Protocole pour les traitement des phobies en EMDR

Protocole pour les traitement des phobies en EMDR – intro, recherche, processus de diagnostic, résumé

Le Protocole pour les traitement des phobies en EMDR, de Ad de Jongh, a été publié dans le livre ” Eye Movement Desensitization and Reprocessing: EMDR Scripted Protocols and Summary sheets. “, version 2015.

Introduction

Lorsqu’une personne commence à manifester une peur excessive et déraisonnable de certains objets ou situations qui, en réalité, ne sont pas dangereux, il est probable qu’elle remplit les critères de phobie spécifique énoncés dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5ème édition (DSM-5; American Psychiatric Association, 2013).

Les principales caractéristiques d’une phobie spécifique sont que la peur est provoquée par un ensemble spécifique et limité de stimuli (par exemple, des serpents, des chiens, des injections, etc.); cette confrontation avec ces stimuli engendre une peur intense et un comportement d’évitement; et que la peur est «hors de proportion» avec la menace ou le danger réel que pose la situation, après la prise en compte de tous les facteurs de l’environnement et de la situation. Les symptômes doivent également être présents depuis au moins 6 mois pour qu’un diagnostic de phobie spécifique puisse être posé.

Le DSM-5 distingue les cinq catégories ou sous-types de phobies spécifiques suivants:

  • Type d’animal (phobies d’araignées, insectes, chiens, chats, rongeurs, serpents, oiseaux, poissons, etc.)
  • Type d’environnement naturel (phobies d’altitude, eau, tempêtes, etc.)
  • Type de situation (phobies des espaces fermés, conduite, vol, ascenseurs, ponts, etc.)
  • Sang, blessure, type d’injection (phobies d’une injection, voir du sang, regarder une opération, etc.)
  • Autres types (étouffement, vomissements, contracter une maladie, etc.)

Recherche

Les preuves suggèrent qu’en ce qui concerne l’apparition de phobies, des réactions émotionnelles extrêmement perturbatrices (par exemple, l’impuissance) lors d’une rencontre avec une situation menaçante présentent le plus grand risque potentiel de déclencher une phobie spécifique (Oosterink, de Jongh et Aartman, 2009). En ce qui concerne sa symptomatologie, certains types de phobies spécifiques (telles que la peur d’étouffement, les accidents de la route et les soins dentaires) présentent des similitudes remarquables avec le trouble de stress post-traumatique (SSPT), notamment la réapparition de souvenirs effrayants d’événements de détresse passés. sont déclenchés par une situation ou un objet phobique, mais peuvent aussi se produire spontanément (de Jongh, Fransen, Oosterink-Wubbe et Aartman, 2006).

Bien que l’exposition in vivo se soit révélée être le traitement de choix pour une variété de phobies spécifiques (Wolitzky-Taylor, Horowitz, Powers et Telch, 2008), résulte de résultats non contrôlés (par exemple, de Jongh & ten Broeke, 1994; de Jongh & ten Broeke, 1998; de Roos & de Jongh, 2008; Kleinknecht, 1993; Marquis, 1991) et rapports de cas contrôlés (par exemple, de Jongh, 2012; de Jongh, van den Oord et Dix Broeke, 2002; Lohr, Tolin et Kleinknecht, 1996), ainsi que des études cas-témoins (de Jongh, Holmshaw, Carswell et van Wijk, 2011) montrent que la désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR) peuvent également être efficaces chez les clients souffrant de phobies. Des améliorations significatives peuvent être obtenues en un nombre limité de sessions (voir de Jongh, ten Broeke & Renssen, 1999 pour un compte rendu). La thérapie EMDR peut être particulièrement utile dans les cas de phobie avec anxiété intense, origine traumatique ou débutant, et pour laquelle il est compréhensible que la résolution du souvenir des événements conditionneurs en influence positivement la sévérité (voir de Jongh et). al., 2002).

L’objectif de ce chapitre est d’illustrer comment la thérapie EMDR peut être appliquée au traitement de peurs spécifiques et de conditions phobiques. Le script a souvent été utilisé à la fois dans la pratique clinique et dans des projets de recherche (par exemple, de Jongh et al., 2002; Doering, Ohlmeier, de Jongh, Hofmann et Bisping, 2013). Par exemple, une série d’expériences sur un seul cas visant à évaluer l’efficacité de l’EMDR dans la phobie dentaire a montré qu’au cours de deux ou trois séances de traitement par EMDR, trois des quatre clients avaient présenté une baisse importante de l’anxiété autodéclarée et évaluée par les observateurs, crédibilité des croyances dysfonctionnelles concernant les traitements dentaires et changements de comportement significatifs (de Jongh et al., 2002). Ces gains ont été maintenus à 6 semaines de suivi. Dans les quatre cas, les clients ont effectivement reçu le traitement dentaire qu’ils craignaient, la plupart dans les trois semaines suivant le traitement par EMDR.

Des résultats similaires ont été obtenus dans une étude cas-témoins portant sur les effets comparatifs de la thérapie EMDR et de la thérapie cognitivo-comportementale axée sur les traumatismes (TF-CBT), sur un échantillon de 184 personnes souffrant de peur et de phobie liées aux voyages (de Jongh et al., 2011). La TF-CBT comprenait une exposition imaginale ainsi que des éléments de restructuration cognitive, de relaxation et de gestion de l’anxiété. L’exposition in vivo, pendant les séances de traitement, a été découragée pour des raisons de sécurité et d’assurance, mais les patients devaient faire face à des situations difficiles sans le thérapeute (par exemple, retour sur les lieux de l’accident, exposition personnelle à une voiture ou autre signal provoquant une anxiété). Les patients ont été considérés comme ayant terminé le traitement lorsqu’il a été convenu que les améliorations des patients avaient atteint un plateau ou qu’il était peu probable qu’ils progressent de manière significative dans le traitement. Le traitement moyen était de 7,3 séances. Aucune différence n’a été trouvée entre les deux traitements. Les deux procédures de traitement étaient capables de produire des réductions tout aussi importantes et significativement significatives sur les mesures indexant les symptômes de traumatisme, d’anxiété et de dépression, ainsi que sur l’évaluation du résultat par le thérapeute.

L’efficacité de la thérapie EMDR a également été testée dans le cadre d’un essai clinique randomisé auprès de 30 clients dentaires répondant aux critères de phobie dentaire définis par le DSM-IV-TR et évitant en moyenne le dentiste depuis plus de 4 ans (Doering et al. ., 2013). Les participants ont été assignés au hasard soit à EMDR, soit à une condition de contrôle de liste d’attente. Les clients en condition de thérapie EMDR ont montré des réductions significatives d’anxiété dentaire et de comportement d’évitement, ainsi que de symptômes de SSPT. Ces effets étaient encore significatifs au recul de 12 mois. Après un an, 83% des clients suivaient un traitement dentaire régulier.

Le processus de diagnostic

Le traitement d’une crainte ou d’une condition phobique ne peut pas être commencé si le thérapeute ignore les facteurs qui causent et maintiennent la réponse à l’anxiété. Par conséquent, l’une des premières tâches du thérapeute est de collecter les informations nécessaires. Cela se fait généralement au moyen d’un entretien clinique standardisé, tel que l’échelle d’évaluation des troubles anxieux (ADIS-R), qui vise principalement le diagnostic des troubles anxieux (DiNardo et al., 1985). Cet entretien clinique a deux objectifs importants :

  • comprendre l’interaction des facteurs sur plusieurs problèmes possibles, y compris la possibilité de problèmes de gain secondaire; c’est-à-dire dans quelle mesure le client tire des conséquences positives en évitant les situations anxiogènes, telles que la perte d’un emploi ou le fait de recevoir une attention et une considération supplémentaires de la part des autres.
  • Établir l’importance relative des problèmes interdépendants rencontrés par nombre de ces clients et leur lien avec la phobie liée au diagnostic. Par exemple, il se peut que la claustrophobie d’un client ne soit pas très spécifique et se produise dans diverses situations; dans ce cas, il peut être plus judicieux d’envisager (ou d’exclure) la possibilité d’un diagnostic de trouble panique, car cette affection nécessite généralement un traitement plus élaboré.

Pour améliorer encore la fiabilité du processus de diagnostic, il est souvent souhaitable d’utiliser des mesures de diagnostic valides et standardisées. Ceux-ci peuvent être utiles pour obtenir une image claire de la gravité de l’anxiété, pour détecter d’autres problèmes éventuels et pour permettre d’évaluer le déroulement du traitement. Antony, Orsillo et Roemer (2001) contiennent de nombreux exemples de questionnaires d’auto-évaluation utiles sur les peurs et les phobies spécifiques.

La motivation du client est un autre facteur important. Par exemple, il est important de comprendre pourquoi le client demande un traitement à ce moment précis. Les différents problèmes qui affectent la motivation sont les suivants :

  • Référence personnelle contre référence forcée. Il peut y avoir une différence marquée d’efficacité du traitement selon que le client a demandé à être traité lui-même ou s’il est forcé de  suivre le traitement (par exemple, «Ma femme a dit qu’elle me quitterait si je ne me faisais pas soigner les dents»).
  • Expérience passée avec la thérapie. En outre, les expériences de traitement des clients dans le passé peuvent déterminer leurs attitudes à l’égard du traitement. Si, pour une raison quelconque, cela ne fonctionnait pas dans le passé, il est utile de rechercher la raison et de tenter de faire la distinction entre réticence véritablement craintive et manque d’effort.
  • Problèmes psychiatriques comorbides. Le thérapeute doit rester conscient du fait qu’une maladie psychiatrique concomitante, telle qu’une dépression grave, peut être un facteur contribuant au manque de motivation.
  • Faible estime de soi. Si le client phobique souffre d’un manque d’estime de soi qui, de l’avis du thérapeute, contribue dans une large mesure à son comportement d’évitement, le problème de l’estime de soi peut être résolu en premier et devient la principale cible du traitement.

    (…)

    Résumé

    Ce chapitre montre comment la thérapie EMDR peut être appliquée au traitement de peurs et de phobies spécifiques. Ces affections sont très répandues dans la population en général et se caractérisent par une peur excessive et déraisonnable liée à l’exposition à des objets ou à des situations spécifiques, ce qui tend généralement à éviter activement le contact direct avec ces stimuli.

    Les clients atteints de phobies spécifiques présentent des points communs avec le SSPT en ce sens qu’ils vivent souvent des souvenirs intenses et troublants d’événements antérieurs associés au début de leurs peurs. L’activation de ces représentations mentales joue un rôle important non seulement dans la symptomatologie des peurs et des phobies, mais également dans le processus contribuant au maintien et à l’aggravation des symptômes du client. Il a été démontré que la thérapie EMDR était capable de résoudre de tels souvenirs, d’apaiser les craintes des clients et de réduire efficacement les tendances à l’évitement (de Jongh et al., 1999, 2011; Doering et al., 2013).

    Comme pour la plupart des autres troubles anxieux, il existe des approches thérapeutiques efficaces pour la phobie spéci fi que, en particulier celles comportant une signature comportementale cognitive. Même s’il devrait toujours y avoir de bonnes raisons de s’écarter de ces normes de traitement fondées sur des preuves, l’EMDR a joué un rôle central dans la résolution du souvenir d’événements passés qui ont déclenché la peur ou la phobie, ou qui contribuent encore à la sévérité de la réaction de peur (de Jongh, Ernst, Marques et Hornsveld, 2013), en particulier lorsque ceux-ci sont susceptibles d’être activés lorsque les clients sont confrontés à leurs stimuli phobiques.

    Au contraire, dans de nombreux cas, la thérapie EMDR pourrait tirer parti d’éléments de TCC qui ajoutent une valeur pratique significative et augmentent l’efficacité de son utilisation. C’est la raison pour laquelle, dans le protocole actuel sur la phobie, EMDR est utilisé pour le traitement des mémoires,

    Les procédures comportementales optimales (par exemple, tension appliquée et exposition in vivo), destinées à apprendre aux clients à faire face aux stimuli redoutés jusqu’à ce qu’elles sentent qu’elles ont atteint un degré de maîtrise de soi nécessaire pour se sentir à l’aise avec le traitement de ces situations, sont incluses bien.

    Références

    Luber, M. (2016). Eye movement desensitization and reprocessing (EMDR) therapy scripted protocols and summary sheets: Treating anxiety, obsessive-compulsive, and mood-related conditions, Chapter : EMDR Therapy for Specific Fears and Phobias : The Phobia Protocol, New York, NY : Springer Publishing Co.

    Acheter le livre

    Lire le protocole en anglais

    En savoir plus

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *