-RE retardé ‘ (n = 18).

L’EMDR-RE et le CISD ont eu lieu 48 heures après l’événement, tandis que la troisième intervention a été retardée de 48 heures supplémentaires.

Les résultats ont montré qu’après 3 mois, les scores PCLS et SUDS étaient significativement inférieurs avec EMDR-RE et retardés EMDR-RE par rapport à CISD.Après 48 heures et 3 mois, aucune des victimes traitées par EMDR-RE n’a présenté de symptômes de TSPT.

Extraits

Dans le groupe EMDR-RE : (…) Le psychologue a fourni le traitement 48 heures après l’événement potentiellement traumatisant. Le traitement EMDR-RE a commencé par noter les événements constituant l’incident et se préparer au travail de traumatologie (Shapiro, 2001). Une fois que les participants ont identifié la scène traumatique qu’ils trouvaient la plus dérangeante, on leur a demandé de se concentrer sur cette image et d’identifier une cognition négative actuellement détenue sur eux-mêmes, une cognition positive souhaitée, leur émotion actuelle et les sensations corporelles qui l’accompagnent. On leur a également demandé d’évaluer leur niveau actuel de détresse et la validité de la cognition positive souhaitée, et de se concentrer sur leur mémoire et leur perturbation pendant de brèves périodes, tandis que le psychologue stimulait les mouvements oculaires. Toutes les nouvelles associations libres qui ont surgi ont été ciblées selon des protocoles structurés jusqu’à ce que le client rapporte une détresse minimale ou nulle en association avec la scène de traumatisme ciblée, ainsi que la validité maximale de la cognition positive. Toutes les sensations corporelles résiduelles ont été concentrées jusqu’à ce qu’aucun autre changement ne puisse être signalé. Une seule session EMDR durerait entre 1,5 et 2 heures. (…)

Conclusion

Il apparaît que l’EMDR-RE est une forme de psychothérapie extrêmement intéressante qui devrait maintenant être testée dans un essai contrôlé randomisé avec un échantillon plus large, dans le cadre d’une approche préventive pour traiter les personnes confrontées à des événements potentiellement traumatisants. Cependant, il faudra certainement du temps pour que cette approche soit véritablement reconnue et pleinement adoptée dans ce domaine, compte tenu notamment du degré de développement de la DSIC dans le monde, malgré les doutes de longue date exprimés par la littérature scientifique sur son adéquation actuelle.

 

Lire l’article complet en anglais

En savoir plus

Référence de l’article Intervention psychologique préventive précoce pour la violence sur le lieu de travail: une étude exploratoire et comparative randomisée contrôlée entre un événement récent EMDR et un bilan de stress lié à un incident critique

  • auteurs : Cyril Tarquinio PhD, Christine Rotonda PhD, William A. Houllé MPsych, Sébastien Montel PhD, Jenny Ann Rydberg MPsych, Laetitia Minary PhD, Hélène Dellucci MPsych, Pascale Tarquinio MPsych, Any Fayard & François Alla PhD
  • titre en anglais : Early Psychological Preventive Intervention For Workplace Violence: A Randomized Controlled Explorative and Comparative Study Between EMDR-Recent Event and Critical Incident Stress Debriefing
  • Publié dans Issues in Mental Health Nursing
  • DOI: 10.1080/01612840.2016.1224282

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *