La crise des réfugiés en Europe et ses conséquences pour les praticiens EMDR

La crise des réfugiés en Europe et ses conséquences pour les praticiens EMDR

La 17° EMDR Europe Conference, qui s’est déroulée du 17 au 20 juin 2016, a été l’occasion d’organiser une table ronde pour aborder le thème de La crise des réfugiés en Europe et ses conséquences pour les praticiens EMDR.

Brenda Stoter a apporté une perspective journalistique sur les enfants et femmes traumatisés au Moyen-Orient.

Résumé de son intervention : Brenda Stoter apporte une perspective journalistique sur le conflit irakien / syrien et sur les conditions de vie des réfugiés dans des pays comme la Turquie, le Kurdistan irakien, la Jordanie et le Liban. Leurs gouvernements respectifs se concentrent principalement sur la fourniture de services pratiques pour les réfugiés, tels que le logement, les aides et soins médicaux. Les soins de santé mentale ne sont pas sur leur liste de priorités. En raison de la stigmatisation – au Moyen-Orient, il n’est pas habituel de consulter un thérapeute lorsque l’on doit faire face à un traumatisme. La plupart des enfants réfugiés peuvent surmonter les traumatismes en participant à des programmes psychosociaux fournis par les ONG. Cependant, parfois – lorsque le traumatisme est «récent» ou après un traumatisme grave comme la perte des membres de sa famille, cela ne suffit pas : les traumas ne peuvent pas être traités uniquement avec ces programmes psychosociaux. Les victimes ont besoin de thérapeutes. En Irak, le problème est particulièrement aigüe car on manque de personnel qualifié. Une autre aspect important est celui des filles et femmes syriennes vivant dans la pauvreté, qui sont souvent vulnérables à l’exploitation. En Jordanie et au Liban, les filles syriennes sont souvent mariées avant l’âge de 18 ans. Certaines ont été contraintes d’épouser des hommes saoudiens ou jordaniens qui ont abusé d’elles avant de divorcer. La situation des femmes yézidis qui ont été asservis par des militants IS est également problématique.

Rolf Carrière est intervenu sur la formation des para-professionnels en Syrie, au Pakistan et en Irak

Résumé de son intervention : L’afflux soudain de réfugiés et de migrants traumatisés en Europe est un défi important pour l’ensemble des professionnels, publics et privés, intervenant dans le domaine de la thérapie des traumatisme. Ce défi n’est pas limité à l’Europe. Il est mondial et concerne tout particulièrement les pays en développement. Parallèlement, nous devons faire face à une pénurie chronique et à une mauvaise répartition des professionnels de la santé mentale au niveau mondial. Augmenter le nombre de professionnels de la santé mentale est nécessaire mais pas suffisant. La seule façon de réussir à soigner les millions de personnes qui ont subit des traumatismes est aujourd’hui de former et de superviser les para-professionnels pour qu’ils puissent utiliser des outils adaptés. Rolf Carrière présente des exemples de prise en charge des populations traumatisées par des équipes para-professionnelles en mettant en avant les dilemmes éthiques que cela peut poser, et les solutions possibles. Il propose une conférence pour (i) recueillir et examiner les preuves disponibles sur l’efficacité des différents modèles para-professionnels utilisés récemment dans différents contextes et (ii) définir les conditions préalables, les conditions de sécurité, les programmes de formation et de recherches qui doivent guider ce nouveau modèle de prise en charge par des para-professionnels.

Derek Farrell est intervenu sur les populations réfugiées originaires du yézide

Résumé de son intervention : En Août 2014, l’Etat islamique attaque Sinjar, dans le nord de l’Irak, et commet des atrocités sur la population yézide. Les femmes yézidis survivantes ont été enlevées et traitées comme des esclaves sexuelles par les combattants djihadistes. Certaines ont pu fuir ou être libérée suite à des négociations du gouvernement. Cette population très traumatisée a été divisée en deux groupes distincts – l’un est resté au Kurdistan et le deuxième a pu suivre un traitement en Allemagne. Derek Farell aborde la question de la prise en charge de ces populations avec des traitements reconnus pour l’ESPT, et explique comment la  l’EMDR peut permettre de réduire les symptômes, de stabiliser…

Enfin, Isabelle Fernandez est intervenue sur le thème : Travailler avec EMDR les réfugiés dans les centres d’accueil

Résumé de son intervention : La communauté EMDR peut apporter une contribution significative pour aider les victimes d’attaques terroristes, les réfugiés et demandeurs d’asile. La recherche et les recommandations internationales montrent que la thérapie EMDR peut aider les réfugiés à plusieurs niveaux : la prévention des troubles mentaux, la résolution des facteurs de risque, faciliter l’intégration et l’adaptation des réfugiés dans une nouvelle culture, et aider à transformer les expériences critiques à laquelle cette population est exposée en quelque chose de constructif.

Le traitement EMDR a été mis en œuvre dans cette situation d’urgence humanitaire et avec les populations exposées à des attaques terroristes, dans les différentes phases d’un traumatisme, individuellement ou en groupes.

  • Interventions lors de la phase aiguë de traumatismes liés à des incidents critiques, réduire les réactions post-incidents, prévenir l’accumulation de stress post-traumatique
  • Interventions auprès des réfugiés afin de réduire les facteurs de risques de troubles mentaux et émotionnels
  • Interventions auprès de groupes afin d’améliorer les ressources et les facteurs de protection
  • Interventions pour traiter le traumatisme qui s’est produit avant, pendant et après le vol
  • Interventions auprès du personnel qui a été exposé à des niveaux élevés de stress liés à leur travail humanitaire
  • Interventions pour préparer les réfugiés qui pourront ensuite avoir accès à un soutien psychologique dans les pays européens, à travers le réseau de l’association EMDR Europe.

Le traitement EMDR peut facilement être mis en œuvre avec l’aide d’un traducteur, comme cela a déjà été le cas dans les pays européens au cours des 15 dernières années.

Le protocole EMDR a été adapté de manière appropriée et intégrée, sans difficulté, pour travailler dans des conditions instables, avec des réfugiés ayant des cultures, des religions et langues différentes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *