Le modèle Crash comme outil pour le triage psychologique des interventions psychosociales

Le modèle Crash comme outil pour le triage psychologique des interventions psychosociales

Un article Le modèle Crash comme outil pour le triage psychologique des interventions psychosociales, de Erik de Soir, publié dans la LIREC, lettre d’information sur les risques et les crises

Article en français – disponible en ligne

Extraits

L’expérience psychologique aiguë d’un évènement tel qu’un attentat terroriste ou une fusillade dans une école, est celle d’une impuissance extrême et d’une perte de contrôle, qui submerge tout. On dit que les sinistrés perdent la parole et que leur volonté s’évanouit. L’impact traumatisant entraînera souvent une dislocation soudaine et inopinée de la situation professionnelle et/ou de vie de toute une communauté. Plus rien ne ressemblera au passé dans la communauté et/ou la région sinistrée. Après les attentats terroristes en 2015 à Paris, nombreux étaient ceux qui se demandaient si la ville al- lait pouvoir se redresser après de telles violences. L’aéroport de Bruxelles ne fut plus jamais le même après les explosions du 22 mars 2016. Les installations, entre temps réparées et améliorées, respirent toujours la violence et le désarroi de ces journées noires dans l’histoire de la Belgique. Dans de nombreux cas, un événement heureux – comme le match amical de football du 13 novembre 2015, entre la France et l’Allemagne, au Stade de France – s’est violemment transformé en un enfer dominé par la mort et les blessures.

Chez beaucoup, l’illusion de l’invulnérabilité, comme beaucoup d’autres certitudes de la vie, est étouffée dans l’œuf: il ne reste plus qu’un mélange d’impuissance, d’incrédulité, de désarroi, de rupture, de culpabilité, de honte, d’angoisse, de colère et d’incertitude.

Le soutien social et le partage social des émotions sont très importants pour les sinistrés dans ces circonstances. Ce partage social et l’approche en groupe seront les seules manières d’assimiler la catastrophe.

La gestion des réactions post-traumatiques et des crises psychosociales au sein d’une communauté sinistrée doit toute- fois se faire de manière prudente et progressive. Les mesures de soutien doivent faire partie d’un modèle holistique de prévention primaire, secondaire et tertiaire des traumatismes psychosociaux. Il est également nécessaire de disposer d’un scénario clairement défini pour l’introduction, la mise en œuvre ou le suivi de l’intervention psychologique de crise chez les sinistrés, qu’on devrait retrouver dans chaque plan de catastrophe ou plan nombreuses victimes.

Comment planifier l’encadrement psychosocial des nombreuses victimes lors d’une urgence collective ? Une séquence complète d’accueil de crise psychosociale dans l’immédiat devrait comprendre au moins :

1. des mesures de première aide psychologique sur le lieu de l’événement (prévention primaire des séquelles post- traumatiques ou de traumatismes psychosociaux)1;

2. des mesures d’aide différée, qui consistent à aborder les problèmes liés au trauma et au deuil, dans le sens le plus large, en abordant les différents aspects qui favorisent l’assimilation du traumatisme psychique et qui marquent le début d’un processus de deuil (prévention secondaire des séquelles posttraumatiques ou de traumatismes psychosociaux);

3. et des mesures d’aide curative, notamment une orientation adéquate vers une aide professionnelle reconnue et spécialisée, étant essentiellement d’ordre psychothérapeutique (prévention tertiaire des séquelles post-traumatiques ou de traumatismes psychosociaux).

Cette séquence d’aide complète doit pouvoir être garantie pour les différentes catégories de victimes citées précédemment : les victimes primaires, secondaires et tertiaires. Cette méthode de travail est toutefois très intensive en travail, sur une longue période, et suppose des structures de fonctionnement bien rodées. Immédiatement après, ou peut-être déjà durant la catastrophe, les intervenants psychosociaux doivent être correctement activés et il faut, dans le même temps, prévoir un enregistrement complet de toutes les catégories de sinistrés. Ceci devra se faire sur base d’un système de critères préétablis. Sur le lieu de l’événement, il faut que premiers intervenants psychosociaux connaissent bien le cadre dans lequel ils fonctionnent et qu’ils respectent leur mandat d’action, c’est à dire qu’ils sachent clairement pour qui ils travaillent; pour quel client, à quel endroit le travail doit se faire, avec quels moyens et sur base de quelles techniques. Rien que ces quelques aspects nécessitent déjà énormément de concertation et de coordination entre les différents services d’aide psychologique. Après chaque urgence collective, de nombreux acteurs se déplacent sur le terrain et prennent en charge les sinistrés, souvent sans beaucoup de coordination préalable. Lors des premiers moments, il y aura souvent une surenchère d’aide, tandis qu’après quelques mois les sinistrés se retrouvent parfois sans suivi.

Cependant, nous reviendrons de façon plus structurée, dans les paragraphes suivants, sur les principes importants des premiers secours psychologiques, après l’introduction de la notion de matrice psychosociale. Le lecteur com- prendra vite et clairement que l’accueil pour des sinistrés traumatisés et leurs familles est bien plus que la simple organisation de quelques entretiens d’accueil.

L’approche de principe nécessaire pour effectuer les premiers secours psycho- logiques sera esquissée dans une pro- chaine partie de cet article sur la base des principes IPASU et des ‘5 grands facteurs’ (5GF) de la victimologie : deux séries de cinq facteurs qui créent le contexte dans lequel les premiers se- cours psychologiques et l’aide différée de crise peut se dérouler avec succès après des catastrophes et calamités. (…)

Lire l’article complet

Télécharger l’article Le modèle Crash comme outil pour le triage psychologique des interventions psychosociales

En savoir plus

Les références de l’article Le modèle Crash comme outil pour le triage psychologique des interventions psychosociales :

  • Auteur : Erik de Soir
  • Publié en mars 2018
  • Éditeur : LIREC, lettre d’information sur les risques et les crises, n° 56
  • www.inhesj.fr

Vous pouvez également accéder à de nombreux articles d’Erik de Soir ici : https://www.ifemdr.fr/team-details/erik-de-soir/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *