Le rôle du traumatisme de l’attachement et des processus pathogènes désintégrateurs dans la dimension traumatique-dissociative

Un article Le rôle du traumatisme de l’attachement et des processus pathogènes désintégrateurs dans la dimension traumatique-dissociative, de Benedetto Farina, Marianna Liotti et Claudio Imperatori

Article en anglais – disponible en ligne

Extraits

Les études épidémiologiques, cliniques et neurobiologiques des 30 dernières années suggèrent que les attachements traumatiques au cours des premières années de la vie sont associés à des vulnérabilités psychopathologiques spécifiques basées sur des processus pathogènes dissociatifs. Il a été observé que les processus pathogènes dissociatifs causés par ces attachements traumatiques peuvent contribuer à la genèse de troubles mentaux bien définis (par exemple, troubles dissociatifs) ou peuvent se produire de manière variable dans de nombreuses autres catégories de diagnostic, compliquant leurs tableaux cliniques et aggravant leur pronostic.

Pour cette raison, nous avons proposé de définir la dimension des résultats psychopathologiques liés aux attachements traumatiques et aux processus pathogènes dissociatifs comme la dimension «traumatique-dissociative» (TDD).

La complexité clinique du TDD nécessite une formation spécifique pour permettre aux professionnels de la santé mentale de reconnaître les signes d’évolution traumatique et de mettre en œuvre des stratégies de traitement spécifiques.

Le présent article vise à passer en revue certains points cruciaux concernant la signification clinique et les stratégies de traitement du TDD, les processus pathogènes dissociatifs caractérisant le TDD, ainsi que le rôle du traumatisme de l’attachement dans le TDD.

Nous nous sommes également concentrés sur les preuves cliniques et théoriques suggérant que la dissociation et la désintégration peuvent être considérées comme deux processus différents mais fortement corrélés.

L’utilité du raisonnement clinique en termes de dimensions psychopathologiques, au lieu de catégories diagnostiques distinctes, ainsi que plusieurs implications thérapeutiques de ces questions ont finalement été discutées.

(…)

Conclusion

La complexité du traitement TDD nécessite souvent l’utilisation simultanée de différents types d’intervention, comme dans le cas précité de psychothérapie et de thérapie pharmacologique, ou dans le cas d’association entre différents types de psychothérapie (interventions cognitivo-comportementales ou psychodynamiques associées au groupe, au couple, ou thérapie familiale), ou entre des techniques issues de différentes approches de la psychothérapie comme l’EMDR ou le SMP (Cloitre et al., 2011).

Comme Bryant (2010) l’a récemment souligné, la complexité clinique et thérapeutique du traumatisme développemental et de la dimension traumatique-dissociative nécessite une formation spécifique pour permettre aux professionnels de la santé mentale de reconnaître les signes de ces évolutions et de mettre en œuvre des stratégies spécifiques de traitement de ces troubles. Afin de surmonter les difficultés créées par le traumatisme de l’attachement de l’enfant et la dissociation, ces stratégies spécifiques doivent être associées à des thérapies plus conventionnelles.

Il a été soutenu dans les lignes directrices pour le traitement des troubles du spectre du traumatisme du développement que la gestion de multiples interventions pourrait être confiée de manière rentable à différents thérapeutes travaillant conjointement (Liotti et al., 2008).

Cela permet aux clients d’avoir plusieurs figures d’attachement, travaillant en une seule équipe (Bateman et Fonagy, 2004) sur lesquelles s’appuyer dans le plan global de la thérapie. Il permet également aux thérapeutes de désamorcer la dynamique déclenchée par l’AD et de partager les difficultés interpersonnelles typiques de ces troubles ainsi que la gestion de leurs tableaux cliniques complexes (Liotti et al., 2008; Liotti et Farina, 2016).

La conséquence de ce raisonnement est que le traitement du TDD et des troubles du spectre du traumatisme du développement tels que le TSPT ou le TPL complexe pourrait bien devenir un terrain privilégié pour l’intégration de la psychothérapie et pour l’intégration entre la pensée psychiatrique biologique et les approches psychothérapeutiques du traitement : pas un secondaire raison d’explorer ces troubles liés aux traumatismes, et non une raison secondaire parmi celles qui nous ont incités à écrire cet article.

Lire l’article Le rôle du traumatisme de l’attachement et des processus pathogènes désintégrateurs dans la dimension traumatique-dissociative en anglais en ligne

En savoir plus

Références de l’article Le rôle du traumatisme de l’attachement et des processus pathogènes désintégrateurs dans la dimension traumatique-dissociative

  • Auteurs : Benedetto Farina, Marianna Liotti and Claudio Imperatori
  • Titre : The Role of Attachment Trauma and Disintegrative Pathogenic Processes in the Traumatic-Dissociative Dimension
  • Hypothesis and Theory
  • Front. Psychol.,
  • 26 April 2019
  • https://doi.org/10.3389/fpsyg.2019.00933

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *