Presse – L’EMDR : un outil supplémentaire dans la trousse des psys

Article publié dans le courrier international, science&techno, canada, le 30/01/2006.

Une nouvelle technique de soin pour les personnes souffrant notamment de stress post-traumatique s’introduit peu à peu en France : l’intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), plus connue sous le sigle EMDR. La méthode mise au point par la psychologue californienne Francine Shapiro consiste à faire parler le patient du traumatisme vécu tandis qu’il suit des yeux la main du thérapeute, déclenchant ainsi des mouvements oculaires rapides comparables à ceux qui se produisent pendant les rêves. Il s’ensuit un travail d’associations qui facilite le processus d’émergence de souvenirs refoulés.

Au Québec, province fréquemment à l’avant-garde en matière de techniques thérapeutiques, le magazine en ligne PasseportSanté.net se fait l’écho d’une conférence donnée par le Dr David Servan-Schreiber*, qui a beaucoup contribué à la popularité de l’EMDR. Les praticiens du Centre hospitalier de l’université de Montréal « se montrent curieux face à cette technique ; un seul psychiatre y pratique l’EMDR pour le moment, déclare le Dr François Lespérance, professeur à la faculté de médecine de Montréal, mais il est question que d’autres soient bientôt formés. »

A l’heure actuelle, « l’EMDR est surtout pratiquée en cabinet privé par des psychologues et des psychothérapeutes certifiés, mais le milieu de la santé s’y intéresse de plus en plus », note PasseportSanté.net. « Pour la première fois, on m’a d’ailleurs demandé de l’enseigner à l’université de Pittsburgh (Pennsylvanie), qui loge pourtant l’un des départements de psychiatrie les plus conservateurs des Etats-Unis », annonce le Dr Servan-Schreiber.

Devant l’intérêt manifesté par les patients, les professionnels de la santé doivent répondre à la demande. « Depuis quelques années, signale le Dr Lespérance, les gens que nous recevons en consultation sont de mieux en mieux informés, surtout ceux qui viennent pour des troubles anxieux ou dépressifs. Ils connaissent les différentes approches thérapeutiques, leurs avantages …

Lire la suite de l’article

en savoir plus :