Protocole pour les traitement des phobies en EMDR - Phase 1

Protocole pour les traitement des phobies en EMDR – Phase 1

Le Protocole pour les traitement des phobies en EMDR, de Ad de Jongh, a été publié dans le livre ” Eye Movement Desensitization and Reprocessing: EMDR Scripted Protocols and Summary sheets. “, version 2015.

Quelles sont les informations qu’il est important d’obtenir pendant la phase 1 – Histoire du patient ?

Extraits :

Phase 1: Histoire du patient

Au cours de la phase 1, histoire du patient, il est important d’obtenir certains types d’informations.

  • Déterminer dans quelle mesure le client remplit les critères DSM-5 de la phobie spécifique

Identifiez le type et la gravité de la peur et dans quelle mesure le client remplit tous les critères du DSM-5 pour la phobie spécifique.

  • Identifier la situation de stimulus (stimulus conditionné, CS)

L’un des objectifs importants de l’évaluation est de rassembler des informations sur les circonstances actuelles dans lesquelles les symptômes se manifestent, sur les périodes et les situations dans lesquelles les problèmes s’aggravent ou diminuent, ainsi que sur les indices ou les réactions provoquant l’anxiété, externes et concrètes (discriminantes). Le thérapeute doit également connaître d’autres types de stimuli générateurs d’anxiété, y compris des signaux internes critiques, tels que des sensations corporelles particulières (par exemple, des palpitations), des images et des auto-déclarations négatives (par exemple, «Je ne peux pas m’en sortir»).

  • Identifier la conséquence ou la catastrophe attendue (stimulus non conditionné, UCS)

Pour comprendre la dynamique des peurs ou de la phobie du client, il est nécessaire de déterminer non seulement les aspects de l’objet ou de la situation phobique qui suscitent une réaction de peur (le CS), mais aussi ce que le client attend exactement quand il est confronté au CS. et ensuite l’UCS (pour une description plus élaborée, voir de Jongh & ten Broeke, 2007). Par exemple, un chien phobique peut croire que s’il s’approche trop près d’un chien (CS), il l’attaquera (UCS), alors qu’un phobique injecté peut croire que si elle a une prise de sang (CS), elle s’évanouira ou que l’aiguille se cassera dans le bras (UCS)

La méthode la plus couramment utilisée pour obtenir ce type d’informations consiste à demander au client une série de questions ouvertes pouvant être formulées dans le contexte de situations hypothétiques (par exemple, «Quelle est la pire chose qui puisse arriver, si vous deviez conduire une voiture? ”) ou d’épisodes d’anxiété (p. ex.,“ lors de votre récent rendez-vous chez le dentiste, que pensiez-vous qu’il pourrait se passer? ”). Si le client reste indifférent à la catastrophe (par exemple, «alors il se passera quelque chose de grave»), il est utile de répondre à des questions plus précises (par exemple, « que se passera-t-il exactement? » ou « quelles mauvaises choses voulez-vous dire? ”) Jusqu’à ce que des informations plus spécifiques soient divulguées (“ je vais m’évanouir ”,“ je vais mourir ”,“ je vais étouffer ”, etc.).

Veuillez noter que la NGC, en tant que représentation mentale de la catastrophe que craint le client, devrait faire référence à un événement qui provoque automatiquement une réaction émotionnelle négative. Il n’est pas toujours clair d’où peut provenir cette information; c’est-à-dire quand et comment la cliente a appris que sa catastrophe (évanouissements, douleur, etc.) pouvait se produire. Le thérapeute doit être conscient des événements suivants pouvant avoir jeté les bases de la peur ou de la phobie du client:

1. Un événement pénible que la cliente a déjà vécu. Par exemple, elle pourrait s’être évanouie à cause d’une injection (expérience traumatique) à un âge précoce.

2. Un événement horrible que le client a déjà vu (apprentissage par procuration). Par exemple, assister à la réaction extrêmement effrayante de la mère face à une aiguille.

3. Un événement désagréable ou choquant que le client a lu ou entendu parler de ce qui est arrivé à quelqu’un ou en apprenant autrement que les injections ou le liquide anesthésique peuvent être dangereux (informations négatives)

  • Évaluer la validité de la catastrophe

La gravité de la peur ou de la phobie du client se reflète dans la force de la relation entre le stimulus et la probabilité perçue par le patient que la conséquence négative attendue se produirait réellement. Cette relation peut simplement être indexée en utilisant une cote de validité de catastrophe (dans ce cas, la validité de catastrophe qui exprime la force de la relation entre le CS et le SCU en pourcentage compris entre 0% et 100%, à l’aide d’une formule IF-THEN. Par exemple, SI (… «Je reçois une injection», CS), ALORS (… «Je vais m’évanouir»). Une telle note pourrait être obtenue avant et après chaque séance d’EMDR. L’objectif général du traitement par EMDR Une des conditions phobiques serait alors de poursuivre le traitement jusqu’à ce que le client indique une validité de la cote de catastrophe aussi basse que possible.

  • Fournir des informations sur la peur ou la phobie si nécessaire

Si les informations adéquates sur la dangerosité de l’objet, de l’animal ou de la situation font défaut – et que le client a des croyances irrationnelles et erronées à ce sujet -, il est primordial que le praticien fournisse des informations contraires et contradictoires. Cependant, certains clients doivent être guidés au-delà de la maladresse ou du besoin initial d’une telle éducation. Par exemple, si le manque de connaissances du client sur les objets phobiques (par exemple, sur les avions et leur sécurité) est susceptible de jouer un rôle, il peut être judicieux de passer un peu de temps sur cet aspect, et de la lecture appropriée devrait être fournie le cas échéant.

  • Déterminer un objectif de traitement approprié et réalisable

Il existe une grande variété d’objectifs de traitement, allant de simples objectifs à des objectifs plus globaux ou complexes. Un exemple d’objectif limité pour un individu phobique peut être piquer un doigt, tandis qu’un objectif plus global pourrait être de subir des injections ou des prises de sang, tout en restant confiant et détendu. D’une manière générale, le traitement vise à réduire l’anxiété et les comportements d’évitement à un niveau acceptable et à apprendre à faire face. Des objectifs peuvent être formulés concernant à la fois ce que le thérapeute souhaite que le client réalise au cours d’une seule séance de traitement et ce que le client devrait être capable de faire dans des situations naturelles lorsqu’il est confronté à l’objet phobique. Il est clair que l’objectif du traitement est défini en consultation avec le client et dépendra à la fois de son niveau d’engagement et du jugement clinique du thérapeute quant à ce qui semble réaliste ou écologiquement réalisable. Cependant, les clients définissent parfois un objectif de traitement qui n’est pas à leur portée, inutilement difficile ou simplement dangereux, par exemple une personne souffrant de phobie des chiens qui se donne pour objectif d’acquérir la capacité de soigner spontanément des chiens. Un objectif plus approprié du traitement pourrait toutefois être la capacité de marcher à l’extérieur sans avoir à changer de direction en raison de l’apparence d’un chien. Le thérapeute doit être clair sur les objectifs de chaque session, mais également être prêt à s’adapter à des événements inattendus.

  • Identifier l’expérience de conditionnement

En général, en ce qui concerne la procédure, les souvenirs d’événements passés significatifs et troublants (c’est-à-dire les premières expériences auxiliaires possibles antérieures et d’autres événements pertinents ayant eu un effet aggravant sur les symptômes du client) sont utilisés pour centrer une série des procédures ultérieures de traitement EMDR (protocole de base) qui sont appliquées séparément, chacune impliquant une mémoire cible distincte.

La première cible à identifier est l’origine; c’est-à-dire que le souvenir de l’événement qui a causé (ou dans la perception du patient a nettement aggravé) la peur (par exemple, avoir été mordu par un chien en cas de phobie du chien, ou ayant subi un traitement médical ou dentaire horrible ayant conduit à: une phobie médicale).

  • Vérifier la possibilité d’une expérience antérieure (auxiliaire)

Vérifiez s’il s’agit bien du premier événement. Sinon, identifiez l’incident lorsque la peur a été ressentie pour la première fois.

  • Identifier d’autres expériences pertinentes

L’évaluation doit porter non seulement sur les expériences pertinentes pour le développement de la phobie en soi, mais également sur tous les autres événements significatifs ultérieurs qui ont contribué à la peur. Le thérapeute doit rechercher les souvenirs associés à des événements pouvant être considérés comme des «dommages collatéraux»; par exemple, se faire ridiculiser par des pairs lorsque le patient réagit avec une peur extrême face à un petit chien. Ce type d’expérience a probablement eu un effet sur l’image de soi et la confiance en soi d’une personne et doit donc aussi être pris en compte.

Résumé

Ce chapitre montre comment la thérapie EMDR peut être appliquée au traitement de peurs et de phobies spécifiques. Ces affections sont très répandues dans la population en général et se caractérisent par une peur excessive et déraisonnable liée à l’exposition à des objets ou à des situations spécifiques, ce qui tend généralement à éviter activement le contact direct avec ces stimuli.

Les clients atteints de phobies spécifiques présentent des points communs avec le SSPT en ce sens qu’ils vivent souvent des souvenirs intenses et troublants d’événements antérieurs associés au début de leurs peurs. L’activation de ces représentations mentales joue un rôle important non seulement dans la symptomatologie des peurs et des phobies, mais également dans le processus contribuant au maintien et à l’aggravation des symptômes du client. Il a été démontré que la thérapie EMDR était capable de résoudre de tels souvenirs, d’apaiser les craintes des clients et de réduire efficacement les tendances à l’évitement (de Jongh et al., 1999, 2011; Doering et al., 2013).

Comme pour la plupart des autres troubles anxieux, il existe des approches thérapeutiques efficaces pour la phobie spéci fi que, en particulier celles comportant une signature comportementale cognitive. Même s’il devrait toujours y avoir de bonnes raisons de s’écarter de ces normes de traitement fondées sur des preuves, l’EMDR a joué un rôle central dans la résolution du souvenir d’événements passés qui ont déclenché la peur ou la phobie, ou qui contribuent encore à la sévérité de la réaction de peur (de Jongh, Ernst, Marques et Hornsveld, 2013), en particulier lorsque ceux-ci sont susceptibles d’être activés lorsque les clients sont confrontés à leurs stimuli phobiques.

Au contraire, dans de nombreux cas, la thérapie EMDR pourrait tirer parti d’éléments de TCC qui ajoutent une valeur pratique significative et augmentent l’efficacité de son utilisation. C’est la raison pour laquelle, dans le protocole actuel sur la phobie, EMDR est utilisé pour le traitement des mémoires,

Les procédures comportementales optimales (par exemple, tension appliquée et exposition in vivo), destinées à apprendre aux clients à faire face aux stimuli redoutés jusqu’à ce qu’elles sentent qu’elles ont atteint un degré de maîtrise de soi nécessaire pour se sentir à l’aise avec le traitement de ces situations, sont incluses bien.

Références

Luber, M. (2016). Eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) therapy scripted protocols and summary sheets: Treating anxiety, obsessive-compulsive, and mood-related conditions, Chapter : EMDR Therapy for Specific Fears and Phobias : The Phobia Protocol, New York, NY : Springer Publishing Co.

Acheter le livre

Lire le protocole en anglais

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *