Interview de Marco Pagani

Interview de Marco Pagani

Une interview de Marco Pagani, médecin, neurophysiologiste, chercheur à l’Institut des sciences cognitives et des technologies du conseil national italien de recherche.

Marco Pagani a effectué une étude qu’il a conduit auprès de 47 conducteurs de métro qui souffrent de stress post-traumatique après avoir vu des personnes se suicider sous leurs rames. Il explique que :  » Nous avons constaté que, suite à la thérapie, toutes les aires du cerveau qui étaient hyper-activées suite au traumatisme s’étaient normalisées. Et ce qui nous a frappé en particulier, a été de voir la normalisation du flux sanguin dans le lobes occipital, c’est ce qui explique probablement la disparition des symptômes intrusifs : des images traumatiques, des hallucinations, ou des cauchemars nocturnes « 

Grâce à l’imagerie médicale et aux électroencéphalogrammes, il a constaté des changements dans les zones cérébrales concernées par l’EMDR. Avant la thérapie, le cerveau des conducteurs semblait incapable de gérer les émotions provoquées par le souvenir traumatisant. Leur lobe frontal n’exerçait plus l’inhibition appropriée sur l’amygdale et l’hippocampe, siège des émotions telles que la peur et l’anxiété, cela se traduisant par un afflux anormal de sang dans le lobe occipital. Après l’EMDR, il constate que la zone cognitive du cerveau a pris le contrôle de la zone émotionnelle  : les zones du cerveau hyper-activées par le souvenir traumatique se normalisent, le flux sanguin se régularise dans le lobe occipital.

Marco Pagani  a voulu aller plus loin en mesurant en temps réel les effets de l’EMDR, en utilisant l’électro-encéphalogramme, qui permet de mesurer l’activité électrique des différentes zones du cerveau.  Il a suivi l’évolution des patients pendant 8 séances. Il raconte que : «  la partie la plus excitante pour nous a été de voir qu’au début de la thérapie, alors que le patient était encore traumatisé, il y avait une hyper activation de la partie frontale chez tous les patients, activation aussi de hippocampe et de l’amygdale. Pendant l’enregistrement de l’électro-encéphalogramme durant la 8e et dernière séance, et alors que le thérapeute nous avait assuré que le patient ne présentait plus de symptôme, nous avons remarqué que cette activation pendant le moment où le thérapeute bougeait ses doigts, rappelait au patient son traumatisme, que cette activation ne se situait plus au niveau du lobe frontal, de hippocampe et de l’amygdale, mais qu’elle se déplaçait vers les régions arrière qui sont les aires de la cognition. C’est comme ci on voyait en directe une guérison.  Ce n’est donc pas une thérapie qui agit à postériori, ou une semaine après l’intervention du thérapeute. C’est quelque chose qui intervient en temps réel, pendant la thérapie. C’est une caractéristique unique de l’EMDR. « 

Pourquoi des mouvements rapides des yeux permettent une désensibilisation et un retraitement des émotions douloureuses ?

La réponse de Marco Pagani : C’est une question à un million de dollars, comme on dit. Il existe diverses hypothèses. Celle qui me semble la plus plausible et qui a été confirmée par des études sur des animaux, est le fait que la fréquence des mouvements des doigts utilisée par le thérapeute, la fréquence des tapotements ou des sons, cette fréquence est de 2 à 4 hertz, ce qui veut dire 2 à 4 mouvements par seconde. Cette fréquence rappelle exactement celle que le cerveau utilise pendant la nuit, pendant les phases du sommeil lent, qui sert à encoder l’information qu’il juge importante. Donc le thérapeute, lorsque le patient est éveillé, fait des mouvements qui sont exactement synchrones, qui ont exactement la même fréquence que le cerveau utilise pour enregistrer l’information la nuit.

Cette Interview de Marco Pagani est extraite d’un reportage EMDR, la thérapie qui chasse les démons, que vous pouvez visionner ici (en français, durée : 22 minutes).

Recherches de Marco Pagani, liste non-exhaustive :

Hogberg, G., Pagani, M., Salmaso, D., Stain, R., Soares, J., Jacobsson, H., Hallstrom, T., Larsson, S. A., & Sundin, O. (2005, June). A randomised study of public transportation workers suffering PTSD, being treated with EMDR and assessed by psychometric scales and physiological parameters during symptom provocation. In J. Ford (Chair) Methods of Treatment of Today. Symposium presented at the 9th European Conference on Traumatic Stress (ECOTS), Stockholm, Sweden

Pagani, M. (2008, November). [Neurobiological substrate of post-traumatic stress syndrome and impact on functional and structural therapy with EMDR]. Presentation at Italian EMDR Association, Milan, Italy. Italian

Pagani, M., Di Lorenzo, G., Monaco, L., Niolu, C., Siracusano, A., Verardo, A. R., Lauretti, G., Fernandez, I., Nicolais, G., Cogolo, P., & Ammaniti, M. (2011). Pretreatment, intratreatment, and posttreatment EEG imaging of EMDR: Methodology and preliminary results from a single case. Journal of EMDR Practice and Research, 5(2), 42-56. doi:10.1891/1933-3196.5.2.42

Pagani, M. (2011, June). Research on EMDR mechanism of action and brain research – Functional changes and EEG monitoring during EMDR therapy. Presentation at the 12th European Conference on Traumatic Stress (ECOTS), Vienna, Austria

Pagani, M. (2011, June). Neuroimaging and novel neurobiological findings in EMDR research [Neuroimaging und neuartige neurobiologische erkenntnisse in der EMDR forschung]. Presentation at the 12th EMDR Europe Association Conference, Vienna, Austria

Pagani, M., Di Lorenzo, G., Verardo, A. R., Nicolais, G., Lauretti, G., Russo, R., Cogolo, P., Niolu, C., Ammaniti, M., Siracusano, A., & Fernandez, I. (2012, January). P-1162 Pre- intra- and post-treatment EEG imaging of EMDR – neurobiological bases of treatment efficacy. European Psychiatry, 27(Supplement 1), 1-1. doi:10.1016/S0924-9338(12)75329-4

Pagani, M. (2012, March). Pre-, intra-, and post-treatment EEG imaging of EMDR ? Neurobiological bases of treatment efficacy. Poster presentation at the Scientific Programme of the 20th European Congress of Psychiatry, Prague, Czech Republic

Pagani, M., Di Lorenzo, G., Verardo, A., Nicolais, G., Monaco, L., Niolu, C., Fernandez, I., & Siracusano, A. (2012, March-April). [Neurobiological correlates of EMDR therapy]. Rivista di Psichiatria, 47(Supplement 1), 16S-18S. doi:10.1708/1071.11734. Italian

Pagani, M., et al (2012, June). Neurobiological correlates of EMDR monitoring – An EEG study.  Presentation at the 13th EMDR Europe Association Conference, Madrid, Spain

Pagani, M., DiLorenzo, G., Verardo, A. R., Nicolais, G., Monaco, L., Lauretti, G., Russo, R., Niolu, C., Ammaniti, M. Fernandex, I., & Siracusano, A. (2012). Neurobiological correlates of EMDR monitoring – an EEG study. PLoS ONE, 7(9), 1-12. doi:10.1371/journal.pone.0045753

Capezzani, L., Ostacoli, L., Cavallo, M., Carletto, S., Fernandez, I., Solomon, R., Pagani, M., & Cantelmi, T. (2013). EMDR and CBT for cancer patients: Comparative study of effects on PTSD, anxiety, and depression. Journal of EMDR Practice and Research, 7(3), 134-143. doi:10.1891/1933-3196.7.3.134

Pagani, M. (2013, June). Functional and structural neuroimaging and EEG monitoring related to EMDR and CBT treatments for PTSD. Presentation at the 13th annual conference for the European Society for Traumatic Stress Studies (ESTSS), Bologna, Italy

Pagani, M., Hogberg, G., Fernandez, I., & Siracusano, A. (2013). Correlates of EMDR therapy in functional and structural neuroimaging: A critical summary of recent findings. Journal of EMDR Practice and Research, 7(1), 29-38. doi:10.1891/1933-3196.7.1.29

Pagani, M. Hogberg, G., Fernandez, I., & Siracusano, A. (2014). [Functional and structural correlates of EMDR therapy in neuro-imaging techniques 1 (neuroimaging): A critical overview of the latest findings]. Journal of EMDR Practice and Research,8(3) 2014 E85-E95.  doi:10.1891/1933-3196.8.3.E85. German

Pagani, M. (2014, June). Neurobiology of EMDR — Past, present and future. Keynote presentation at the 15th EMDR Europe Association Conference, Edinburgh, Scotland

Pagani, M., Hogberg, G., Fernandez, I., & Siracusano, A. (2014). [ Correlates of EMDR therapy in functional and structural neuroimaging: A critical summary of recent findings]. Journal of EMDR Practice and Research, 8(2), 29E-40E. doi:10.1891/1933-3196.8.2.E29. French

En savoir plus :

Corrélats de la thérapie EMDR en neuroimagerie fonctionnelle et structurelle: Un résumé critique des résultats récents

Résumé : Les investigations en neuroimagerie sur les effets des psychothérapies qui traitent l’état de stress post-traumatique (ESPT), dont l’EMDR (désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires), ont décrit des résultats cohérents avec des modifications au niveau du débit sanguin cérébral (DSC ; tomographie d’émission monophotonique [SPECT : single photon emission computed tomography]), du volume neuronal et de la densité neuronale (imagerie par résonance magnétique [IRM]) et, plus récemment, du signal électrique cérébral (électroencéphalographie [EEG]). De plus, récemment, des changements neurobiologiques en lien avec l’EMDR ont été relevés par EEG pendant la thérapie elle-même et a montré une modification de l’activation maximale depuis les régions cérébrales limbiques émotionnelles vers les régions corticales cognitives. C’était la première fois que des changements neurobiologiques se produisant au cours d’une séance de psychothérapie étaient rapportés, faisant de l’EMDR la première psychothérapie avec un effet neurobiologique prouvé. Le but de cet article est de résumer les résultats indiquant les changements fonctionnels et structurels se produisant lors du traitement de l’ESPT et présentés par divers groupes de recherche pendant la période 1999-2012. Les changements pathophysiologiques décrits sont présentés en fonction de la technique neuropsychologique et de la méthodologie employée, puis analysés de manière critique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *