La trousse de secours

La trousse de secours

Olivier Piedfort-Marin et Luise Reddemann proposent un exercice La trousse de secours dans le livre Psychothérapie des traumatismes complexes, publié chez Satas – Le Germe

Dès le début de la psychothérapie il est important de prévoir que des moments difficiles pourront survenir au quotidien, lorsque ce n’est pas déjà le cas. Il est essentiel de planifier avec le patient ce qu’il pourra faire dans ces moments-là. Le psychothérapeute n’est pas toujours à disposition et il est important de favoriser l’autonomie du patient. Au début du traitement on peut ainsi faire une liste de ce qui a pu aider dans le passé. Cela renforce ainsi les capacités du patient et le valorise. Par la suite, au cours de la psychothérapie, on pourra améliorer et affiner les capacités du patient de faire face aux difficultés. Voici un exercice utile que l’on peut faire dès le début de la prise en charge.

La trousse de secours

Maintenant j’aimerais vous inviter écrire tout ce qui a qui vous aider dans le passé quand vous alliez mal. Arrangez ensuite cette liste de telle manière que les choses qui vous aident particulièrement bien soient en haut de la feuille. S’il vous plait, n’écrivez pas les choses qui sont destructives comme par exemple le fait de se blesser

Maintenant, à partir de la liste qui suit, écrivez sur une carte tout ce qui vous convient et concrétisez le

  • Des images qui vous donnent de la joie, par exemple des images de personnes bienveillantes.
  • Des odeurs qui font du bien.
  • De la musique qui apporte de la joie et qui console.
  • Des activités physiques qui font plaisir (par exemple faire du jogging, danser, etc.).
  • Quelque chose de doux qui se laisse loucher avec plaisir.
  • Des gouttes rescue du docteur Bach où d’autres mélanges de fleurs de Bach.
  • Un exercice d’imagination qui à un effet positif, par écrit ou en audio.
  • Un texte stimulant comme par exemple un dicton, une petite histoire, une prière

Tout ce que vous considérez comme aidant devrait être écrit sur une « carte d’urgence ». Cette carte devrait être bien bien mise en vue dans votre appartement. Vous pouvez aussi recopier cette carte d’urgence dans vos notes sur votre téléphone portable, ce qui sera très utile si vous êtes à l’extérieur. Encore plus efficace peut être la trousse de secours dans laquelle se trouvent tous les objets qui peuvent vous aider, soit que ces objets vous rappellent le contenu de la carte d’urgence, soit qu’ils vous aident concrètement en les regardant ou en les touchant.

Consignes

Beaucoup ont aussi dans leur trousse de secours un objet doux. Des numéros de téléphone de personnes que l’on peut aussi appeler en pleine nuit devraient être également inscrits sur la carte, ou être dans la trousse de secours, mais pas en première place.

Précisions des auteurs : Les exercices proposés dans ce livre sont rédigés à la première personne ou au style impératif, de telle manière que le thérapeute puisse les lire tels quels aux patients. Il est évident que des adaptations seront nécessaires pour s’ajuster à chaque situation particulière. En règle générale nous recommandons que ces exercices ne se fassent pas sous transe mais dans un dialogue entre le patient et le thérapeute. 

Vous pouvez retrouver La trousse de secours – et d’autres exercices – dans le livre Psychothérapie des traumatismes complexes, d’Olivier Piedfort-Marin et Luise Reddemann, publié chez Satas – Le Germe, en 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *