L'efficacité de l'EMDR pour réduire l'anxiété chez les étudiantes universitaires souffrant de dysménorrhée primaire

L’efficacité de l’EMDR pour réduire l’anxiété chez les étudiantes universitaires souffrant de dysménorrhée primaire

L’efficacité de l’EMDR pour réduire l’anxiété chez les étudiantes universitaires souffrant de dysménorrhée primaire, un article de Valedi, S., MoradiBaglooei, M., Ranjbaran, M. et al., publié dans BMC Psychol

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Résumé 

Contexte

 

Les expériences désagréables de la dysménorrhée peuvent entraîner une augmentation de l’anxiété. L’anxiété associée à la dysménorrhée est une anxiété liée à la douleur qui peut réduire l’efficacité des médicaments et augmenter la perception de la douleur. La présente étude a évalué l’efficacité de la désensibilisation et du retraitement par les mouvements oculaires (EMDR) pour réduire l’anxiété chez les étudiantes universitaires souffrant de dysménorrhée primaire.

 

Méthodes

 

Dans cet essai contrôlé randomisé, 88 étudiantes universitaires ont été recrutées d’avril 2019 à février 2020. Les participantes admissibles ont été sélectionnées par échantillonnage de convenance et ont été réparties dans les groupes d’étude (44 personnes dans le groupe d’intervention et le groupe de comparaison) en utilisant une randomisation en bloc équilibrée. L’échantillon final comprenait 78 participants qui ont terminé l’étude (39 individus dans chaque groupe).

 

Les données ont été recueillies à l’aide de l’inventaire d’anxiété d’état et de trait de Spielberger, de l’échelle des unités de détresse subjective et de l’échelle de validité de la cognition avant l’intervention et au moment de la première période menstruelle après la fin de l’intervention.

 

Le groupe d’intervention a reçu l’EMDR lors de deux séances d’intervention individuelles qui ont duré environ une heure.

 

L’analyse des données a été réalisée en utilisant l’analyse de la variance avec la méthode de contrôle de la covariance à un niveau de signification de 0,05.

 

Résultats

 

Les résultats de l’étude ont montré que l’EMDR n’avait pas d’effet statistiquement significatif sur l’état d’anxiété des patientes souffrant de dysménorrhée (p > 0,05). Sur la base de la taille de l’effet d de Cohen de 0,06 pour l’anxiété d’état, -0,01 pour l’anxiété de trait, et de l’éta carré partiel inférieur à 0,059 pour les modèles non corrigés et corrigés, l’intervention était dans les limites d’un effet trivial.

 

Conclusion

 

L’intervention EMDR n’a pas eu d’effet statistiquement et cliniquement significatif sur l’anxiété Etat-Trait des patientes souffrant de dysménorrhée. Par conséquent, l’efficacité de l’EMDR dans le traitement de l’anxiété liée à la dysménorrhée reste peu concluante.

 

Enregistrement de l’essai IRCT20180823040851N2 le 2019-02-09.

 

Lire l’article complet en ligne : L’efficacité de l’EMDR pour réduire l’anxiété chez les étudiantes universitaires souffrant de dysménorrhée primaire 

 

En savoir plus 

Références de l’article L’efficacité de l’EMDR pour réduire l’anxiété chez les étudiantes universitaires souffrant de dysménorrhée primaire :

  • auteurs : Valedi, S., MoradiBaglooei, M., Ranjbaran, M. et al.
  • titre en anglais : The efficacy of eye movement desensitization and reprocessing in reducing anxiety among female university students with primary dysmenorrhea
  • publié dans : BMC Psychol10, 50 (2022)
  • doi :doi.org/10.1186/s40359-022-00757-0

Aller plus loin

 

Formation(s) : Prise en charge de la douleur et des maladies chroniques avec la thérapie EMDR

 

Dossier(s) : EMDR et maladies physiques – somatisation