Presse – Soigner sa tête sans médicaments ou presque, c’est possible

Article publié par Le Point, le 24 avril 2014.

Dans son dernier livre, le Dr Patrick Lemoine, psychiatre, explique ce qui marche vraiment pour combattre autrement l’anxiété, le stress ou encore l’insomnie.

Par Anne Jeanblanc

Près de 20 % des Français âgés de 18 à 75 ans déclarent avoir pris des médicaments psychotropes au cours des douze derniers mois. Dans notre pays, trois millions de personnes sont touchées par la dépression, sous une forme plus ou moins sévère. À ces chiffres qui placent la France au premier rang en ce qui concerne la consommation de produits psychotropes en Europe, il faut ajouter les milliers d’individus qui souffrent de différentes formes de stress, parmi lesquelles le redoutable burn-out qui représente aujourd’hui une nouvelle cause d’atteinte sévère à l’intégrité psychologique et physique.

Comment s’en sortir ? Peut-on réellement se passer de médicaments ? Quelles sont les alternatives ? Autant de questions auxquelles répond le Dr Patrick Lemoine dans son dernier livre*. Psychiatre, docteur en neurosciences et spécialiste du sommeil, il présente de façon très parlante, à partir d’histoires de patients, les méthodes scientifiques validées actuellement. « Moins en vogue aujourd’hui, la psychanalyse et ses ramifications qui s’occupent du pourquoi on va mal ont laissé la place à d’autres méthodes plus ou moins oubliées sous leur règne », explique-t-il.

Revivre une situation traumatique pour mieux l’accepter

Il y a d’abord les techniques pragmatiques, qui consistent à s’occuper du comment et qui cherchent à changer le point de vue et le comportement du patient par des thérapies cognitives et comportementales. Les techniques dites cathartiques permettent de revivre sans crainte une situation traumatique afin de l’accepter ; elles font souvent appel à l’hypnose. Certaines écoles ont même réussi à allier plus de théories, comme l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing). Introduite dans notre pays par David Servan-Schreiber, elle vise à placer le sujet en état de conscience modifiée (transe) et à lui faire revivre pas à pas, d’une manière ultraprécise et réaliste, le ou les traumatismes à l’origine de ses troubles.

Lire la suite de l’article sur le site du point

en savoir plus :