Livre – Manuel d’EMDR, Francine Shapiro

manuel-emdr-shapiroManuel d’EMDR (Intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires). Principes, protocoles, procédures, de Francine Shapiro

Conçue par Francine Shapiro en 1987, la méthode EMDR est passée en vingt ans du statut de curiosité – qui pouvait penser que faire bouger les yeux permettrait de guérir les traumas – à celui de méthode unanimement reconnue comme efficace dans le traitement de l’état de stress post-traumatique.
Dans ce livre, enfin disponible en langue française, Francine Shapiro explique avec une clarté remarquable les bases de sa découverte fondamentale : il est possible de stimuler le processus de retraitement des souvenirs dysfonctionnels en mobilisant l’attention par des mécanismes physiques et en accompagnant les associations spontanées qui en découlent dans la mémoire.
Véritable manuel pratique, cet ouvrage offre à tous les cliniciens : psychiatres, psychologues, psychothérapeutes l’intégralité d’une découverte amenée à transformer durablement le champ des psychothérapies.
« Francine Shapiro a élaboré, sous la forme d’un protocole précis et détaillé, une nouvelle forme de psychothérapie qui bouleverse tout ce que nous pensions savoir sur les traitements psychologiques. Le livre que vous avez dans la main est la pièce maîtresse de ce succès. » David SERVAN-SCHREIBER

Francine Shapiro a fondé et développé la méthode EMDR. Chercheur senior, membre du Mental Research Institute de Paolo Alto et auteur de nombreux articles, elle a reçu le prix international Sigmund Freud de la ville de Vienne.

  • Collection: Développement personnel et accompagnement
  • Editeur : InterEditions
  • Publication : 30 mai 2007
  • Nombre de pages : 592 pages
  • Format : 155×240 mm
  • EAN13 : 9782100501366
  • ISBN-10: 2100501364
  • ISBN-13: 978-2100501366
  • acheter ce livre

Extrait du livre :
TRAITEMENT ADAPTATIF DE L’INFORMATION
Le modèle comme hypothèse de travail

Quand les lois mathématiques se réfèrent à la réalité, elles ne sont pas certaines ; quand elles sont certaines, elles ne se réfèrent pas à la réalité.

Albert Einstein

COMME JE L’AI ÉCRIT au chapitre 1, l’EMDR est fondée sur mon observation empirique de l’effet des mouvements oculaires sur le traitement cognitivo-émotionnel. J’ai développé les étapes de la procédure de base à force d’essais et d’erreurs, en tenant compte des résultats cliniques. Les rapides effets observables m’ont permis de définir différents modèles de réponse clinique et m’ont naturellement conduite à formuler des théories variées pour essayer de les expliquer. En affinant ces principes théoriques j’ai pu prévoir et tester de nouvelles applications des procédures, qui à leur tour ont modelé le développement en cours de la méthode. Bien que nous ne soyons pas sûrs que les théories résultantes soient vraiment représentatives de la réalité physiologique, elles sont cohérentes avec les observations et permettent de guider des décisions cliniques par l’application logique des principes essentiels. De plus, beaucoup percevront le modèle comme un changement de paradigme pour comprendre la nature de l’évolution thérapeutique.
Dans ce chapitre, je décrirai le traitement de l’information accélérée qui permet d’expliquer comment la thérapie EMDR fonctionne. Tout d’abord, je dirai comment l’EMDR s’intègre au modèle de Traitement adaptatif de l’information (qui remplace le modèle de Traitement accéléré de l’information; Shapiro, 1995) et ensuite je montrerai comment il peut être utilisé pour accéder au matériel emmagasiné de manière dysfonctionnelle dans le cerveau et avoir un effet sur lui. Une transcription d’une séance réelle d’un patient éclairera certains aspects importants de cet exposé. J’examinerai aussi la nature de la psychopathologie, une variété d’applications cliniques, et le caractère intégratif de l’approche EMDR.
Bien que ce chapitre soit une présentation détaillée du modèle actuel qui guide l’utilisation de l’EMDR, je tiens à faire comprendre que ce modèle est proposé seulement comme une hypothèse de travail et peut être modifié à partir d’observations cliniques ou de laboratoires ultérieures. Il faut noter que bien qu’il s’applique à la pratique clinique, il utilise la terminologie du traitement neurophysiologique de l’information introduite par Bower (1981) et Lang (1979). De plus, j’utilise des concepts psychophysiologiques en employant le terme neurophysiologique ou réseaux neurologiques. Bien que le terme réseau de mémoire, souvent utilisé dans le texte, renvoie à un système de souvenirs associés, il s’applique aussi à la configuration neurobiologique d’un souvenir en particulier. Cette appellation intégrera l’utilisation courante du sens de l’expression réseaux neuronaux par les neuropsychologues ainsi que celui afférent aux strates additionnelles du traitement cognitif et émotionnel. Utiliser un terme qui n’a pas de réfèrent neurophysiologique précis est particulièrement important pour souligner le fait que l’efficacité de l’EMDR n’est pas fondée sur la validité du modèle physiologique présenté. C’est pertinent puisque nous savons que la physiologie du cerveau n’est pas encore suffisamment comprise pour confirmer la validité de ce modèle à ce niveau. Cependant, le modèle ne doit pas apparaître en contradiction avec ce qui est reconnu comme vrai, être congruent avec l’observation des effets de l’EMDR, et servir de carte routière clinique pour le traitement d’un large éventail de pathologies. Jusqu’à présent le modèle s’est avéré explicatif et hautement prédictif de la réponse thérapeutique dans de nouveaux champs d’application.