L’impact psychologique de la quarantaine et comment la réduire : examen rapide des preuves

Un article « L’impact psychologique de la quarantaine et comment la réduire : examen rapide des preuves », publié par une équipe de chercheurs britanniques du King’s College, dans le Lancet. 

Selon les auteurs, le placement en quarantaine, une situation actuellement courante en raison de l’épidémie de COVID-19, pourrait avoir des conséquences à long terme sur la santé mentale.

L’équipe londonienne s’est appuyée sur 24 études consacrées aux effets psychologiques de la quarantaine et réalisées dans dix pays lors de précédentes épidémies (Severe acute respiratory syndrome (SARS), Ebola, H1N1, coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et grippe équine).

Les résultats montrent que la quarantaine peut causer de nombreuses séquelles, notamment les symptômes de stress post-traumatique, la dépression, la confusion, la peur, l’énervement et l’abus de substances médicamenteuses.

L’équipe ajoute que certaines de ces répercussions (et plus particulièrement le symptôme de stress post-traumatique) peuvent perdurer. Les personnes travaillant dans le milieu de la santé, ainsi que celles souffrant de troubles psychiatriques seraient particulièrement vulnérables face à elles.

Samantha Brooks, l’auteure principale de l’étude, commente : « Se voir placé en quarantaine est une expérience d’isolation souvent terrifiante. Notre étude en montre les conséquences psychologiques. Le fait que celles-ci demeurent détectables plusieurs mois, voire des années plus tard, malgré le petit nombre d’études, s’avère particulièrement alarmant. Cela indique que des mesures sont nécessaires. Les professionnels de la santé doivent bénéficier d’une attention particulière de la part de leurs supérieurs et de leurs collègues. Les personnes qui témoignent d’une santé mentale fragile doivent bénéficier d’un soutien renforcé pendant leur placement en quarantaine”.

Article disponible en ligne, en anglais 

Résumé 

L’épidémie de coronavirus de décembre 2019 a vu de nombreux pays demander aux personnes qui ont potentiellement été en contact avec l’infection de s’isoler à la maison ou dans une installation de quarantaine dédiée. 

Les décisions sur la manière d’appliquer la quarantaine doivent être basées sur les meilleures preuves disponibles. 

Nous avons effectué un examen de l’impact psychologique de la quarantaine à l’aide de trois bases de données électroniques. 

Sur 3166 articles trouvés, 24 sont inclus dans cette revue. 

La plupart des études examinées ont signalé des effets psychologiques négatifs, notamment des symptômes de stress post-traumatique, de la confusion et de la colère. 

Les facteurs de stress comprenaient une durée de quarantaine plus longue, des craintes d’infection, de la frustration, de l’ennui, des fournitures inadéquates, des informations inadéquates, des pertes financières et de la stigmatisation. 

Certains chercheurs ont suggéré des effets durables. 

Dans les situations où la mise en quarantaine est jugée nécessaire, les fonctionnaires devraient mettre les personnes en quarantaine pour une durée n’excédant pas celle requise, fournir une justification claire de la mise en quarantaine et des informations sur les protocoles, et s’assurer que des fournitures suffisantes sont fournies. 

Les appels à l’altruisme en rappelant au public les avantages de la quarantaine pour la société en général peuvent être favorables.

Les stresseurs 

Les auteurs de cette recherche mettent en avant plusieurs stresseurs. 

Pendant la quarantaine, les principaux stresseurs sont : 

  • la durée de la quarantaine : en examinant de près les facteurs qui ont joué un rôle majeur dans le niveau de détresse psychologique subi chez les personnes concernées, les chercheurs ont constaté que plus la période de mise en quarantaine est longue, plus celle-ci est associée à une mauvaise santé mentale : le délai à ne pas dépasser serait de 10 jours.
  • la peur d’être infecté(e)s,
  • la frustration et l’ennui,
  • le manque de fournitures de base (nourriture, eau, vêtements)
  • l’information inadéquate : les personnes concernées doivent avoir accès à des informations actualisées et précises. « Les personnes mises en quarantaine éprouvent déjà un niveau élevé de peur d’être infecté et d’avoir la possibilité d’infecter d’autres personnes. Elles sont souvent sujettes à des interprétations catastrophiques des événements, une absence d’informations peut exacerber cette situation », estiment les chercheurs.

A l’issue de la quarantaine, il s’agit de gérer

  • les problèmes financiers, et la perte financière provoquée par l’incapacité de travailler
  • et la stigmatisation liée à la maladie

Que peut-on faire pour atténuer les conséquences de la quarantaine ? 

Les auteurs citent notamment : limiter la durée de la quarantaine, informer et donner autant d’informations que possible aux personnes mises en quarantaine, s’assurer que chacun dispose de suffisamment de produits de première nécessité et si besoin les fournir aux personnes en quarantaine, réduire l’ennui, améliorer la communication,  maintenir un lien avec l’extérieur. 

Conclusion 

Dans l’ensemble, cette revue suggère que l’impact psychologique de la quarantaine est vaste, substantiel et peut durer longtemps. Cela ne signifie pas que la quarantaine ne doit pas être utilisée; les effets psychologiques de la non-mise en quarantaine et de la propagation de la maladie pourraient être pires (…).

Cependant, priver les gens de leur liberté pour le bien public au sens large est souvent litigieux et doit être traité avec soin. Si la quarantaine est essentielle, nos résultats suggèrent que les autorités devraient prendre toutes les mesures pour garantir que cette expérience soit aussi tolérable que possible pour les personnes. Cela peut être réalisé en informant les personnes mises en quarantaine sur ce qui se passe et pourquoi, en expliquant combien de temps cela va continuer, en leur fournissant des activités significatives à faire pendant la mise en quarantaine, en fournissant une communication claire, en assurant des fournitures de base (comme de la nourriture, de l’eau et des fournitures médicales) sont disponibles et en renforçant le sentiment d’altruisme que les gens devraient, à juste titre, ressentir. 

Les responsables de la santé chargés de mettre en œuvre la quarantaine, qui, par définition, ont un emploi et généralement une sécurité d’emploi raisonnable, doivent également se rappeler que tout le monde n’est pas dans la même situation. 

Si l’expérience de la quarantaine est négative, les résultats de cet examen suggèrent qu’il peut y avoir des conséquences à long terme qui affectent non seulement les personnes mises en quarantaine mais aussi le système de santé qui a administré la quarantaine et les politiciens et les responsables de la santé publique qui l’ont mandatée.

Lire l’article L’impact psychologique de la quarantaine et comment la réduire: examen rapide des preuves, en anglais, en ligne

En savoir plus : 

Références de l’article « L’impact psychologique de la quarantaine et comment la réduire : examen rapide des preuves » : 

  • Auteurs : Samantha K Brooks, Rebecca K Webster, Louise E Smith, Lisa Woodland, Simon Wessely, Neil Greenberg, et al.    
  • Publié le 26 février 2020 
  • Titre en anglais : The psychological impact of quarantine and how to reduce it: rapid review of the evidence
  • Editeur : Lancet
  • DOI:https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30460-8

Dossier Situation exceptionnelle : boîte à outil du thérapeute

2 réflexions sur « L’impact psychologique de la quarantaine et comment la réduire : examen rapide des preuves »

  1. M.Babec

    Bonjour,

    Considérant les restrictions appliqués a la pandémie de Covid-19,
    les supervisions realiser pour les stagiaires Emdr au sein de votre institut sont elles maintenu pour les prochains mois ?

    Répondre
    1. Françoise Auteur de l’article

      Bonjour
      Oui nous maintenons les supervisions à distance avec le système Zoom.
      Beau week end
      Françoise

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *