Prédire les résultats dans un programme de traitement intensif ambulatoire du TSPT en utilisant des mesures quotidiennes

Prédire les résultats dans un programme de traitement intensif ambulatoire du TSPT en utilisant des mesures quotidiennes

Prédire les résultats dans un programme de traitement intensif ambulatoire du TSPT en utilisant des mesures quotidiennes, un article de Alting van Geusau, V. V. P., Mulder, J. D., & Matthijssen, S. J. M. A., publié dans le Journal of Clinical Medicine

Article publié en anglais – accès libre en ligne

Résumé

Il est utile d’étudier les facteurs qui pourraient prédire les résultats du traitement du TSPT.

 

L’étude actuelle vise à étudier la relation entre les symptômes du TSPT mesurés quotidiennement pendant un programme de traitement intensif de six jours et les résultats globaux après le traitement.

 

Le programme de traitement combine la désensibilisation par mouvements oculaires avec retraitement et l’exposition prolongée, ainsi que l’activité physique et la psychoéducation.

 

On s’attendait à ce que, pour toute la durée du traitement, ainsi que pour la première moitié du traitement, une plus grande diminution des symptômes quotidiens du TSPT soit un facteur prédictif d’une plus grande diminution des symptômes du TSPT lors d’un suivi de quatre semaines. L

 

Les données de 109 patients souffrant de TSPT (87,2% de femmes, âge moyen = 36,9, écart-type = 11,5) ont été utilisées.

Les symptômes du TSPT ont été mesurés à l’aide du CAPS-5 et de la liste de contrôle autodéclarée du TSPT pour le DSM-5 (PCL-5). Les symptômes quotidiens du TSPT ont été mesurés à l’aide d’une version abrégée du PCL-5 (PCL à 8 items). 

 

Des modèles de courbe de croissance latente ont été utilisés pour décrire les changements dans les symptômes quotidiens du TSPT et prédire le résultat du traitement.

 

Les résultats montrent qu’une diminution plus importante des symptômes quotidiens du TSPT mesurés par le PCL à 8 items prédit un meilleur résultat du traitement (CAPS-5 et PCL-5), mais que les symptômes du TSPT d’un patient le premier jour du traitement n’a aucun effet prédictif. Les auteurs  ont également constaté qu’une diminution des symptômes du PTSD uniquement pendant la première moitié du traitement permettait de prédire les résultats du traitement.

 

Les recherches futures devraient se concentrer sur la reproduction des résultats de l’étude actuelle.

 

Introduction

 

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est un trouble lié au stress que l’on peut développer après avoir été exposé à un ou plusieurs événements traumatiques [1]. La prévalence du TSPT au cours de la vie est d’environ 7,4 à 8 % [2,3]. Selon des directives multidisciplinaires, il existe plusieurs traitements fondés sur des données probantes pour le TSPT [4,5]. Parmi ceux-ci, on trouve l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), la TF-CBT (Trauma-Focused Cognitive Behavioral Therapy), la PE (Prolonged Exposure) et la CPT (Cognitive Processing Therapy), qui ont tous un bon effet sur la réduction des symptômes du TSPT [6]. La thérapie EMDR semble être le traitement le plus rentable [7].

 

Bien qu’il existe des traitements efficaces du traumatisme, les taux d’abandon sont souvent élevés. Dans une méta-analyse [8], un taux d’abandon moyen de 18% a été trouvé parmi les traitements actifs dans les essais cliniques pour le TSPT, mais des taux d’abandon aussi élevés que 54% sont rapportés dans certaines études [9]. En outre, sur l’ensemble des patients qui terminent le traitement, 30 à 50 % présentent encore des symptômes [10]. Il y a donc beaucoup de place pour l’amélioration. Une première étape consisterait à déterminer qui est susceptible de bénéficier du traitement et qui ne l’est pas, et à voir si le succès du traitement peut déjà être prédit dans une phase précoce. Si tel est le cas, les praticiens pourraient décider d’intensifier ou de modifier le traitement au cours des premières phases, ce qui éviterait aux patients de subir un traitement dont on prédit qu’il aura peu d’effet à long terme.

 

Certaines études ont identifié des facteurs liés aux résultats des interventions psychothérapeutiques pour le TSPT, notamment la comorbidité, les dimensions cognitives, le risque de suicide et les caractéristiques du patient telles que le sexe [11,12,13]. Les résultats d’une étude portant sur les prédicteurs de l’issue du traitement et de l’abandon dans deux échantillons de patients souffrant de TSPT et traités par l’EP ont montré que des scores de symptômes du TSPT plus élevés avant le traitement étaient corrélés à des symptômes du TSPT plus importants après le traitement et lors du suivi [14]. Une autre étude a montré que des symptômes de TSPT évalués par le clinicien avant le traitement étaient associés à de meilleurs résultats thérapeutiques, tandis que des symptômes de TSPT auto-évalués plus élevés au départ étaient associés à de meilleurs résultats thérapeutiques [15]. Une étude a montré que la consommation de benzodiazépines était liée à de moins bons résultats de traitement et que la consommation d’alcool était liée à un taux d’abandon plus élevé. Cependant, les variables démographiques, la dépression, l’anxiété générale, la pathologie de la personnalité, les caractéristiques du traumatisme, les sentiments de colère, de culpabilité et de honte et les variables non spécifiques concernant la thérapie n’étaient pas liées aux résultats du traitement ou à l’abandon du traitement [14]. Le résultat selon lequel l’utilisation de benzodiazépines était liée à de plus mauvais résultats de la psychothérapie du TSPT a également été trouvé dans une méta-analyse [16]. Bien que certaines études aient identifié des facteurs liés aux résultats du traitement, d’autres ont donné des résultats contradictoires. Par conséquent, il n’y a pas beaucoup de prédicteurs clairs, convaincants et fiables avant le traitement pour les résultats du traitement, un résultat qui a également été trouvé dans d’autres études [15,17]. Mais qu’en est-il des prédicteurs pendant le traitement ? Est-il possible de prédire l’issue d’un traitement pendant les premiers stades de celui-ci ?

 

Il a été démontré que plusieurs facteurs pendant le traitement permettent de prédire l’issue du traitement. Une alliance thérapeutique solide a été associée à de meilleurs résultats dans les interventions psychothérapeutiques [18,19]. L’accoutumance entre les séances a été identifiée comme un facteur prédictif de l’issue du traitement dans les programmes de traitement de l’EP, les patients présentant une plus grande accoutumance entre les séances étant plus susceptibles de présenter de meilleurs résultats thérapeutiques [20,21]. Il a également été démontré que le changement des croyances liées au traumatisme prédit le changement ultérieur des symptômes du TSPT dans l’EP [20]. Une plus grande activation de la peur au cours de la première session d’EP, mesurée par les unités subjectives de détresse (UDS) et l’expression faciale, s’est avérée être corrélée à un meilleur résultat du traitement [22]. Un engagement émotionnel plus élevé pendant l’EP lors de la première session, tel que mesuré par les SUDs, prédit de meilleurs résultats de traitement [23]. Pour l’EMDR, il a été constaté que des scores SUD plus faibles à la fin de la première session prédisaient de meilleurs résultats de traitement [24].

 

En identifiant les prédicteurs du résultat du traitement, on pourrait faire valoir qu’il est cliniquement pertinent d’identifier la réponse au traitement à un stade précoce afin d’être en mesure d’ajuster les stratégies de traitement lorsque cela est jugé nécessaire. Dans une étude examinant les effets de l’EP sur les symptômes du TSPT chez les vétérans de la guerre en Irak, la plus grande réduction des symptômes a été constatée lors des cinq premières séances [25]. Dans une autre étude, comparant l’EMDR à une brève psychothérapie éclectique, il a également été constaté que la plus grande réduction des symptômes du TSPT a été obtenue au cours des cinq premières séances dans la condition EMDR [26]. Cependant, seuls quelques chercheurs ont étudié si la progression de la réponse précoce prédit les résultats post-traitement. Par exemple, une étude a montré que les patients souffrant de TSPT recevant une thérapie de PE ou de TCC qui ne s’étaient pas beaucoup améliorés après les huit premières séances n’étaient pas susceptibles de s’améliorer beaucoup par la suite [27]. Dans une autre étude, il a été constaté que la probabilité d’obtenir une amélioration significative des symptômes diminuait après chaque séance pour les patients recevant une TCC, ce qui indique que les patients qui présentent peu de changements au niveau des symptômes du TSPT au cours des premières étapes du traitement sont susceptibles de présenter de moins bons résultats globaux du traitement [28].

 

La présente étude vise à répondre aux preuves limitées de la réponse précoce au traitement en tant que prédicteur de la réussite du traitement. Le traitement du TSPT est généralement administré une ou deux fois par semaine pendant plusieurs mois. Comme le TSPT interfère avec le fonctionnement social et professionnel [29], il est souhaitable que les patients fassent des progrès rapides. Plusieurs programmes de traitement intensif ont été mis en place, avec de bons résultats et des taux d’abandon significativement plus faibles, inférieurs à 10 % [30]. L’étude actuelle vise à déterminer la valeur prédictive de la réponse au traitement sur le résultat du traitement dans un tel programme de traitement intensif, qui consiste en deux semaines de traitement de trois jours consécutifs chacune. Les patients reçoivent chaque jour trois heures de thérapie traumatique (PE et EMDR), une heure d’activité physique et une heure de psychoéducation. Les résultats d’une méta-analyse ont montré que l’ajout d’une activité physique aux soins habituels améliorait la santé des patients souffrant de TSPT et était efficace pour réduire les symptômes du TSPT [31]. La combinaison de l’EP, de l’EMDR, de l’activité physique et de la psychoéducation dans un programme de traitement intensif pour patients hospitalisés s’est avérée efficace pour réduire les symptômes du TSPT [32].

 

L’objectif de la présente étude est de déterminer si l’évolution de la symptomatologie du TSPT au cours du programme de traitement intensif actuel, mesurée par des auto-évaluations quotidiennes, peut prédire les résultats du traitement. On s’attend à ce qu’une diminution plus importante des symptômes du TSPT pendant le programme de traitement total soit un prédicteur d’une diminution plus importante des symptômes du TSPT après la fin du traitement. En outre, on s’attend à ce qu’une diminution plus importante des symptômes du TSPT au cours de la première moitié du programme de traitement soit également un facteur prédictif du résultat global du traitement. On s’attend à ce que les patients qui ne montrent pas une forte réduction des symptômes au cours des premières séances présentent de moins bons résultats globaux du traitement.

Lire l’article complet en ligne : Prédire les résultats dans un programme de traitement intensif ambulatoire du TSPT en utilisant des mesures quotidiennes 

 

En savoir plus

Références de l’article Prédire les résultats dans un programme de traitement intensif ambulatoire du TSPT en utilisant des mesures quotidiennes :

  • auteurs : Alting van Geusau, V. V. P., Mulder, J. D., & Matthijssen, S. J. M. A.
  • titre en anglais : Predicting Outcome in an Intensive Outpatient PTSD Treatment  Program Using Daily Measures
  • publié dans : Journal of Clinical Medicine, 10(18), 4152
  • doi :10.3390/jcm10184152