Interventions psychologiques et sociales pour les problèmes et troubles de santé mentale en Asie du Sud-Est

Un article Interventions psychologiques et sociales pour les problèmes et troubles de santé mentale en Asie du Sud-Est : une revue systématique, de Maddock, A., Blair, C., Ean, N., & Best, P., publié dans l’International Journal of Mental Health Systems

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Résumé 

Contexte

Les problèmes et troubles de santé mentale sont des défis majeurs de santé publique, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire d’Asie du Sud-Est, où existent des pénuries chroniques de services de santé mentale et de ressources humaines. 

Le développement de systèmes de santé mentale efficaces et accessibles en Asie du Sud-Est nécessitera des interventions psychologiques et sociales fondées sur des preuves. 

Cette revue systématique fournit une synthèse narrative des données probantes sur l’efficacité de telles interventions pour les problèmes et troubles de santé mentale en Asie du Sud-Est. 

Méthodes

Une recherche documentaire complète de 7 bases de données électroniques (PsycINFO, Medline (Ovid), bibliothèque Cochrane, EMBASE, SCOPUS, APA PsycArticles et Social Care Online) a été entreprise. 

Résultats

Trente-deux études utilisant des conceptions d’ECR pour évaluer l’efficacité d’une gamme d’interventions psychologiques et sociales en santé mentale sur un certain nombre de résultats de santé mentale différents ont été incluses dans cette revue. 

Les programmes d’intervention disparates examinés ont été classés comme suit : dispensés par des non-professionnels, basés sur le yoga, l’aérobie et/ou la méditation, orientés sur la thérapie cognitivo-comportementale, basés sur la désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR), dispensés par des agents de santé et programmes hybrides. 

La majorité des études incluses dans cette revue étaient de qualité faible à modérée en raison de la variabilité de la qualité de la conception de l’étude. 

Les preuves de la plus haute qualité et les plus prometteuses provenaient des évaluations des interventions réalisées par des non-professionnels. 

Ces preuves démontrent la faisabilité et la durabilité potentielle de la mise en œuvre de telles interventions dans des contextes de ressources limitées.

Conclusions

 

Les résultats de la revue indiquent qu’un éventail disparate d’interventions en santé mentale peut être mis en œuvre efficacement dans une gamme de contextes de santé mentale et de santé en Asie du Sud-Est. 

Cependant, il y a un besoin clair de beaucoup plus de recherches, grâce à des ECR de meilleure qualité et à plus grande échelle avant de savoir de manière plus définitive si ces interventions sont efficaces et pour qui elles sont les plus efficaces dans différents contextes d’Asie du Sud-Est.

Lire l’article Interventions psychologiques et sociales pour les problèmes et troubles de santé mentale en Asie du Sud-Est : une revue systématique complet en ligne

Interventions ou programmes basés sur l’EMDR 

Les auteurs citent plusieurs interventions ou programmes basés sur l’EMDR : 

(…) Dans un ECR d’une intervention EMDR pour traiter les symptômes de traumatisme dans le Timor oriental d’après-guerre, Schubert et al. [69] ont constaté que l’EMDR – délivré individuellement, pendant un maximum de 10 séances, d’une durée de 60 à 90 minutes (N = 21) par rapport au contrôle de la liste d’attente était significatif pour réduire la dépression, l’anxiété et le TSPT après l’intervention (P < 0,001) et la dépression 3 mois plus tard (P = 0,034). Il n’y avait aucune différence significative dans les symptômes d’anxiété ou de TSPT 3 mois plus tard. 

Wöller et Mattheß [75] ont développé ROTATE, une thérapie traumatique axée sur le développement d’une relation thérapeutique sécurisée et sur l’amélioration de la résilience et des capacités d’adaptation du patient grâce à l’utilisation de techniques EMDR

Steinert et al. [66] (N = 86) ont constaté que les patients cambodgiens atteints du TSPT, qui ont reçu 5 h de ROTATE, accouché individuellement sur une base hebdomadaire, présentaient des niveaux significativement réduits de dépression, d’anxiété et de troubles du fonctionnement et augmentaient les taux de rémission du TSPT (P < 0,001) par rapport à un groupe témoin sur liste d’attente. (…) 

(…) Il y avait également un certain nombre d’études ECR à petite échelle qui ont évalué l’efficacité d’une gamme d’interventions avec des composants individuels et multiples. (…)  Les interventions ciblées ou adaptées en EMDR sans groupe témoin actif se sont avérées réduire la dépression, l’anxiété et la dépression chez les patients ayant subi un TSPT au Cambodge [66] et au Timor Leste [69] après l’intervention, mais pas 3 mois plus tard dans l’étude du Timor Leste. (…)  L’EMDR dispose également d’une base de preuves établie pour réduire les symptômes et améliorer les taux de rémission chez les adultes atteints de SSPT, même à long terme [105]. D’autres preuves préliminaires suggèrent également que l’EMDR peut également être un traitement efficace pour les troubles anxieux [106, 107] et dépressifs [108, 109]. Les futures recherches en Asie du Sud-Est devraient examiner l’efficacité de ces deux interventions grâce à des conceptions d’ECR de haute qualité. L’identification de l’efficacité de la TCC, de l’EMBR, des MBI et/ou des interventions de délégation de tâches contribuera à garantir que les ressources financières limitées allouées aux services de santé mentale dans ces pays sont dépensées plus efficacement [4, 8, 9, 10, 11].

Conclusions 

Les résultats de la revue indiquent qu’une gamme d’interventions en santé mentale peut être mise en œuvre efficacement dans les milieux de santé mentale et de santé en Asie du Sud-Est. 

Il existe des preuves de qualité raisonnable et prometteuses que les interventions multi-composantes à tâches transférées et dirigées par des pairs peuvent être efficaces pour améliorer une gamme de résultats de santé mentale en Asie du Sud-Est. Ces interventions permettent potentiellement une plus grande accessibilité des interventions ou des soutiens en santé mentale à un plus grand nombre de personnes dans les pays à ressources limitées en Asie du Sud-Est [81]. 

D’autres types d’intervention, qui reposent sur des professionnels formés, par ex. le yoga, la méditation, la TCC ou l’EMDR sont également prometteurs. 

Dans l’ensemble, beaucoup plus de recherches, grâce à des ECR de meilleure qualité et à plus grande échelle, financées par des allocations de financement plus importantes du gouvernement de l’Asie du Sud-Est et des organismes de financement internationaux, seront nécessaires avant de pouvoir déterminer avec certitude quels problèmes et troubles de santé mentale, chez quels individus, ces les interventions sont utiles en Asie du Sud-Est [122]. 

Les preuves qui découleraient d’une telle recherche combleraient probablement l’écart entre la recherche, l’élaboration de politiques et la pratique. 

Cette recherche augmenterait la capacité des gouvernements d’Asie du Sud-Est à élaborer et/ou mettre en œuvre des politiques de santé fondées sur des données probantes tout en améliorant la pratique professionnelle en la rendant davantage fondée sur des données probantes [19, 23, 24]. 

Cela conduirait probablement à une réponse plus efficace et plus complète aux besoins des personnes souffrant de problèmes et de troubles de santé mentale dans leur pays [3, 22, 23, 24].

 savoir plus

Références de l’article Interventions psychologiques et sociales pour les problèmes et troubles de santé mentale en Asie du Sud-Est : une revue systématique :

  • auteurs : Maddock, A., Blair, C., Ean, N., & Best, P.
  • titre en anglais : Psychological and social interventions for mental health issues and disorders in Southeast Asia: a systematic reviewpublié dans :  Int J Ment Health Syst, 15(1), 56
  • doi :10.1186/s13033-021-00482-y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *