La Boîte de Vitesses : une structure de traitement EMDR intégrative

La Boîte de Vitesses : une structure de traitement EMDR intégrative

Un article La Boîte de Vitesses : une structure de traitement EMDR intégrative, S’adapter sans se perdre dans la thérapie à travers un paysage de traumatisations complexes et chroniques, de Hélène Dellucci, publié dans livre Pratique de la psychothérapie EMDR, Introduction et approfondissements pratiques et psychopathologiques, paru aux éditions Dunod

Introduction

Travailler en EMDR avec des personnes souffrant de traumatismes complexes n’est pas simple. Nous avons rarement une anamnèse complète, dû à des zones d’amnésie et des ressentis de honte qui font taire au patient des informations importantes dont nous aurions besoin pour planifier le traitement. La stabilisation n’est pas évidente, souvent les praticiens rapportent que les outils de stabilisation ne fonctionnent pas. Certains patients semblent vivre un état permanent de crise rendant l’accès au travail sur les cibles traumatiques difficile, même ci celles-ci sous-tendent le fonctionnement de la personne.

Entre évitement, risque de déstabilisation majeure ou abandon de la thérapie, le travail avec les personnes souffrant de trauma complexes et chroniques devient une entreprise hasardeuse, aléatoire, dans laquelle les patients ne vont pas mieux et les thérapeutes se découragent. C’est ainsi que les patients souffrant de troubles dissociatifs étendus passent en moyenne 14 ans à trouver un thérapeute qui leur convienne (Huber, 2004).

Devons-nous pour autant renoncer à travailler en EMDR avec ces patients apparemment difficiles ? Souvent ces personnes ont une demande et nourrissent, malgré leurs souffrances, l’espoir d’être soulagées de leurs blessures. Est-il possible de travailler en EMDR de manière rigoureuse et sécurisée, en l’adaptant à chaque personne, là où elle en est, quel que soit son degré de stabilité, l’état plus ou moins chaotique de sa vie, et cela sans se perdre ?

Nous proposons à travers ces pages une structure de traitement en EMDR intégrant les meilleures stratégies mises en œuvre pour répondre aux exigences du travail avec des personnes ayant des traumatismes complexes. En proposant une hiérarchie d’intervention en fonction des phénomènes émergeants, cette structure de traitement permet au thérapeute de s’adapter aux besoins du patient, tout en sachant ce qu’il fait et pourquoi. Pour une meilleure compréhension de la manière dont s’articulent les différents ciblages, nous proposons la métaphore de la boîte de vitesses, qui permet une adaptation constante de la vitesse d’avancement en fonction des conditions et de la topographie rencontrée pendant le périple thérapeutique.

Hélène développe les points suivants dans cet article sur La Boîte de Vitesses : une structure de traitement EMDR intégrative :

  • Introduction
  • Situation initiale
  • Etat des lieux des stratégies de traitement face à des traumatisations complexes et chroniques
  • Une structure de traitement intégrative : La Boîte de Vitesses
    • Structure de la Boîte de Vitesses
    • La Boîte de Vitesses : comment concrètement
    • La Feuille de route : une stratégie pour naviguer dans la Boîte de Vitesses
  • De la Boîte de Vitesses vers un modèle d’intervention bi-axial
  • Conclusion
  • Bibliographie

Conclusion

Les personnes en thérapie évoluent à des vitesses différentes, en fonction d’un nombre important de paramètres, que nous ne pouvons pas contrôler en tant que thérapeute. Notre rôle est de fournir un cadre sécurisant et de bonnes conditions de travail. Le but de cette structure de traitement est d’aider le thérapeute à s’adapter aux personnes en thérapie et à leurs circonstances de vie, tout en sachant ce qu’il fait et pourquoi.

Notre hypothèse fondamentale soutient que les personnes en thérapie avancent aussi rapidement qu’elles le peuvent, eu égard leur situation particulière. Si elles ralentissent, c’est qu’elles ont de suffisamment bonnes raisons pour cela, que ces dernières soient conscientes ou non. Ce que nous essayons d’éviter est qu’elles ralentissent à cause du thérapeute.

Notre devise est de progresser aussi vite que possible, si les ressources du patient et ses conditions de vie le permettent, et d’aller aussi lentement que nécessaire pour que le cheminement thérapeutique se déroule en toute sécurité. Le modèle bi-axial permet ainsi d’adapter le degré d’exposition à ce que la personne est en mesure d’aborder, et de cheminer dans une démarche de succès à petits pas vers la construction de résilience et d’apprentissages utiles. Le bouclage d’objectifs restreints dans de bonnes conditions produit chez le patient une sensation de « triomphe », chère à Janet (1919), ce qui crée de la motivation à avancer et une participation active à sa thérapie. Le résultat est une coopération entre le patient et le thérapeute dans un processus dynamique qui ni ne stagne, ni ne dérape.

Acheter le livre Pratique de la psychothérapie EMDR

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *