L’efficacité de l’EMDR chez les adultes atteints d’un trouble dépressif majeur : une méta-analyse d’essais contrôlés randomisés

Un article L’efficacité de l’EMDR chez les adultes atteints d’un trouble dépressif majeur : une méta-analyse d’essais contrôlés randomisés, de Yan, S., Shan, Y., Zhong, S., Miao, H., Luo, Y., Ran, H., & Jia, Y., publié dans Frontiers in Psychiatry

 

Article publié en anglais – accès libre en ligne

 

Résumé 

 

Les preuves basées sur la pratique suggèrent qu’il est possible d’utiliser la désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR) pour traiter le trouble dépressif majeur (TDM), mais son efficacité spécifique est inconnue.

 

Une recherche systématique a été effectuée pour des essais contrôlés randomisés comparant l’EMDR à un groupe témoin chez des patients atteints de TDM.

 

Deux méta-analyses ont été menées, avec la réduction des symptômes comme critère de jugement principal et la rémission comme critère de jugement exploratoire.

Huit études portant sur 320 participants ont été incluses dans cette méta-analyse.

 

La première méta-analyse a montré que l’EMDR surpassait « aucune intervention » dans la diminution des symptômes dépressifs (différence moyenne standardisée [DMS] = -0,81, IC à 95 % = -1,22 à -0,39, p < 0,001, faible certitude), mais des différences statistiquement significatives n’ont pas été observés dans l’amélioration de la rémission (risque relatif = 1,20, IC à 95 % = 0,87-1,66, p = 0,25, très faible certitude).

La seconde a montré la supériorité de l’EMDR sur la TCC pour réduire les symptômes dépressifs (différence moyenne [DM] = -7,33, IC à 95 % = -8,26 à -6,39, p < 0,001, faible certitude) et améliorer la rémission (risque relatif = 1,95, IC à 95 % = 1,24-3,06, p = 0,004, très faible certitude). En outre, les symptômes d’anxiété et le niveau de fonctionnement n’ont pas pu être inclus comme critère de jugement secondaire en raison du manque de données.

 

La présente méta-analyse suggère que l’EMDR est plus efficace dans le traitement du TDM que la « sans intervention » et la TCC, en particulier chez les personnes ayant vécu une expérience traumatisante. Cependant, ce résultat doit être considéré avec prudence en raison de la petite taille de l’échantillon et de la faible qualité des sentiers. 

 

Extraits

 

Introduction  

 

Le trouble dépressif majeur (TDM) se caractérise par une humeur dépressive, une perte d’intérêt, une diminution de la capacité à ressentir du plaisir et des sentiments de dévalorisation ou de culpabilité inappropriée. Selon les statistiques publiées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2017, la dépression avait touché plus de 300 millions de personnes dans le monde, ce qui signifie que 4,4% de la population mondiale souffre de ce trouble (1). En plus des symptômes émotionnels, le TDM s’accompagne également d’une série de symptômes neurovégétatifs et cognitifs (2). Compte tenu des graves impacts sur la qualité de vie et le fonctionnement psychosocial des personnes affectées, le TDM est considéré comme le plus grand contributeur au handicap mondial.

 

Les traitements psychologiques ont longtemps été utilisés pour traiter le TDM. La dernière directive de pratique clinique de l’American Psychological Association (APA) recommande l’utilisation de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ou de la psychothérapie interpersonnelle pour le traitement initial de la dépression chez les adolescents. Il n’y avait pas suffisamment de preuves pour recommander un traitement de psychothérapie plutôt qu’un autre pour les adultes et les personnes âgées atteintes de TDM, mais en général, il y avait un soutien pour la thérapie comportementale ; TCC et thérapie cognitive basée sur la pleine conscience ; et la psychothérapie interpersonnelle. Parmi eux, la TCC est la thérapie fondée sur des preuves la plus établie. De nombreuses études ont montré que la TCC est efficace pour réduire les symptômes dépressifs et prévenir les rechutes par rapport aux soins habituels ou au placebo (3-5). Pour les personnes présentant des symptômes dépressifs légers à modérés, l’intervention psychologique seule s’est avérée efficace (2). Cependant, certains patients ne peuvent toujours pas en bénéficier pleinement : après une thérapie psychologique en séance complète, seuls 53,7 % des participants peuvent être évalués en rémission (6). Il existe diverses raisons pour lesquelles les patients atteints de TDM ne répondent pas pleinement à la psychothérapie. L’une des raisons peut être que les interventions susmentionnées ne visent pas une caractérisation clinique particulière des patients atteints de TDM, comme les expositions environnementales précoces et/ou récentes (7). Les expériences de vie pénibles des patients atteints de TDM peuvent ne pas être traitées efficacement lors des interventions mentionnées ci-dessus, ce qui conduit à des résultats de traitement insatisfaisants. 

 

La désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR) découlent d’une découverte accidentelle de la psychologue nord-américaine Francine Shapiro en 1989 : elle a découvert que les mouvements oculaires saccadés spontanés pouvaient comme par magie réduire la détresse provoquée par ses souvenirs troublants (8). De nos jours, les mouvements oculaires saccadés se sont développés en une psychothérapie standardisée, contenant l’histoire du patient, la préparation, l’évaluation, la désensibilisation, l’installation, le scanner corporel, la clôture et la réévaluation. Selon le modèle de traitement adaptatif de l’information (TAI), l’expérience traumatique qui ne peut pas être entièrement traitée sera stockée dans le réseau de mémoire des individus dans un état figé (9). De telles mémoires stockées dysfonctionnelles augmenteront le risque de souffrir de troubles mentaux (10, 11). En effectuant des mouvements oculaires lors du rappel de souvenirs négatifs, le retraitement de l’expérience négative est facilité, ce qui conduit à un soulagement de la souffrance.

 

L’EMDR a d’abord été utilisé dans le traitement du trouble de stress post-traumatique (TSPT). Deux études en 1989 ont démontré que les mouvements oculaires saccadés pouvaient réduire la fréquence des souvenirs traumatiques et des symptômes du TSPT (8, 12). Au cours des 30 dernières années, l’EMDR a été considéré comme le traitement de première intention du TSPT. Récemment, des études ont révélé que l’EMDR peut également être utilisé dans le traitement des troubles mentaux étroitement associés à des expériences de vie pénibles (13, 14). Il est bien connu que les traumatismes de l’enfance et les événements stressants de la vie sont couramment présents chez les patients atteints de TDM. Selon une enquête, environ 55% des patients atteints de TDM ont signalé au moins un type de traumatisme infantile (15). En outre, les événements stressants de la vie sont définis comme un facteur de risque vital dans le développement et le maintien du TDM (16, 17). La présence d’expériences de vie pénibles chez les personnes atteintes de TDM peut même prolonger l’évolution de la maladie (18). À la lumière de la relation étroite entre le TDM et les événements indésirables, les chercheurs ont commencé à appliquer l’EMDR dans le traitement du TDM (19-26).

 

Bien qu’il y ait eu des revues sur l’efficacité de l’EMDR pour le TDM et les troubles affectifs (13, 27-29), ces revues n’ont pas mis en œuvre de critères d’inclusion stricts, et certaines des études incluses étaient des essais non contrôlés, ce qui peut nuire à la persuasion de la recherche. résultats. En outre, certaines revues comprenaient des études portant à la fois sur des adultes et des adolescents atteints de TDM. L’hétérogénéité des sujets d’étude peut réduire la fiabilité des résultats de la revue. Par conséquent, le but de cette étude est de mener une méta-analyse basée sur des critères d’inclusion épuisés et de déterminer davantage l’efficacité de l’EMDR dans le traitement des adultes atteints de TDM en se basant uniquement sur des ECR.

 

Résultats

 

(…)

 

Caractéristiques de l’étude 

Huit études publiées de 2001 à 2020 ont été incluses dans notre méta-analyse, comprenant 320 participants atteints de trouble dépressif (groupe expérimental n = 159, groupe témoin n = 161). L’échantillon était âgé de 18 à 60 ans avec une moyenne d’âge allant de 29,38 à 52,85. Parmi ces études, quatre études (20, 21, 25, 26) comparaient l’EMDR plus la co-intervention à la co-intervention (ADM, TCC et thérapie psychodynamique, respectivement). Une étude a comparé l’EMDR à la liste d’attente (19). Les autres études comparaient l’EMDR à la TCC (y compris la TCC de groupe) (22–24). Sur la base de la conception des comparateurs, nous avons divisé les essais en deux comparaisons : (1) EMDR vs « pas d’intervention » (y compris la liste d’attente et la co-intervention, avec une co-intervention livrée à la fois dans les groupes expérimentaux et témoins) ; (2) EMDR vs TCC. Dans presque toutes les études, il y avait un pourcentage élevé de participantes (tableau 1). 

 

Discussion 

 

Huit essais contrôlés randomisés ont été inclus dans cette méta-analyse de l’efficacité de l’EMDR chez les adultes atteints de TDM. Tout d’abord, nous avons effectué une comparaison entre l’EMDR et le « pas d’intervention ». Notre étude a révélé que l’EMDR était plus efficace pour réduire les symptômes dépressifs que « pas d’intervention ». Deuxièmement, nous avons comparé l’EMDR à la TCC. Les résultats primaires et exploratoires ont montré que l’EMDR a surpassé la TCC dans la réduction des symptômes dépressifs et l’amélioration de la rémission. L’analyse en sous-groupe a montré qu’il n’y avait pas de différences significatives entre les sessions ≤ 6 et les sessions > 6.

 

Les résultats de notre étude ont démontré que l’EMDR était supérieur à « aucune intervention » pour réduire les symptômes dépressifs. En outre, trois études ont révélé que l’EMDR surclassait le groupe témoin de co-intervention dans l’amélioration de la rémission, mais les différences entre l’EMDR et le groupe témoin de co-intervention n’ont pas atteint la signification statistique. Actuellement, l’EMDR est utilisé pour traiter les souvenirs aversifs et les sentiments et la cognition négatifs associés. Parmi les études incluses dans cette méta-analyse, environ la moitié des participants au TDM ont déclaré avoir souffert d’expositions environnementales précoces ou récentes (19, 21, 23, 26). Cela peut impliquer que l’EMDR peut être utilisé pour traiter cette cohorte. 

 

La discussion sur le mécanisme du traitement EMDR existe depuis longtemps. Le compte de mémoire de travail est l’un des comptes utilisés pour expliquer le rôle des mouvements oculaires dans le traitement EMDR. Il postule que chaque fois que les patients se souviennent d’événements passés, ils consommeront en même temps les ressources de traitement de la mémoire de travail. Lors de l’exécution de mouvements oculaires lors du rappel de souvenirs négatifs, les ressources de traitement sont utilisées (39, 40). En occupant les ressources de traitement attendues des souvenirs aversifs, les mouvements oculaires atténuent la vivacité et l’émotivité de ces souvenirs négatifs. Parce que ces souvenirs sont apparus sous une forme affaiblie, les patients découvriront que les souvenirs ne sont pas aussi horribles qu’ils le pensaient, ce qui signifie que l’impact négatif des événements passés a également diminué en conséquence (41).

 

Nos résultats suggèrent que l’EMDR était plus efficace que la TCC dans le traitement des symptômes dépressifs et l’amélioration de la rémission. À notre connaissance, il s’agit de la première méta-analyse comparant l’efficacité de l’EMDR et de la TCC dans le traitement du TDM en termes de réduction des symptômes et de rémission. La cible thérapeutique de l’EMDR est de perturber les souvenirs. Malgré le fait que la TCC considère également l’impact des souvenirs perturbateurs, elle souligne l’importance du changement des croyances dysfonctionnelles (42). Différentes cibles de traitement de ces deux thérapies psychologiques peuvent indiquer qu’elles sont applicables dans différentes populations cliniques spécifiques. Dans les essais comparant l’EMDR à la TCC dans notre étude, presque tous les participants ont rapporté une expérience stressante ou traumatisante, ce qui implique qu’ils peuvent bénéficier davantage d’une psychothérapie centrée sur les traumatismes comme l’EMDR. Une telle psychothérapie peut traiter efficacement l’influence d’événements passés négatifs, ce qui est un facteur vital dans le maintien des symptômes actuels. Bien que l’EMDR et la TF-CBT appartiennent tous deux à une psychothérapie centrée sur les traumatismes, l’un des essais inclus a rapporté un avantage pour l’EMDR par rapport à un autre (23). L’explication possible peut être le devoir, qui est une composante essentielle de la TCC (43, 44). Par rapport aux patients atteints de TDM sans expérience traumatisante, ceux qui ont subi des événements indésirables ont tendance à signaler des symptômes plus graves (18), ce qui peut réduire leur motivation à terminer leurs devoirs. Le faible respect de l’achèvement des devoirs peut ralentir le temps d’apparition de la TF-CBT. En revanche, l’efficacité et le temps d’apparition de l’EMDR ne dépendent pas des devoirs à la maison (9). Une telle caractéristique peut indiquer que même si les patients ne terminent pas leurs devoirs, le temps requis pour que l’EMDR prenne effet ne sera pas grandement affecté. Par conséquent, l’EMDR peut fonctionner plus rapidement que la TF-CBT pour les patients atteints de TDM dans un temps donné, en particulier pour ceux qui présentent des symptômes graves.

 

Nous avons également mené une analyse de sous-groupe pour étudier l’effet de l’EMDR en fonction du nombre de séances de thérapie. Cependant, nous n’avons pas trouvé de différence significative. La constatation du nombre de séances de thérapie était cohérente avec les constatations chez les patients atteints d’autres troubles mentaux (14, 45, 46). Le nombre minimal de séances de thérapie dans notre étude était d’une séance (22), tandis que le nombre maximal était de 24, ciblant les patients souffrant de dépression résistante au traitement (23). Notre résultat peut impliquer que l’efficacité de l’EMDR ne sera pas limitée par les séances de thérapie car seule la partie la plus pénible de l’incident, plutôt que l’ensemble de l’événement traumatique, sera incluse comme cible de traitement pendant le traitement de l’EMDR (8, 9) . L’impact de la partie la plus pénible est efficacement traité dans un court laps de temps. Ainsi, une telle thérapie ciblée permet de soulager les symptômes des patients même en une seule séance. Néanmoins, pour les personnes présentant des symptômes sévères, davantage de séances de traitement sont encore nécessaires. 

 

Les résultats susmentionnés sont cohérents avec la méta-analyse publiée précédemment (27) et confirment davantage l’efficacité de l’EMDR sur les patients adultes MDD. Cependant, il existe également plusieurs différences entre la présente méta-analyse et celle publiée précédemment. La présente méta-analyse n’incluait que des ECR et appliquait des critères d’inclusion stricts. Un ECR et des critères d’inclusion stricts peuvent fournir des preuves plausibles et solides de l’efficacité de l’EMDR. De plus, la présente méta-analyse s’est concentrée uniquement sur la cohorte adulte. La grande homogénéité des sujets d’étude rend nos résultats plus fiables et contribue à promouvoir l’utilisation de l’EDMR chez les adultes atteints de TDM. Dernier point mais non le moindre, outre les études menées dans les pays occidentaux, la présente étude a également inclus des études menées en Chine, ce qui indique que l’efficacité de l’EMDR peut ne pas être influencée par le contexte culturel des patients.

 

Il y a plusieurs limites à cette méta-analyse. Premièrement, le nombre d’essais inclus dans cette méta-analyse était faible et les essais ont été classés comme présentant un risque élevé de biais. Il est recommandé de mener de grands ECR bien conçus pour estimer l’efficacité de l’EMDR à l’avenir. Deuxièmement, nous ne disposions pas de suffisamment de données pour effectuer des analyses en sous-groupes des symptômes d’anxiété et du niveau de fonctionnement. Seules trois pistes ont rapporté l’amélioration des symptômes d’anxiété, et une piste a fourni des informations sur le niveau de fonctionnement. Les symptômes anxieux et fonctionnels résiduels jouent également un rôle important dans le rétablissement des patients adultes atteints de TDM. De futures études sont recommandées pour inclure les symptômes d’anxiété et le niveau de fonctionnement comme critères de jugement secondaires dans l’investigation de l’efficacité de l’EMDR chez les patients adultes MDD. Troisièmement, la définition et la mesure de la rémission dans nos études étaient diverses, ce qui peut limiter la comparabilité des résultats concernant la rémission évalués dans d’autres études. Un entretien semi-structuré standardisé mené par des cliniciens pour identifier une rémission est nécessaire dans les études futures.

 

Conclusion 

 

En général, nonobstant les limites de cette méta-analyse, notre étude a confirmé l’efficacité de l’EMDR dans le traitement des adultes atteints de TDM. Nous avons effectué deux comparaisons : (1) EMDR vs « pas d’intervention » et (2) EMDR vs. CBT. Nos résultats suggèrent que l’EMDR était plus efficace pour réduire les symptômes dépressifs par rapport à « aucune intervention » et à la TCC. Étant donné que la plupart des patients adultes atteints de TDM ont souffert d’expériences indésirables, ces résultats peuvent impliquer que l’EMDR a le potentiel d’être un traitement fondé sur des preuves pour les adultes souffrant de dépression, en particulier ceux ayant des événements de vie négatifs. Cependant, ces résultats doivent être considérés avec prudence en raison de la petite taille de l’échantillon et des défauts méthodologiques. D’autres études avec une conception de haute qualité et de grands échantillons sont nécessaires pour explorer l’efficacité de l’EMDR dans le traitement des adultes atteints de TDM et ses effets à long terme. En outre, il est également recommandé d’inclure les symptômes d’anxiété et le niveau de fonctionnement en tant que résultats secondaires dans l’investigation de l’efficacité de l’EMDR à l’avenir. 

 

 

Lire l’article L’efficacité de l’EMDR chez les adultes atteints d’un trouble dépressif majeur : une méta-analyse d’essais contrôlés randomisés complet en ligne

 

En savoir plus 

 

Références de l’article L’efficacité de l’EMDR chez les adultes atteints d’un trouble dépressif majeur : une méta-analyse d’essais contrôlés randomisés :

  • auteurs : Yan, S., Shan, Y., Zhong, S., Miao, H., Luo, Y., Ran, H., & Jia, Y.
  • titre en anglais : The Effectiveness of Eye Movement Desensitization and Reprocessing Toward Adults with Major Depressive Disorder: A Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials
  • publié dans : Front Psychiatry, 12, 700458
  • doi : 10.3389/fpsyt.2021.700458

 

Formation(s) : L’EMDR dans le traitement de la dépression

Dossier(s) : Dossier EMDR et dépression