L’impact du confinement sur la santé mentale, l’importance des signaux faibles et des indicateurs fins

Un article L’impact du confinement sur la santé mentale, l’importance des signaux faibles et des indicateurs fins. Résultats préliminaires de l’enquête Covadapt, de Delphine Traber, Marie Jauffret-Roustide, Jérémy Roumian, Margot Morgiève, Natacha Vellut, Xavier Briffault, Christian Clot, publié dans l’information psychiatrique

Article publié en français – disponible en ligne sur le site de l’éditeur – accès payant

Résumé

La pandémie du SARS-CoV-2 a plongé la France dans 8 semaines de confinement généralisé. Cette situation a et aura un impact sur la santé psychologique de la population générale.
Le but de cet article est d’étudier l’impact au-delà des aspects psychopathologiques, sur l’équilibre global du fonctionnement des individus.
Durant le confinement, nous avons mesuré des indicateurs directs de la détresse psychologique et des indicateurs plus faibles et fins.
Sur plus de 6545 répondants, 22 % semblent impactés lorsque la mesure directe concerne les états psychologiques, contre 39 % lorsque la mesure concerne des indicateurs fins.
Au-delà de la détresse psychologique, différents aspects moins visibles ne doivent pas être négligés ; ils touchent plus d’individus et sont liés à la soudaineté et la simultanéité de nombreux changements de la vie quotidienne.
Ces éléments sont sources de vulnérabilité à long terme et questionnent la capacité à gérer d’autres mesures sanitaires.

lire l’article L’impact du confinement sur la santé mentale, l’importance des signaux faibles et des indicateurs fins. Résultats préliminaires de l’enquête Covadapt en ligne

En savoir plus

Références de l’article L’impact du confinement sur la santé mentale, l’importance des signaux faibles et des indicateurs fins. Résultats préliminaires de l’enquête Covadapt :

  • auteurs : Delphine Traber, Marie Jauffret-Roustide, Jérémy Roumian, Margot Morgiève, Natacha Vellut, Xavier Briffault, Christian Clot
  • publié dans : L’information psychiatrique 2020/8-9 (Volume 96), pages 632 à 638
  •  doi :10.1684/ipe.2020.2164

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *