Processus actifs et application clinique de la thérapie EMDR dans la pathologie douloureuse chronique

Processus actifs et application clinique de la thérapie EMDR dans la pathologie douloureuse chronique

Article Processus actifs et application clinique de la thérapie EMDR dans la pathologie douloureuse chronique de Marie-Jo Brennstuhl et Cyril Tarquinio, publié dans les actes du 54e congrès de la société française de psychologie, organisée du 3 au 5 septembre 2012.

Aspects théoriques, introduction

Bien que le 3ème plan Douleur vienne de s’achever, on ne peut que constater l’immense difficulté des professionnels de santé à proposer des prises en charge efficaces en matière de douleur chronique, alors même que la problématique concerne à ce jour 37% de la population (2). Les enjeux sont également économiques et sociaux. L’HAS en 2008 dénote que sur 1.590 patients en âge de travailler, 50.4% ne travaillent pas ou plus, 24% sont en arrêt maladie, 10% en arrêt de travail, et 10% en invalidité.

L’usage unique de médicaments dans la prise en charge des douloureux chroniques donne des résultats insatisfaisants (4). De ce fait, on constate un intérêt grandissant pour la psychologie et le spectre des nouvelles réponses psychothérapeutiques qu’elle est capable de proposer. La thérapie EMDR – Eye Movement Desensitization and Reprocessing – fait partie de ces nouvelles formes de réponses. Elaborée par Shapiro en 1987 (5), l’EMDR semble dans certains cas plus rapide et plus efficace que d’autres outils thérapeutiques (reconnu par l’HAS – Haute Autorité de Santé – et l’INSERM – Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale). Basée sur les mouvements oculaires, rappelant les mécanismes du sommeil REM – Rapid Eye Movement, cette thérapie a montré son efficacité concernant le traitement des traumatismes psychiques (notamment l’Etat de Stress Post Traumatique) (6).

Son usage dans le traitement de la douleur chronique est, de ce point de vue, novateur (1). Certains résultats cliniques obtenus par nos soins sont plus qu’encourageants, et certains travaux portant sur la douleur du membre fantôme (3) laissent entrevoir que cette approche est pleine d’espoir. Pour aller plus loin, nous voulons mettre à l’épreuve de l’expérimentation les effets de l’EMDR dans la prise en charge des douloureux chroniques.

En effet, la clinique du champ de la douleur chronique amène aujourd’hui les praticiens à envisager certaines formes de douleur comme les conséquences psychosomatiques d’un événement traumatique. L’élargissement du champ du psychotraumatisme a permis d’ouvrir la compréhension de la douleur chronique comme faisant état d’un trouble réactionnel consécutif à un événement de vie perturbant. Le traumatisme ne s’exprimerait donc pas seulement sous la forme d’un ESPT. La douleur, la somatisation par la voie de la douleur chronique en serait une expression, ce qui en soit est une justification de l’usage de l’EMDR dans la prise en charge de ces patients. Néanmoins, le protocole de base de la thérapie EMDR, pertinent dans le cadre d’un ESPT simple, nécessite des ajustements pour répondre à la problématique spécifique de cette forme de psychotraumatisme qu’est la douleur chronique.

C’est donc de cette expérience clinique à travers une dizaine de cas pris en charge, dont nous souhaitons rendre compte, afin de montrer l’intérêt clinique et les limites de cette forme de prise en charge psychothérapeutique. C’est ce travail clinique est à l’origine d’une démarche plus expérimentale destinée à comparer l’EMDR à d’autres approches comparative et dont nous présenterons quelques résultats préliminaires.

L’objectif de cette présentation est alors double. Il s’agit de :

– montrer la pertinence et l’efficience d’un protocole EMDR spécifique dans la prise en charge de la douleur chronique

– présenter les premiers résultats issus de cette recherche mettant en évidence les processus actifs relatifs à la thérapie EMDR dans le cadre de la douleur chronique

Matériel, méthode utilisée

Pendant plusieurs semaines, 10 patients souffrant de douleur chronique ont été pris en charge avec la thérapie EMDR, pendant 5 sessions incluant des stimulations bilatérales alternées. La sensation douloureuse a été évaluée grâce à l’EVA – Echelle Visuelle Analogique; la partie traumatique et émotionnelle de la douleur par la PCL-S–Posttraumatic disorder CheckList Scale; les cognitions liées à la douleur par la PBPI– Pain Beliefs and Perception Inventory; et la dimension comportementale par le Questionnaire Concis de la Douleur (version française du Brief Pain Inventory).

Principaux résultats

Nous souhai tons rendre compte des résultats cliniques de cette étude. L’utilisation de la thérapie EMDR dans le cadre de la douleur chronique montre des résultats encourageants : une diminution effective des différentes composantes de la douleur, chez tous nos sujets, en 5 séances.

Discussion, conclusion

Une réflexion clinique et théorique autour des processus actifs en lien avec l’EMDR et les différentes composantes de la douleur chronique s’accompagne de ces différents résultats. A l’issue de cette présentation il s’agira d’ouvrir la discussion et la réflexion quant à la place que peut prendre une telle approche dans le milieu hospitalier. Quels apports ? Quelles limites ? L’EMDR est-elle une psychothérapie susceptible de prévenir l’apparition de la douleur chronique? Permettrait-elle de ce fait d’éviter la pérennisation des troubles occurrents de douleur chronique, mais également des troubles comorbides et des retombées sur l’état de santé psychique et physique à long terme des patients? Autant de questions qui seront abordées dans le cadre de notre intervention.

Bibliographie

Grant, M. (2010). Pain Control With EMDR. EMDR scripted protocols special populations. New York : Springer Publishing Company.

Poleshuck E. L., Gamble S. A., Cort N., Hoffman- King D., Cerrito B., Rosario -McCabe L. A., Giles D. E. (2010). Interpersonnal Psychotherapy for Co-occuring Depression and Chronic Pain. Professional Psychology : Research and practice, 41(4). 312-318.

Schneider, J., Hofmann, A., Rost, C. & Shapiro, F. (2008). EMDR in the treatment of chronic phantom limb pain. Pain Medicine, 9(1), 76-82.

Schofferman, J. (1993). Long- term use of opioid analgesics for the treatment of chronic pain of nonmalignant origin. Journal of Pain and Symptom Management , 11. 279-288.

Shapiro, F. (2007). Manuel d’EMDR–Principes, protocoles, procédures. Paris: InterEdition.

Tarquinio, C. (2007). L’EMDR : une thérapie pour la prise en charge du traumatismepsychique. Revue francophone du stress et du Trauma, 7, 2, 107-120.

Lire cet article Processus actifs et application clinique de la thérapie EMDR dans la pathologie douloureuse chronique en ligne

en savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *