Interview de Ludwig Cornil

Interview de Ludwig Cornil

Une interview de Ludwig Cornil, réalisée par Door Iva Bicanic, publiée dans  » EMDR OVER DE GRENS « .

Comment êtes-vous entré en contact avec l’EMDR ?

« En 1997, j’ai reçu un patient souffrant du TSPT à l’hôpital pour traitement. Il avait subi une explosion et sentit son corps brûler encore un an et demi après l’accident. Mes compétences en hypnose n’étaient pas suffisante pour aider ce patient. En même temps, j’ai lu le célèbre article de Shapiro sur l’EMDR. Je ne pensais pas que l’EMDR pouvait fonctionner et j’ai mis l’article de côté. Mais, après trois mois de traitement infructueux, j’ai repris l’article. Et si c’était vrai ? Je me suis senti obligé d’en savoir plus, de lire le livre de Shapiro de 1995 (Eye Movement Desensitization and Reprocessing : Basic Principles, Protocols, and Procedures), puis je me suis envolé pour Boston pour sa formation. Mon patient savait ce que j’allais faire, mon patron et mes collègues ne le savaient pas. De retour en Belgique, j’ai traité le patient en secret, mais avec succès avec l’EMDR. Après cela, le bouche à oreille a commencé rapidement et j’ai été référé à de nombreux patients souffrant du TSPT. J’ai été captivé par l’EMDR, même si je n’ai vu son utilité à l’époque que dans le domaine du traumatisme.

Comment et quand EMDR Belgium est-il né ?

« En Allemagne, j’ai suivi la deuxième partie de la formation avec Shapiro elle-même, ainsi que la formation en psychotraumatologie. Inspiré par les connaissances acquises, j’ai fondé EMDR Belgium en 2001, avec trois autres personnes. C’était mon grand souhait que l’EMDR soit encadrée dans une vaste formation en psychotraumatologie dans laquelle vous pourriez devenir un praticien EMDR ainsi qu’un psychotraumatologue. La formation EMDR était alors toujours organisée par EMDR Belgique. Nous avons invité Arne Hofmann (fondateur de l’association allemande EMDR et formateur en Allemagne) et David Servan-Schreiber (également formateur, mais en France et membre du conseil d’administration de l’association française EMDR) à enseigner. En 2003, je suis moi-même devenu formateur. Mon bilinguisme m’a également permis de dispenser des cours EMDR en France, en Suisse et au Canada. En 2006, la première formation en psychotraumatologie a été lancée, qui intégrait la formation de base et continue EMDR plus la supervision, mais aussi d’autres traitements des traumatismes issus de la thérapie cognitivo-comportementale, du travail corporel et de l’hypnose, entre autres. L’intention était d’aborder le programme de l’association allemande pour le psychotraumatisme autant que possible et de pouvoir finalement réclamer officiellement un certificat de psychotraumatologue.

Quels changements l’association a-t-elle traversés ?

«En 2002, EMDR Belgique est devenu l’Institut belge de psychotraumatologie et EMDR (BIPE). Plus tard, la pression de EMDR Europe pour séparer la formation de l’association professionnelle est devenue de plus en plus grande. En 2008, nous avons poursuivi cette scission et j’ai transféré la présidence à Manoëlle Hopchet. Aujourd’hui, le BIPE n’offre plus de formation EMDR ; Integrativa est désormais le centre de formation pour l’EMDR et EMDR Belgique est exclusivement une association professionnelle.

Qu’est-ce que EMDR Belgium propose à ses membres ?

«EMDR Belgium compte environ 300 membres. Le conseil se compose d’un groupe central et des gestionnaires (bilingues) des sous-comités sur les enfants, la supervision, le travail des membres, la communication et les relations publiques, le site Web, la recherche et l’éthique. La situation typique de la Belgique est que l’EMDR Belgique dispose également d’un sous-comité de traduction. Nos membres ont accès au Journal of EMDR Practice and Research pour 85 euros par an, une réduction sur l’achat de livres et d’un kit EMDR, et un courrier hebdomadaire avec les dernières nouvelles. EMDR Belgium est une association nationale. Cela signifie, entre autres, que j’écris des courriels en deux langues, tout comme le procès-verbal de la réunion du conseil.

Quelle est la relation avec les Pays-Bas ?

 » Les associations EMDR de Belgique et des Pays-Bas travaillent en étroite collaboration en matière de communication sur la sauvegarde de la qualité de la formation. Parfois, quelqu’un qui ne répond pas aux exigences de formation aux Pays-Bas essaie d’entrer par la Belgique. Mais l’accord est que nous n’entraînons personne à revenir à la cible après 5-8 minutes, alors qu’en Belgique nous agitons parfois une séance entière sans revenir à la cible, association après association, et sans que la chaîne ne s’arrête. Une autre différence est le paradigme dans lequel l’EMDR est intégré aux Pays-Bas. L’EMDR est fortement encadrée dans la thérapie cognitivo-comportementale. L’EMDR est plus pluraliste en Belgique. Nous n’avons jamais abandonné les mouvements oculaires et nous ne travaillons presque jamais avec des écouteurs. S’il est difficile pour le patient d’entrer avec son attention, nous lui demandons de fermer les yeux et de taper sur les jambes ou les mains. En tant que superviseur, j’ai remarqué l’utilisation des écouteurs chez les thérapeutes néerlandais. Cela m’est apparu comme mécanique et cela n’avait aucun sens pour moi. Je viens complètement d’un autre pays, si cette personne ne devait pas être autorisée à participer dans son propre pays. Je supervise parfois des thérapeutes du sud après leur formation aux Pays-Bas.

Quelles sont les différences entre l’EMDR en Belgique et aux Pays-Bas ?

«Ad de Jongh et Erik ten Broeke ont suivi un cours personnel aux Pays-Bas dans le cadre du protocole. Dans mon rôle de superviseur, je remarque les petites différences. Le protocole néerlandais prescrit satisfait de la recherche néerlandaise qui a montré que l’ondulation est plus efficace que les tapotements auditifs. J’ai du mal avec les lignes directrices dans lesquelles les mouvements oculaires ont été supprimés dans le protocole RDI, car il est basé sur le résultat de recherches avec des mouvements oculaires «rapides». En Belgique et dans de nombreux autres pays, RDI effectue des « séries lentes et courtes » avec une stimulation bilatérale, et la pratique montre que l’expérience physique positive de la ressource peut s’approfondir.

Quels sont les défis d’EMDR Belgique pour l’avenir ?

«Ce serait bien si quelqu’un voulait prendre la présidence de l’EMDR Belgique de ma part! J’espère aussi que nous pourrons obtenir l’EMDR dans les universités et y mettre en place des recherches scientifiques. »

Lire l’article en néerlandais : 14-EMDR over de grens

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *