Les conséquences psychiatriques du Covid-19 sont devant nous et pour longtemps

Un article Les conséquences psychiatriques du Covid-19 sont devant nous et pour longtemps publié par le journal du dimanche

Extraits : 

INTERVIEW – Directrice des départements universitaires de psychiatrie des hôpitaux Henri-Mondor à Créteil (Val-Marne) et responsable de la fondation FondaMental, la psychiatre Marion Leboyer alerte sur les conséquences qu’une deuxième vague épidémique pourrait avoir sur l’état de la santé mentale.

Le constat ne souffre pas la nuance : pour Marion Leboyer, directrice des départements universitaires de psychiatrie des hôpitaux Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne), « les conséquences psychiatriques du Covid-19 seront très lourdes ; elles sont devant nous et pour longtemps ». Ces effets ne concernent pas seulement les personnes infectées mais aussi celles exposées au stress ou à des difficultés financières. La peur de la maladie, la crainte de contaminer ses proches et l’isolement ont fait augmenter les cas de stress post-traumatique. Parmi les chercheurs, il est largement admis, désormais, que l’inflammation liée au virus fait le lit de pathologies psychiatriques (dépression, troubles anxieux). 

Le pire est-il derrière nous?

Non. Les conséquences psychiatriques du Covid-19 seront très lourdes. Elles sont devant nous et pour longtemps. Ces effets ne concernent pas seulement les personnes infectées mais aussi celles qui ont été exposées au stress ou auront à faire face à des difficultés financières. On sait que ces situations augmentent le risque de dépression ou de troubles anxieux. Cela a déjà été observé pendant la crise économique en 2008. Pour les malades eux-mêmes s’y ajoutent la peur de la maladie, la crainte d’exposer ses proches, l’isolement social, qui sont aussi traumatisants. On constate chez ces patients une hausse du stress post-traumatique.

Parce que le lien entre coronavirus et maladie mentale est établi?

Oui. Il est désormais très largement admis que l’inflammation en général fait le lit de pathologies psychiatriques. Concernant plus spécifiquement le Covid-19, on sait que le virus a un tropisme pour le cerveau et qu’il déclenche une tempête inflammatoire « cytokinique » dont les conséquences peuvent être pulmonaires, cardiologiques mais aussi neuropsychiatriques. L’augmentation des troubles de l’humeur ou des troubles anxieux post-infection par les maladies à coronavirus a été observée lors des précédentes pandémies en Chine, aux USA ou en Europe.

lire la suite de l’article Les conséquences psychiatriques du Covid-19 sont devant nous et pour longtemps en ligne

En savoir plus 

Dossier Situation exceptionnelle : boîte à outil du thérapeute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *